Imposer le casque de vélo ne réduit pas les blessures

L’étude de l’Université de Colombie-Britannique note que la moitié (51%) des accidents de vélo au Canada survient dans la circulation.
Photo: Annik MH De Carufel Le Devoir L’étude de l’Université de Colombie-Britannique note que la moitié (51%) des accidents de vélo au Canada survient dans la circulation.

Les lois qui obligent le port du casque à vélo ont peu d’effet sur les blessures à la tête. Une nouvelle étude universitaire démolit la croyance selon laquelle il faut rendre obligatoire le port du casque pour protéger les cyclistes, comme l’envisage le gouvernement Couillard.

Cette étude étonnante — la plus importante jamais menée sur ce sujet au Canada — compare les taux d’hospitalisation de cyclistes dans les dix provinces et les trois territoires canadiens. Les taux de blessures (y compris à la tête) sont les mêmes dans les provinces qui obligent les cyclistes à porter un casque et celles, comme le Québec, où le port du casque est facultatif.

« Nous avons été surpris par les résultats », dit la professeure Kay Teschke, de l’Université de Colombie-Britannique, qui a dirigé l’étude. Le port du casque est presque deux fois plus répandu dans les provinces qui l’ont rendu obligatoire, mais le taux d’hospitalisation des cyclistes reste le même.

L’experte en santé publique est consciente que ses résultats bousculent des croyances répandues dans la population. Le port du casque de vélo est un sujet explosif, qui suscite les passions, selon elle. « C’est un sujet tellement controversé que c’est presque dangereux de mener une étude sur le casque de vélo ! Heureusement, je m’approche de la retraite », dit-elle en riant.

Le ministre des Transports, Robert Poëti, ferait une erreur en obligeant les cyclistes à porter un casque, préviennent Kay Teschke et les trois autres auteurs de l’étude. Le ministre doit présenter cet automne son nouveau Code de la sécurité routière, censé améliorer entre autres la sécurité à vélo. Le port du casque obligatoire fait partie des solutions envisagées, mais aucune décision n’a été prise, indique-t-on dans son entourage.

Comportement à risque

Les chercheurs de l’Université de Colombie-Britannique ont analysé tous les rapports d’hospitalisation de cyclistes âgés de 12 ans et plus au Canada sur une période de cinq ans, entre 2006 et 2011. En moyenne, 3690 cyclistes sont hospitalisés à la suite d’un accident chaque année au pays.

Ils ont découvert que la vaste majorité (87 %) des blessures à vélo survient sur des parties du corps autres que la tête. Mais plus surprenant encore : le port du casque obligatoire a peu d’effet sur les blessures à la tête, au cuir chevelu, au cerveau, au crâne, au visage ou au cou.

Le comportement des cyclistes est plus important que le casque. Les trois quarts des cyclistes hospitalisés au pays sont des hommes ou des garçons, indique l’étude. « Les femmes sont plus prudentes,dit la professeure Teschke. Qu’elles portent ou non un casque, elles roulent moins vite que les hommes et empruntent des pistes cyclables ou des rues plus tranquilles. »

Les femmes respectent-elles davantage les règles de la circulation ? L’étude ne le dit pas.

« L’autre facteur déterminant pour la sécurité des cyclistes est la qualité des infrastructures. Il faut aménager des pistes cyclables séparées de la chaussée ou des voies partagées dans des rues tranquilles », explique Kay Teschke.

Masse critique

Ces résultats confirment ceux d’autres études qui sont arrivées aux mêmes conclusions. En 2008, des chercheurs américains ont ainsi comparé les taux de blessures et de décès de cyclistes entre les États-Unis et trois pays d’Europe où la pratique du vélo est répandue.

