Le Canada rattrapé par ses missions militaires

Un combattant kurde opposé au groupe armé État islamique faisant le guet à Ain Issi, à une cinquantaine de kilomètres de la ville syrienne de Racca. L’intervention militaire de la coalition internationale — dont le Canada est membre — a notamment visé des positions du groupe terroriste en appui aux forces kurdes de la Syrie.
Photo: Delil Souleiman Agence France-Presse Un combattant kurde opposé au groupe armé État islamique faisant le guet à Ain Issi, à une cinquantaine de kilomètres de la ville syrienne de Racca. L’intervention militaire de la coalition internationale — dont le Canada est membre — a notamment visé des positions du groupe terroriste en appui aux forces kurdes de la Syrie.

La crise des migrants n’est pas apparue soudainement. « Les problèmes actuels sont la conséquence directe des interventions militaires occidentales de ces dernières années », explique Gar Pardy, un ancien diplomate canadien. Il plaide pour la mise en place d’un programme humanitaire extraordinaire afin d’accueillir rapidement plus de réfugiés syriens et irakiens au Canada.

« Si la seule chose qu’on propose est plus de militaires, alors il faut s’attendre à devoir composer avec ce type d’enjeu humanitaire pour encore longtemps », martèle-t-il, accusant Stephen Harper de participer à créer les conditions qui génèrent maintenant ce flot ininterrompu de réfugiés.

Au début du mois près la commotion provoquée par la publication de la photo d’Aylan Kurdi, cet enfant mort noyé en tentant de fuir la Syrie avec sa famille, le premier ministre en a profité pour réitérer la nécessité de lutter contre le groupe armé État islamique (EI).

« Ce gouvernement s’est impliqué dans toutes les guerres qui ont surgi ces dernières années », rappelle cet ancien haut fonctionnaire. « Penser qu’on peut solutionner quelque chose en envoyant quelques troupes est absurde. Ce que l’on fait est d’empirer les choses », ajoute-t-il en détachant chacun de ses mots.

Tentation militariste affirmée à son avis par le prolongement jusqu’en 2014 de la mission lancée par ses prédécesseurs en Afghanistan. Le Canada mène aussi des frappes aériennes contre EI en Irak depuis octobre 2014, bombardements élargis à la Syrie en mars dernier. L’opposition officielle avait alors dénoncé ce geste, le qualifiant de coup de pouce au dictateur Bachar al-Assad, avant que la mission ne soit prolongée d’un an, soit jusqu’en mars 2016.

Il cite également la campagne de Libye en 2011. Opération après laquelle « Harper a fait survoler le Parlement par nos chasseurs bombardiers en signe de victoire ; un rituel normalement caractéristique de nations conquérantes et guerrières », comme le décrivait cette fin de semaine Jean Chrétien. Dans une lettre ouverte publiée dans les médias, notamment dans les pages du Devoir, l’ancien premier ministre accusait Harper d’avoir terni la réputation internationale du Canada comme un pays de paix.

Un vibrant plaidoyer avec lequel Gar Pardy se dit tout à fait en accord : « J’appuie chacun de ses mots. »

Composer avec le résultat

En gardant ces déterminants historiques en tête, il importe donc d’accélérer et d’élargir l’accueil de réfugiés, particulièrement ceux en provenance de la Syrie et de l’Irak. L’ancien diplomate n’émet ni soupirs ni hésitations au téléphone, alors qu’il dénonce l’objection sécuritaire de Stephen Harper. Ce dernier se refuse à ouvrir toutes grandes les portes du pays, le risque étant « trop élevé » selon lui.

« Harper essaie de nous faire peur depuis plusieurs années. Je ne sais pas pour Montréal, mais je ne vois rien de menaçant à Ottawa », ironise M. Pardy.

Un programme humanitaire extraordinaire doit être mis en place rapidement, dit-il, même si cela implique que les contrôles sécuritaires ne soient effectués qu’une fois les réfugiés rendus sur notre territoire.

