Les grands fournisseurs canadiens pris en défaut

En matière de vie privée, plusieurs compagnies canadiennes se mettraient en contravention avec les lois canadiennes, notamment en partageant des données avec des entreprises étrangères.
Photo: Chad Kawalec / Hemera En matière de vie privée, plusieurs compagnies canadiennes se mettraient en contravention avec les lois canadiennes, notamment en partageant des données avec des entreprises étrangères.

Les fournisseurs d’accès à Internet protègent-ils et respectent-ils convenablement la vie privée de leurs abonnées ? Telus le ferait relativement bien. Rogers et Bell ? Pourraient mieux faire, alors que Vidéotron et Shaw traînent résolument de la patte, estime un rapport sur la vie privée à l’ère du numérique publié jeudi.

Pis, en matière de vie privée, plusieurs des 43 compagnies canadiennes placées sous la loupe de deux chercheurs se mettraient même en contravention avec les lois canadiennes, et ce, entre autres, en partageant des données avec des entreprises étrangères, souvent américaines, qui refusent de se plier aux lois nationales.

Les politiques de protection des renseignements personnels de ces entreprises ont été décodées par Andrew Clement, de l’Université de Toronto, et Jonathan Obar, de l’Institut universitaire de technologie de l’Ontario. Plusieurs critères ont été évalués, dont la conformité avec les lois fédérales, l’engagement d’informer les abonnés sur les collectes de données qui les ciblent ou encore les mesures prises pour maintenir les données numériques sur le territoire canadien. L’analyse détaillée est présentée dans un document de 120 pages intitulé « Keeping Internet User in the Know or the Dark » (Maintenir les abonnés d’Internet dans la lumière ou l’obscurité).

Vidéotron et Shaw s’y font écorcher avec deux étoiles décernées par les chercheurs sur les dix possibles. Rogers (quatre étoiles), Bell (trois) et Cogeco (trois et demie) suivent, derrière les cinq étoiles de Telus et les six de Teksavvy, un fournisseur d’accès à Internet qui oeuvre dans la région de Chatham en Ontario et de Gatineau au Québec. Les fournisseurs d’accès sans fil ne font guère mieux : Fido et Virgin Mobile reçoivent une étoile et demie. Koodo ? Une, indique le rapport.

Les chercheurs appellent ces compagnies à prendre la protection de la vie privée de leurs clients un peu plus au sérieux, en se montrant plus transparentes sur les partages des données les concernant avec une tierce partie. Les auteurs recommandent également au CRTC de s’assurer que ces fournisseurs d’accès respectent les lois canadiennes et demandent au gouvernement de faire preuve de plus de transparence sur les collectes d’informations personnelles de citoyens effectuées par ses services auprès des compagnies qui offrent le cadre technique aux nouvelles vies numériques.

La surveillance en ligne inquiète un nombre croissant de personnes au pays, selon un sondage rendu public en janvier dernier par le Commissaire canadien à la protection de la vie privée.