Le taux de décès de cyclistes est entre 3 et 5 fois plus élevé — et le taux de blessures entre 7 et 21 fois plus élevé — aux États-Unis qu’au Danemark, aux Pays-Bas et en Allemagne. Les campagnes de sécurité à vélo aux États-Unis insistent pourtant sur le port du casque. Au contraire, très peu de cyclistes portent un casque dans les trois pays européens.

Kay Teschke et son équipe indiquent que la présence d’une masse critique de vélos dans les pays scandinaves tend à diminuer le taux d’accidents. Au Danemark, aux Pays-Bas et en Allemagne — qui ont les pistes cyclables les plus évoluées du monde —, entre 10 % et 27 % des déplacements dans les grandes villes se font à vélo. Aux États-Unis, c’est à peine 1 %. « Plus le taux de déplacements à vélo est élevé, plus le risque de blessures diminue. »

L’étude de l’Université de Colombie-Britannique note que la moitié (51 %) des accidents de vélo au Canada survient dans la circulation. Le vélo de montagne cause entre 19 % et 38 % des blessures de cyclistes, selon d’autres sources citées dans l’étude. Le port du casque est de mise dans ce sport de casse-cou — et même pour le vélo de route —, soulignent les chercheurs.

Résultats encourageants

Vélo Québec se réjouit des résultats de cette étude. L’organisme de promotion du cyclisme s’oppose au port obligatoire du casque de vélo. « Il est prouvé que les lois obligeant le port du casque sont un frein à l’usage du vélo. Plusieurs études confirment que les gains engendrés par la pratique du vélo sont vingt fois supérieurs aux risques », dit Suzanne Lareau, présidente et directrice générale de Vélo Québec.

La Ville de Montréal s’oppose aussi au port obligatoire du casque. La Ville, considérée comme une des capitales nord-américaines du cyclisme, cherche à encourager les déplacements à vélo pour désengorger les rues. Le casque obligatoire risquerait carrément de tuer le Bixi, ce service de partage de vélos très populaire en ville.

L’administration du maire Coderre demande aussi la légalisation du « stop américain », qui transformerait les arrêts obligatoires en « cédez le passage » pour les cyclistes. La Ville réclame aussi que les vélos puissent virer à droite aux feux rouges.

67%
Pourcentage de cyclistes qui portent le casque dans les provinces où c’est obligatoire

39%
Pourcentage de cyclistes qui portent le casque dans les provinces où ce n’est pas obligatoire

Le port du casque par province

Aucune loi
Québec
Saskatchewan
Manitoba
Terre-Neuve-et-Labrador
Trois territoires

Casque obligatoire
Colombie-Britannique
Nouveau-Brunswick
Nouvelle-Écosse
Île-du-Prince-Édouard

Casque obligatoire pour les enfants
Ontario
Alberta
21 commentaires
  • Yvon Bureau - Abonné 11 novembre 2015 17 h 22

    Drôle de titre

    Il veut dire quoi?

    Être visible +++ devrait être obligatoire chez les cyclistes

    • Nicole D. Sévigny - Abonnée 11 novembre 2015 20 h 08

      Une étude universitaire...et puis après?
      Ont-ils le monopole de la vérité ?
      Cette sacrée habitude québécoise de croire tout ce qui se dit venant des
      universitaires comme si... après eux...le déluge.

      "Je suis le pape et je décrète que je suis infaillible..."
      suis-je obligée de le croire ?

      demandez aux proches des cyclistes décédés ou blessés, s'ils auraient
      aimé que les victimes aient eu un casque protecteur cette journée fatidique?

    • Christophe Horguelin - Abonné 12 novembre 2015 08 h 08

      @ Nicole Sévigny: "J’crois pas à ça, ces affaires-là."

    • Marc Davignon - Abonné 12 novembre 2015 08 h 56

      Madame Sévigny, suis-je obligé de vous croire?

      Je suis cyclique pratiquant, je ne porte pas le casque. Suis-je un paria ? Vais-je bruler en enfer?