« Les circonstances pressent de renoncer aux vérifications préalables, ce qui n’empêche pas de les commencer une fois les réfugiés arrivés », explique-t-il. Les pays européens qui font face à des arrivées records dans leurs frontières procèdent déjà de cette manière.

Ce sont en effet au minimum 430 000 migrants, y compris des demandeurs d’asile, qui se sont présentés aux portes de l’Europe par la mer depuis le début de l’année, selon les plus récentes données de l’Organisation internationale pour les migrations. Cet afflux représente plus du double des arrivées par la Méditerranée pour l’entièreté de l’année 2014. De ce nombre, la moitié environ sont des Syriens. L’Allemagne s’attend à elle seule à recevoir 800 000 demandeurs d’asile cette année, soit quatre fois plus qu’en 2014.

« Plus de 99 % des gens ne posent pas de problème de sécurité, leur principale préoccupation est de se réinstaller là où ils pourront vivre en paix », expose l’ancien haut fonctionnaire.

Celui qui a également été ambassadeur en Amérique centrale cite à titre d’exemple une opération au Salvador en 1983, qu’il avait dirigé depuis le Canada. L’ex-ministre des Affaires étrangères Lloyd Axworthy s’était alors rendu directement dans les geôles salvadoriennes pour en rapatrier environ 400 prisonniers politiques. « Ces gens étaient des criminels aux yeux de leur gouvernement, ceux qu’Harper se ferait un plaisir d’appeler “terroristes” dans son jargon d’aujourd’hui. Mais si on veut aider, on prend des risques », précise-t-il.

Un risque minime, selon lui, à propos de gens dont il est de toute façon impossible d’obtenir des informations fiables pour vérifier leurs antécédents. « À qui voulez-vous qu’on demande des renseignements sur ces personnes ? À un gouvernement chiite qui dénoncera les sunnites ? On ne peut faire confiance totalement à aucune source. »

Il invite donc le gouvernement à faire face aux conséquences de ses engagements militaires. Maintenant.

Alors que le plan promis jeudi dernier par Harper pour accélérer l’accueil de réfugiés au Canada se fait toujours attendre, les conservateurs ont annoncé la création d’un fonds d’aide d’urgence pour les Syriens. Ottawa s’est engagé depuis deux ans à accueillir 11 300 réfugiés syriens. M. Harper a promis, il y a plus de deux semaines, d’en accueillir 10 000 de plus d’ici 2018, un chiffre considéré comme insuffisant par M. Pardy. Du côté de l’Europe, une réunion entre les ministres de l’Intérieur des 28 pays membres doit avoir lieu lundi à Bruxelles sur cette question délicate.

Gar Pardy en cinq dates

1967 Intègre le Service extérieur canadien.

1989-1992 Ambassadeur du Canada au Costa Rica, Honduras, Nicaragua, Panama et Salvador.

1992 Directeur général des services consulaires au ministère des Affaires étrangères du Canada, poste duquel il prend sa retraite en 2003.

2005 Contredit le Canada dans l’affaire Maher Arar devant la commission canadienne chargée d’enquêter. Il affirme avoir reçu des indications selon lesquelles le jeune Syrien avait été torturé dans son pays d’origine.

2011 Critique sévèrement la position du gouvernement de Stephen Harper envers Israël.
«Plus de 99 % des gens ne posent pas de problème de sécurité, leur principale préoccupation est de se réinstaller là où ils pourront vivre en paix»

L'ex-diplomate Gar Pardy
20 commentaires
  • Guy Lafond - Inscrit 14 septembre 2015 05 h 54

    Très bonne réflexion


    D'accord pour accueillir plus de réfugiés. Les antécédents de ces demandeurs d'asile peuvent en effet être vérifiés une fois au Canada.

    Outre le Canada, d'autres pays ailleurs dans le monde pourraient se faire moins discrets et accueillir davantage de réfugiés pour alléger la tâche déjà colossale de l'Union européenne.

