Vers un abaissement des barrières à l’emploi

Le gouvernement Couillard entend faciliter l’accès des immigrants au marché du travail.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Le gouvernement Couillard entend faciliter l’accès des immigrants au marché du travail.

Le gouvernement libéral entend lever un bon nombre des « obstacles » qui séparent les Néo-Québécois du marché du travail au moyen d’une « stratégie d’action » financée à hauteur de 22,5 millions de dollars sur trois ans.

« Une réforme est nécessaire », a fait valoir le ministre des Finances, Carlos Leitão, à l’occasion d’une conférence de presse. À ses yeux, le Québec doit « faciliter le chemin des immigrants vers le marché du travail » afin de minimiser les effets d’un « choc démographique important » dû au vieillissement de la population québécoise. Si rien n’est fait, le Québec connaîtra une pénurie de main-d’oeuvre dans certains secteurs de l’économie.

La ministre de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion, Kathleen Weil, fera connaître « très prochainement » une nouvelle « politique d’immigration orientée vers les besoins du Québec » assortie d’une stratégie d’action, a fait remarquer M. Leitão. Ces deux documents refléteront les recommandations des « constats généraux » dégagés lors des consultations publiques tenues à l’Assemblée nationale au cours des derniers mois. Il devrait être question de l’importance de faciliter la reconnaissance et la mise à niveau des compétences des immigrants, entre autres en vue de leur adhésion à des ordres professionnels, et de favoriser la « régionalisation » des nouveaux arrivants.

La nouvelle politique d’immigration renfermera un lot de « mesures concrètes » visant à « favoriser la pleine participation des personnes immigrantes » à la société québécoise, notamment par le biais d’une « intégration professionnelle réussie à la hauteur de leurs compétences », est-il expliqué dans les documents budgétaires dévoilés jeudi.

Pour le reste, le ministère de l’Immigration verra son budget légèrement amputé. Il sera notamment confronté à une baisse de 4,75 millions pour ce qui est des sommes allouées à ses missions de francisation, d’intégration, de diversité et d’inclusion. Les programmes d’aide financière pour l’intégration linguistique des immigrants et les programmes « Réussir l’intégration » et « Mobilisation-Diversité » demeureront toutefois intacts.

À voir en vidéo