    • Nicole D. Sévigny - Abonnée 12 novembre 2015 19 h 34

      @c.h. Quelles affaires...? je ne vous ai jamais demandé de croire en quoi que ce soit! ça serait plutôt le contraire ...et l'ironie, ça vous dit quelque chose?

      @m.d.
      Je ne vous ai jamais posé de question...
      vous pouvez être cyclique (sic) et ne pas porter de casque ...
      je m'en contre fou...

  • Maryse Veilleux - Abonnée 11 novembre 2015 21 h 40

    C'est d'une évidence...

    En tant que cycliste, assez évident comme résultats, j'oserais dire que nous le savions déjà. Cela ne donne pas grand chose de porter un casque sur une route où les autos roulent très vite, c'est évident ! L'aménagement urbain et les comportements des cyclistes et des automobilistes sont les premiers facteurs. Le casque protège une partie du corps seulement.

    • Marc Davignon - Abonné 12 novembre 2015 09 h 11

      Et les trous dans la chaussée! Mon petit doigt en sait quelque chose. À Montréal (et les environs), il faut toujours regarder la chaussée, il y a tellement de trous que le fait de prendre 15 secondes pour regarder le paysage peu devenir fâcheux, mon petit en a payé le prix, il a eu droit à 6 points de suture. Anectodique? Peut-être, mais, le mauvais état de la chaussée des pistes cyclables ne l'est pas.

  • Michel R. Morissette - Abonné 12 novembre 2015 06 h 50

    Le casque m'a sauvé

    Il y a quelques années, j'ai fait une chute à la renverse sur une piste cyclable alphaltée et suis tombé directement sur l'occiput. Le casque a craqué et si je n'avais pas porté de casque, je crains que je ne serais pas là pour écricre ces mots.

    • Marc Davignon - Abonné 12 novembre 2015 09 h 25

      Craindre n'est pas une certitude. Il y a un mois, j'ai fait une chute (la classique, celle du frein avant, vous savez, la plus gênante). Je ne poste pas le casque et je n'est pas tombé sur le frontal, ni sur le pariétal, non! C'est la mandibule qui a gouté à la chaussée. En fait, ce son mes mains qui ont absorbé le choc (mon petit doit à eu droit à 6 points de suture). Voilà une autre anecdote qui ne rend pas la chose plus vraie du fait de ne pas porter ou non le casque.

  • Rachel Laverdure - Abonnée 12 novembre 2015 07 h 34

    attention aux syllogismes hâtifs

    il ne faut pas faire de l'induction; à partir de quelques malheureux cas particuliers, imposer une loi coercitive. On cherche toujours, j'imagine, à donner du sens à un décès par vélo pour essayer d'accepter l'inacceptable et imposer le casque à tous peut être considéré comme un effort en ce sens, mais comme l'article le soutient, là n'est pas la solution. Les "universitaires" n'affirment rien ici de façon arbitraire; il s'agit de résultats d'études sérieuses menées, et de comparatifs avec ce qui se fait ailleurs dans le monde. Prêtons-y au moment moins oreille, non ? Les pays scandinaves constituent pour moi un modèle en ce sens, inspirons -nous en !

  • Rachel Laverdure - Abonnée 12 novembre 2015 07 h 36

    attention aux syllogismes hâtifs

    il ne faut pas faire de l'induction; à partir de quelques malheureux cas particuliers, imposer une loi coercitive. On cherche toujours, j'imagine, à donner du sens à un décès par vélo pour essayer d'accepter l'inacceptable et imposer le casque à tous peut être considéré comme un effort en ce sens, mais comme l'article le soutient, là n'est pas la solution. Les "universitaires" n'affirment rien ici de façon arbitraire; il s'agit de résultats d'études sérieuses menées, et de comparatifs avec ce qui se fait ailleurs dans le monde. Prêtons-y au moment moins oreille, non ? Les pays scandinaves constituent pour moi un modèle en ce sens, inspirons -nous en !