    • Palardy RACHEL - Inscrite 14 septembre 2015 09 h 37

      Et comment ferez-vous pour retourner les malfrats , s'il y en a ,dans leur pays ... Vous aurez toute la communauté des bien pensants sur le dos, vous devrez régler ce problème et beaucoup d'autres, langues, religion, mentalité, je ne dis pas que nous ne pouvons pas le faire, mais je crois que le nombre que le gouvernement Harper avance est réaliste si on veut bien faire les choses. Les propos avancés par l'opposition sont irréalistes et irresponsables comme votre suggestion d'ailleurs.
      Rachel Taillon

    • Catherine-Andrée Bouchard - Abonnée 14 septembre 2015 15 h 59

      Mme Rachel, les démunis prets a tout risquer pour goûter à la paix ne sont pas des "malfrats".

      Les " malfrats" ont tout pour être comblés là-bas.

      Ceux qui migrent sont ceux qui n'en peuvent plus des hostilités, de la violence, de la haine. Qui sont prèts a tout abandonner dans une aventure des plus périlleuses juste ste pour connaître eux aussi la plus grande utopie qui les anime: la quiétude.

      Maintenant ce qu'ils deviendront une fois rendus ici, ça ne dépend que de nous.

      Si nous les traitons en de potentiels " malfrats", vous pouvez être sûrs qu'ils en deviendront.

      C'est la Société qui fait l'Homme et non son contraire.

      Accueillons-les comme l'élite de leur Pays et certains deviendront l'élite de la notre.

      Pensez à Corneille, il n'est plus " seul au monde"... Mais c'est sur que les tutsis sont moins patibulaires, les Belges, des blancs, les ayant désignés en se basant sur des critères physiques, la Crème du Rwanda!

      La, on a affaire à des pauvres!!! Donc des voleurs, des filous, des violeurs, des gens incestueux, malades et contagieux prêts à dévorer pour survivre!!! C'est sur qu'à la commission Charbonneau, on a pu voir que des " malfrats", on croise surtout ça dans les quartiers d'itinérants et jamais chez les bonnes gens de chez nous!

      Et ça n'a pas coûté cher renvoyer Jean Charest dans Sherbrooke, il n'y a quand même pas de quoi pousser les Hauts Cris!

      Mais toute la gang de buveurs de cafés qu'est-ce qu'on fait avec ça? On les retourne en Italie sur le bateau de Tony Acurco a ses frais? Ça ne vous préoccupe pas, ça?

      Nooooon! La mafia montréalaise, ce sont des migrants "malfrats" parfaitement intégrés et discrets!

      Qu'est-ce qui vous fait peur? Que le braquage a la tire augmente? Qu'il y ait plus d'assauts contre la personne? Plus d'attentats à la pudeur?

      Franchement! Ces gens sont des éponges sèches! Prêts à tous les défis. Imbibons-les d'un bon nectar et ils seront de braves canadiens, langue et mentalité a l'appui!

    • Palardy RACHEL - Inscrite 14 septembre 2015 16 h 54

      Mme.Bouchard,
      Votre ton prédicateur me déplaît au plus haut point. Je tiendrais le même langage si c'était des canadiens qui veulent migrer en masse dans un autre pays. Vous ne pouvez quand même pas prétendre avec aplomb comme vous le faites que vous connaissez assez bien ces gens qui veulent s'installer en Europe ou ici au Canada et affirmer que ce sont de pauvres gens à qui on doit donner l'asile sans poser de questions... Votre comparaison avec ce qui s'est passé à la Commision Charbonneau est assez boiteuse et n'a aucun rapport avec les problèmes que nous aurons si nous acceptons une migration massive des gens de Syrie ou d'ailleurs sans faire de vérifications d'usage.
      Vous voulez savoir ce qui me fait peur... Des gens comme vous qui réfléchis sent de façon irresponsable ... Et il y en a beaucoup par les temps qui courent...

      Rachel Taillon

    • Guy Lafond - Inscrit 14 septembre 2015 20 h 50


      @Mme Taillon, vous pouvez exprimer vos opinions. Après tout, vous êtes dans un pays libre, je crois.

