L'ancien sénateur conservateur Jean Bazin est appelé en renfort - Un médiateur tentera de ramener la paix à Kanesatake

Québec — Le gouvernement Charest a fait appel hier à un ex-conseiller de l'ancien premier ministre conservateur Brian Mulroney pour tenter de résoudre la crise de leadership à Kanesatake.

Jean Bazin, ancien sénateur et organisateur du Parti conservateur, est nommé à titre d'interlocuteur du gouvernement du Québec dans ce dossier, a indiqué le ministre délégué aux Affaires autochtones, Benoît Pelletier. M. Bazin empochera des honoraires de 250 $ l'heure pour son travail.

Il s'agit du troisième conservateur bien en vue à obtenir un mandat de la part du gouvernement libéral québécois après la désignation de l'ancien ministre Benoît Bouchard à titre de représentant des régions à la table des négociations entre le Québec et la nation innue. Brian Mulroney a aussi été nommé par le gouvernement Charest pour gérer le dossier d'implantation des mégahôpitaux à Montréal.

Le mandat de M. Bazin, a précisé le ministre Pelletier, consistera à entreprendre des pourparlers avec le grand chef de Kanesatake, James Gabriel, et le conseil de bande dans le but de trouver des solutions susceptibles d'apaiser la crise de leadership qui mine la communauté et de préparer le retour à la stabilité.

M. Pelletier a dit que le chef Gabriel a été consulté dans le processus et a salué le choix de M. Bazin.

«M. Gabriel a souhaité avoir un individu qui ne soit pas dans l'arène politique, qui ne soit pas sous la loupe médiatique à tout bout de champ et qui accomplirait un travail de longue haleine avec lui [...]. Moi, j'ai voulu répondre à sa demande, tout simplement.»

L'apport d'un médiateur n'est pas superflu compte tenu des problèmes de gouverne et de sécurité qui continuent de déchirer la communauté, selon le ministre. «La situation ne se réglera pas du jour au lendemain», a-t-il dit.

Les tensions sont encore à ce point vives à Kanesatake que James Gabriel juge plus prudent de ne pas précipiter son retour sur le territoire.

«Il attend la progression de la situation de façon à ce que ça se calme à un moment donné et que les policiers qui sont en place, auxquels il semble faire confiance, soient en mesure, vraiment, d'assurer sa sécurité. D'après ce que je comprends, il n'a pas encore tout à fait ces garanties-là», a dit le ministre.

Le premier ministre Jean Charest rencontrera prochainement M. Gabriel pour l'assurer du soutien du gouvernement, a par ailleurs indiqué M. Pelletier, qui aura de nouveaux échanges avec le ministre fédéral des Affaires indiennes, Andrew Mitchell, demain à Ottawa.

«Le but, c'est de parvenir à élaborer toute une stratégie commune entre le ministère des Affaires indiennes et le gouvernement du Québec en vue de fournir une aide à la communauté de Kanesatake», a-t-il dit.