Vallée ne s’oppose pas à la venue du blogueur Roosh V

Le blogueur Daryush Valizadeh
Photo: Facebook Le blogueur Daryush Valizadeh

La ministre de la Condition féminine, Stéphanie Vallée, ne s’oppose pas à la présence au Québec du blogueur controversé et réputé misogyne Daryush Valizadeh, alias Roosh V.

Présentement en tournée, le blogueur américain, notamment contesté pour ses propos antiféministes banalisant le viol, doit prononcer une conférence à Montréal le 8 août, puis une autre à Toronto, le 15.

Questionnée à ce sujet, la ministre Vallée a indiqué dans un bref courriel, par la voix d’un porte-parole, qu’elle condamnait les propos « inacceptables » tenus par le blogueur.

Mme Vallée « condamne ce genre de propos : ils sont tout à fait inacceptables », a écrit le porte-parole de la ministre, Jad-Patrick Barsoum.

Invité à préciser sa pensée et à dire si cette condamnation signifiait que le Québec devait s’opposer à lui donner accès à une tribune à Montréal, le porte-parole de Mme Vallée a ajouté que la ministre ne ferait « aucun autre commentaire ».

Le cabinet de Mme Vallée a répondu par courriel aux questions de La Presse canadienne, mais n’a pas rédigé de communiqué pour prendre position publiquement sur cette question.

Le conférencier prône notamment la légalisation du viol s’il est commis dans une propriété privée.

Dans un communiqué, la porte-parole de l’opposition officielle en matière de condition féminine, Carole Poirier, a tenu quant à elle à dénoncer la situation et à approuver le mouvement d’opposition au conférencier. Elle a dit considérer que Québec devrait prendre des mesures pour interdire à M. Valizadeh de prononcer sa conférence à Montréal.

La députée péquiste juge que le discours tenu par ce dernier est non seulement inacceptable et misogyne, mais criminel, au sens de la loi, parce qu’il incite à la haine des femmes. « La ministre doit l’empêcher d’avoir une tribune, à Montréal ou ailleurs au Québec », selon elle.

Cette controverse risque de relancer une fois de plus le débat opposant la liberté d’expression à la propagande haineuse. Au cours des dernières semaines, le projet du blogueur de venir à Montréal a soulevé l’indignation de groupes et d’associations, dont le Conseil du statut de la femme.

De plus, une pétition destinée à l’Agence des services frontaliers circule en vue d’exhorter le Canada à lui interdire l’entrée au pays. Elle a déjà recueilli plusieurs milliers de signatures.

À voir en vidéo