      Moi, j'exprime les miennes car j'ai le devoir de venir en aide aux gens en détresse.

      Le devoir est mon droit et la conscience collective, mon maître.

      Respectueusement,

      Guy Joseph Jean Paul Lafond

    • Catherine-Andrée Bouchard - Abonnée 15 septembre 2015 11 h 35

      M. Guy Joseph Jean Paul Lafond,

      Je vous félicite d'offrir à madame Taillon enfin le modèle de Quelqu'un Responsable.

      Je crois qu'elle ne comprend pas la vraie portée et le sens du mot " Responsabilités".

      Je ne sais pas comment elle compte faire ses " vérifications d'usages" a des sans papier ni quelles questions elle compte d'abord leur poser, mais de toute évidence, bien qu'elle semble convaincue que nous sommes tous des Irresponsables, c'est davantage a un homme de votre Profondeur qu'à une femme de sa Méfiance que je confierais personnellement la gestion du Fléau.

      En cas de Crise Humanitaire, les Gens Responsables se serrent les coudes, je crois.

      Merci et bravo pour votre très Noble Témoignage qui vous Honore,

      Catherine-Andrée Bouchard

  • Richard Bérubé - Inscrit 14 septembre 2015 06 h 42

    Des guerres perpétuelles!

    Le complexe militaro-industriel (j'imagine multinational) dont l'ancien président américain Dwight Eisenhower nous avait avertit de faire très attention dans son discour de fin de terme, mène ces guerres perpétuelles en contrôlant les gouvernements occidentaux. J'imagine qu'Harper a été plus facile à manipuler que les précèdants premiers ministres canadiens vu ses objectifs quasi-similaires à ceux de nos voisins du sud, soit son obscession à la sécurité. Paul Hellyer ancien ministre de la défence canadien a aussi averti du danger de ce complexe militaro-industriel, et même rapporté que lorsque Bill Clinton ancien président américain c'était fait questionné pourquoi il n'avait jamais informé la nation américaine des extra-terrestres, il a répondu qu'il y avait un gouvernement obscure à l'intérieur du gouvernement américain et qu'il ne le contrôlait pas, devinez c'est quoi ce gouvernement. Donc lorsque Guy Pardy explique à Mme Sarah Champagne qu'Harper est responsable, il ne dit qu'une demi-vérité...Hellyer parle aussi de la puissance de l'Élite de Wall Street etc. Il faut garder en tête les objectifs de cet Élite, oui leurs décisions causent directement ce flot ininterompu de réfugiés, mais c'est voulu. Les dictatures qui sont tombées ou qui tomberont ne pèsent pas lourds dans la balance des décisions car dans leur cercle d'alliés (Arabie Saoudite, Quatar, Barhein, Émirats Arabes unis, etc)beaucoup d'autres dictateurs y font légions. Effectivement qu'il faut accepter un certain nombre de réfugiés, mais il faut garder la tête froide sur tout cela, et faire attention pour la sécurité du pays. D'après les commentateurs du programe télévisé Crosstalks de RTTV, un groupe assez considèrable d'ex-combattant d'ISIS, originaire du Caucase, se battrait aux côtés d'un régiment de Néo-nazi pour le compte du leader usurpateur Porochenko contre les ukrainiens pro-russe dans l'est de l'Ukraine....la Russie aurait accepté plus d'un millions de réfugiés ukrainiens...

    • Richard Bérubé - Inscrit 14 septembre 2015 09 h 23

      ces ex-combattants d'ISIS se sont battus en Lybie, en Irak et en Syrie....

  • Jean-Marc Simard - Abonné 14 septembre 2015 07 h 46

    Islam en faillite spirituelle ?

