Vaste mobilisation autour des villes francophones

Plus de 80 villes de partout en Amérique et au-delà de 200 organismes se réuniront à l’hôtel Le Concorde de Québec.
Photo: Arturo Yee / CC Plus de 80 villes de partout en Amérique et au-delà de 200 organismes se réuniront à l’hôtel Le Concorde de Québec.

Le premier rendez-vous du Réseau des villes francophones et francophiles d’Amérique (RVFFA), qui se tiendra à Québec du 29 au 31 octobre, est déjà un succès de participation. Alors qu’on attendait une trentaine de villes et une centaine d’organismes, plus de 80 villes de partout en Amérique et au-delà de 200 organismes se réuniront à l’hôtel Le Concorde de Québec pour jeter les bases de ce projet fondé conjointement par la capitale nationale, Moncton et Lafayette, en Louisiane.

« J’orbite dans les réseaux francophones depuis 27 ans, mais c’est la première fois que je vois une telle mobilisation, dit Denis Desgagné, p.-d.g. du Centre de la francophonie des Amériques, qui organise l’événement. Toutes les places au congrès sont prises. On refuse du monde. »

Le RVFFA, une initiative du maire Régis Labeaume qui vise à positionner sa ville comme capitale de la francophonie des Amériques, vise à structurer des circuits touristiques francophones sur l’ensemble du continent. L’objectif est d’utiliser l’histoire des francophones, le patrimoine et la toponymie pour monter une offre touristique qui intéressera les 20 millions de francophones du Canada et des États-Unis, mais aussi tous ceux, au moins aussi nombreux, qui ont des racines françaises.

Circuits

« Plus il y aura de circuits, plus le réseau sera performant. Il y a tellement d’histoires. Chaque territoire a quelque chose à offrir. Nous y voyons une stratégie de séduction pour générer de l’empathie et faire apparaître ce qui est trop souvent invisible », dit Denis Desgagné, qui anticipe déjà les répercussions aussi bien en éducation que dans les réseaux éducatifs et les circuits entrepreneuriaux. D’où la participation de plus de 200 organismes aussi divers que le Réseau de développement économique et d’employabilité (RDEE Canada), Coopératives et mutuelles Canada, l’Alliance économique francophone, les Chambres de commerce, les organismes culturels, les musées.

Outre des conférenciers du calibre de John Ralston Saul, Serge Bouchard et Barry Jean Ancelet, les échanges seront nombreux sur le rôle de la culture et du patrimoine, la mise en valeur du terroir, l’économie sociale, la philanthropie et la culture numérique. Une large part du congrès portera sur l’affichage en français, en s’appuyant sur une étude de la Commissaire aux langues officielles du Nouveau-Brunswick et sur les stratégies du Vermont en matière d’affichage et de service en français.

Alliance équitable

Il est impossible de prévoir exactement ce qui ressortira des travaux de ce rendez-vous de fondation du RVFFA, mais on sait néanmoins que les villes veulent une structure légère qui permette toutes les initiatives, mais qui ne redoublera pas les réseaux de municipalités francophones existants, notamment en Ontario, au Nouveau-Brunswick et au Manitoba. Cette structure devra laisser la place à toutes les initiatives locales, mais sans être phagocytée par les Québécois, qui ont souvent tendance à prendre toute la place.

Plusieurs séances permettront également aux délégués d’échanger sur le plan stratégique — que Denis Desgagné appelle avec humour le « document martyr ». « C’est une ébauche que les participants vont s’approprier, bonifier, polliniser », dit le p.-d.g. du Centre de la francophonie des Amériques, qui a signé un protocole de trois ans avec la Ville de Québec pour animer ce réseau.

En marge du programme officiel, le cadre du Réseau sera établi par les maires au cours de rencontres privées. Quant au ministre des Affaires intergouvernementales canadiennes et de la Francophonie canadienne, Jean-Marc Fournier, il se concertera avec sa collègue ontarienne, Madeleine Meilleur, pour mobiliser les autres ministres de la Francophonie au Canada afin de convaincre le gouvernement canadien d’investir dans un legs francophone pour le 150e anniversaire du Canada en 2017 — peut-être dans le cadre d’un grand rassemblement des villes francophones d’Amérique organisé par la Ville de Québec.

Le Réseau des villes francophones et francophiles d’Amérique réunira :

350 participants

200 organismes divers

80 municipalités, dont au moins :

26 du Nouveau-Brunswick

17 du Québec

12 de l’Ontario

10 des autres provinces

9 des États-Unis

2 des Antilles (Martinique et Guadeloupe).