Cri populaire contre l’austérité

Des milliers de manifestants ont marché samedi dernier contre l'austérité. 
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Des milliers de manifestants ont marché samedi dernier contre l'austérité. 

Trompettes, caisses claires, vuvuzelas, crécelles, sifflets : le centre-ville de Montréal, samedi après-midi, a lancé un immense cri contre les ravages sociaux que suscitent les politiques économiques du gouvernement du Parti libéral dirigé par Philippe Couillard. Les rues étaient gorgées de manifestants d’un trottoir à l’autre sur plusieurs kilomètres.

L’événement était organisé par une panoplie de groupes sous le thème de « Refusons l’austérité ». Groupes de femmes, mouvements sociaux, syndicats, mouvement étudiant, organisations autochtones : tous soutiennent, sous ce parapluie commun, que le gouvernement provoque un orage inutile et dangereux. Il manquait des représentants de la communauté anglophone pour que la société québécoise soit très largement représentée par cette offensive.

La manifestation, qui a débuté sur le coup de 13 h à la Place du Canada, s’est terminée, après une suite de zigzags dans les rues du centre-ville, à la place des Festivals. Là ont défilé sur une scène divers acteurs du monde social québécois : groupes de femmes, leaders étudiants, figures de proue des syndicats. Une communication en duplex permettait d’entendre d’autres orateurs à Québec, où se tenait une manifestation semblable.

Régression

Sylvie Moreau, 49 ans, était venue de Beauharnois en défiant les difficultés que pose pour elle le fait d’être aveugle. « Si ce gouvernement ne voit pas ce qui se passe maintenant, il fait semblant de ne rien voir. Il fait régresser la société. Je suis plus en sécurité au milieu de tout le monde ici que soumise à ce gouvernement. »

Armando Tremblay, 31 ans, travailleur dans le monde du cinéma, se disait outré par une suite de mesures qui « affaiblissent les plus pauvres, au point de faire disparaître la classe moyenne ». Pour lui, les gens criaient enfin leur dégoût à l’égard « d’une vieille politique qui profite comme toujours aux mêmes ».

Julie Daoust, une jeune mère de famille de 36 ans, était d’avis, comme un très grand nombre des manifestants présents, que les femmes étaient les premières touchées par les coupes massives du gouvernement. « Ces coupes concernent beaucoup les femmes. Dans les CPE, les services sociaux, en éducation, ce sont des femmes qui, les premières, écopent de ces mesures qui ont conduit à des échecs partout ailleurs. Ça ramène les femmes en arrière et je trouve ça profondément inacceptable dans une société comme la nôtre. »

 

Printemps chaud

Des familles entières, très souvent, marchaient avec de jeunes enfants. Les étudiants étaient nombreux, tout comme les membres du monde enseignant. Des membres de divers syndicats, la CSN, la FTQ et la CSQ, et des syndicats professionnels du gouvernement s’étaient mobilisés. Jacques Létourneau, le président de la CSN, a affirmé qu’« on ne laissera pas le PLQ de M. Couillard détruire l’État social au Québec ». Comme plusieurs autres leaders de la manifestation, il a servi une mise en garde « aux trois docteurs » — Barrette, Couillard et Bolduc — que nombre de manifestants, à l’aide de pancartes, accusaient d’avoir prêté un « serment d’hypocrite ».

À Montréal, en pleine période du magasinage du temps des Fêtes, l’accès au centre-ville a été rendu quasi impossible en raison de la manifestation. Les organisateurs ont promis d’autres actions et, surtout, « un printemps chaud ».

3 commentaires
  • Pierre Germain - Inscrit 1 décembre 2014 05 h 15

    Couillard ne parle pas souvent (euphémisme!) défiscalisation des entreprises, de paradis fiscal ni de fiducie familiale. Sa conception de l'équité est à la fois douteuse et indécente. Son entêtement féroce à s'acharner sur la classe moyenne est méprisable.

    En outre, ses actions contribuent à augmenter l'écart riches-pauvres, tout pour une société injuste démocratiquement affaiblie.

  • Guy Vanier - Inscrit 1 décembre 2014 09 h 02

    Les 3 docteurs n'ont encore rien vus!

    J'étais dans la rue à Québec avec le vrais monde.... Les 3 gras dure dans leur tour d'ivoire feraient mieux de marcher eux aussi, c'est bon pour la santé.....

  • Hélène Paulette - Abonnée 1 décembre 2014 20 h 57

    C'est bien beau la rue...

    Mais encore faudrait-il sortir pour aller voter et encore plus s'impliquer et militer politiquement. Voyez où mène le cynisme et les ''Y sont tous pareils''...