    Pourquoi c'est toujours à l'Occident qu'il revient de réparer les dégâts des systèmes politiques féodaux des pays du Moyen-Orient ? Que font les pays islamiques en réponse aux malheurs de leurs frères musulmans ? Pourquoi les expatriés cherchent-ils toujours refuges en Occident ? Ne serait-ce pas parce qu'ils cherchent en Occident à quérir une liberté absente dans leur propre pays contre qui ils sont obligés de se battre pour réaliser leur humanité ? Pourtant ce n'est pas l'argent qui manque dans les pays de l'OPEP...Pourquoi ne répondent-ils pas de façon positive comme le font les Occidentaux à l'afflux des migrants à leur frontière...Ne serait-ce pas une question de mentalité ? Peut-on y voir la faillite d'un système de pensée moyennageux qui, bien qu'il se prétend miséricordieux, tarde à réaliser cette miséricorde dans les faits...Alors que la Croix Rouge s'affaire et se démène pour venir en aide aux réfugiés, que fait, en contrepartie, le Croissant Rouge pour venir en aide à ses frères musulmans...Que font les autres pays riches du Moyen-Orient non en guerre ? Est-ce que la mentalité qui incite à l'entraide, à la solidarité, à la charité et à l'amour du prochain issue d'une certaine philosophie religieuse chrétienne cadrerait mal avec celle issue d'une philosophie religieuse islamique qui cherche plus à soumettre ses ouailles qu'à les libérer...Peut-on voir dans l'absence de l'Islam à répondre présent devant les cris retentissants de leurs frères musulmans en mal de vivre et d'être, la preuve que le système de pensée issue de l'Islam est en faillite spirituelle ? Est-ce la preuve que ceux de l'Islam sont incapables de soutenir et renforcer les fort élans de générosité venant des populations occidentales parce que ce n'est pas dans leur culture de promouvoir et de démontrer tant d'humanisme ? Faut croire certes, mais croire en quoi ? Tout mouvement religieux n'est pas d'abord un système de prières, mais surtout un système qui ouvre à l'action...

    • Richard Bérubé - Inscrit 14 septembre 2015 09 h 29

      Monsieur Simard, parce qu'un grand pourcentage des troubles au moyen-orient vient justement de l'implication des nations occidentales dans cette région du monde depuis le début du 20ieme siècle...la formation de pays suite au démantèlement de l'Empire Ottoman à la fin de la première guerre mondiale...et leur constant fourrage de nez dans les affaires des autres pour leurs intèrêts personnels...je reviens sur la formation de pays, comme en Afrique avec des ''tribus''qui étaient ennemies une de l'autre, vous saviez que la Syrie avant contait la Lybie, la Jordanie, le Liban et la Syrie...les anglais et les français ont ''fourvoyés'' le système en place...voilà pourquoi monsieur Simard...l'occident récolte aujourd'hui la tempête des vents qu'elle a semé, et ne semble pas vouloir apprendre de ces maudites erreurs....

    • Michèle Dorais - Abonnée 14 septembre 2015 09 h 36

      D'après vous, M. Simard, ce ne sont pas les pays de la coalition États-Unis- Angleterre qui ont bombardé l'Irak ? La France et les États-Unis qui ont fait de même en Lybie ? Le Canada en Afghanistan ? Chercher les causes de la déstabilisation ailleurs qu'en Occident serait faire preuve de myopie historique.

