L'ancien maire Gilles Deguire sera accusé d’agression sexuelle

L'ancien maire de Montréal-Nord Gilles Deguire
Photo: Pedro Ruiz Archives Le Devoir L'ancien maire de Montréal-Nord Gilles Deguire
L’ex-maire de Montréal-Nord Gilles Deguire fera face à des accusations d’agression sexuelle et d’attouchement sexuel sur une personne mineure de moins de 16 ans. Ex-policier au Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) pendant 30 ans, Gilles Deguire a notamment travaillé comme enquêteur chargé du dossier des agressions sexuelles au sein de Police-Jeunesse de Montréal-Nord.

Selon le mandat d’arrestation rendu public lundi, les actes qui lui sont reprochés se seraient déroulés entre le 1er décembre 2013 et le 23 octobre 2015 « à Montréal et ailleurs au Québec ». M. Deguire occupait les fonctions de maire d’arrondissement au moment des faits allégués.

Âgé de 66 ans, Gilles Deguire a démissionné de ses fonctions le 6 janvier dernier alors qu’il faisait l’objet d’une enquête criminelle menée par le SPVM.

Élu une première fois à la mairie de l’arrondissement de Montréal-Nord en 2009 avec Union Montréal, la formation politique dirigée par Gérald Tremblay, M. Deguire avait été réélu en 2013 sous la bannière d’Équipe Denis Coderre.

Avant de faire le saut en politique municipale, M. Deguire a été policier au SPVM pendant 30 ans, de 1969 à 1999. Pendant six ans, il a travaillé au sein de Police-Jeunesse de Montréal-Nord à titre d’enquêteur chargé du dossier des agressions sexuelles, précisaient les informations biographiques fournies aux journalistes en 2009. Il fut par la suite attaché politique au bureau de l’ancienne ministre libérale Line Beauchamp entre 1999 et 2009.

Lors du lancement de sa candidature à la mairie de Montréal-Nord en présence de Gérald Tremblay en août 2009, Gilles Deguire avait dit vouloir faire campagne sur les thèmes liés aux familles et aux jeunes.

Coderre prudent

Lundi, le maire Coderre a été peu loquace, disant ne pas vouloir nuire au processus judiciaire. « Je ne veux pas contaminer le processus. C’est pour cette raison que je ne ferai aucun commentaire. On va laisser les tribunaux faire leur travail », a-t-il dit aux médias en fin d’après-midi.

M. Coderre a insisté sur le fait que M. Deguire avait déjà remis sa démission. Quant à la lettre de démission, le maire a précisé qu’il ne l’avait pas encore rendue publique parce que celle-ci faisait partie des éléments de preuve. La semaine dernière, TVA rapportait que dans cette lettre, M. Deguire avait exprimé des regrets sans toutefois donner de précisions sur les gestes qui lui étaient reprochés. Cette lettre devrait être déposée au conseil municipal le 25 janvier.

Le maire Coderre a réitéré ne pas avoir parlé avec M. Deguire depuis que celui-ci a quitté ses fonctions. De son côté, l’opposition à l’hôtel de ville n’a pas voulu commenter l’affaire.

Gilles Deguire n’a fait aucune déclaration publique depuis sa démission il y a près de deux semaines.

Aucune date de comparution n’est précisée dans le mandat d’arrestation.
2 commentaires
  • Colette Pagé - Inscrite 18 janvier 2016 17 h 59

    Si les faits sont avérés : quelle tristesse et combien de souffrances pour la jeune victime !

    D"abord la présomption d'innocence et si les faits sont avérés quel déshonneur pours son corps policier, le monde municipal et sa famille. Heureusement, aujourd'hui les victimes dénoncent. Ce qui était jadis impossible !

  • Sylvain Auclair - Abonné 19 janvier 2016 10 h 46

    Le détecteur de Coderre?

    Monsieur Coderre ne disait-il pas posséder un détecteur lui permettant de ne choisir que des candidats sans tache? À moins qu'il ne soit pas réglé pour détecter les agressions sexuelles?