    • Jean-Marc Simard - Abonné 14 septembre 2015 12 h 16

      Il est historiquement vrai que les pays occidentaux ont fait la guerre en Irak, en Afghanistan , en Lybie et que ces guerres ont ouvert une boîte de crabes...Mais la première guerre contre l'Irak sous Bush-père a été faite après que l'Irak ait envahi le Koweit, motivé par la préservation des intérets pétroliers des Américains...La deuxième guerre de l'Irak et celle de l'Afghanistan ont été décidé après les attentats aux tours jumelles du world trade center...Celle de Lybie a été décidé pour soutenir un mouvement de révolte de la population lybienne contre leurs dirigeants...Il n'en reste pas moins que la mentalité issue de la religion musulmane tend davantage à l'enprisonnement qu'à la libération de sa population...Qui a inventé la charia ? Qui a dit qu'être musulman, c'est être soumis et se comporter comme tel ? Qui cherche à enfermer les femmes sous les tchadors ? Ce ne sont pas les occidentaux dont les pays sont terres de liberté...Que l'Islam force les Musulmans à se soumettre fait d'ailleurs l'affaire de tous les dictateurs qui profilent les régimes islamiques. L'Islam fabrique les soumis et les livre en pâture aux dictateurs ...Un autre monsieur a dit qu'il ne faut pas mêler religion et géo-politique...Or dans les pays arabes c'est la religion qui fait la géo-politique et les dictateurs...Vous ne viendrez pas me dire que les dérigeants de ces pays sont férus de démocratie et de liberté.La principale cause de la guerre en Syrie est la révolte du peuple contre le régime dictatorial d'Asad qui a dégénéré en guerre civile.L'autre cause est l'attitude dictatorial d'une mentalité islamique totalitaire qui pense détenir la grande vérité...Une autre cause est l'émergence de Daesh (EI) pour contrer les élans démocratiques d'une population qui cherche la libération de ses geoliers.Voilà ! Il est vrai que certaines interventions des pays de l'Occident n'ont pas aidé. Mais il est tout aussi vrai que la réaction de l'Islam pour corriger la situation est suicidaire...

  • Anitta Aaltonen - Inscrite 14 septembre 2015 08 h 35

    Enfin une critique du militarisme d'Harper!

    Merci M. Pardy.

    • Catherine-Andrée Bouchard - Abonnée 14 septembre 2015 14 h 42

      Je le sais que je n'ai pas le droit de faire mon Importante ici,
      Et que seuls mes commentaires anti-PQ ont retenu l'attention...

      Mais depuis que j'ajoute mon grain de sel à ce journal, il y aura bientôt un an, je m'acharne a faire a toutes les sauces des critiques du militarisme d'Harper.

      Personne ne m'a jamais encouragé sur le sujet, ni même "liké" ne serait-ce qu'une fois.

      Ou étiez-vous?

      Ça aura pris une Crise Humanitaire, 250 articles de journaux et des diplomates qui dénoncent la situation pour flairer le vice!

      C'est dommage qu'on écoute pas plus les artistes au moment où ils se plaignent, ils ont toujours des années d'avance sur les diplomates dans la prise de conscience des crises qui nous guettent.

      Mais c'est sur que des " faiseux de barbeaux", des " plumitifs" et des " gratteux de guitares", ce qu'ils peuvent bien raconter dans leur bivouac, ce sont des élucubrations résultant de leur vie désordonnée, de leur anticonformisme, de leur trop grande Créativité, et de leur consommation puérile de psychotropes.

      Continuons d'attendre que les diplomates s'insurgent pour écouter.

      Et s'en suivra que les crises tourneront toujours en catastrophe insoluble avant que le peuple consente seulement à ce que les autorités investissent dans des mesures de secours pour les rares sinistrés qui ne périront pas avec la plupart de leurs semblables!

      Je m'excuse de critiquer votre commentaire Humanitaire, mais c'est votre " enfin" qui m'est un peu rester dans la gorge.

      Je ne suis pas la seule à critiquer la présence occidentale au Moyen-Orient et cela depuis 2003. Depuis que je suis ici, chaque fois qu'il y a un article sur le sujet, sauf quand c'est la mode, je critique.

      Et on me dit que je n'ai pas ma place dans ce journal et d'aller me faire voir à Radio X!

      Je vois que le peuple ignore tous les articles sur la guerre lorsqu'elle ne nous affecte pas dans notre quotidien...

      ...ou je serais déjà diplomate!

  • Lina Trudel - Abonnée 14 septembre 2015 09 h 05

    Un argument béton

    « Si la seule chose qu’on propose est plus de militaires, alors il faut s’attendre à devoir composer avec ce type d’enjeu humanitaire pour encore longtemps », martèle-t-il, accusant Stephen Harper de participer à créer les conditions qui génèrent maintenant ce flot ininterrompu de réfugiés.

    Cette analyse qui découle d'une très longue expérience et connaissance des enjeux géopolitiques internationaux à de quoi convaincre ceux qui ont été influencé par les justifications sécuritaires.