Les dons affluent, les questions aussi

L'ex-leader étudiant Gabriel Nadeau-Dubois
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir L'ex-leader étudiant Gabriel Nadeau-Dubois

Doubler ? Décupler, plutôt. L’appel lancé dimanche par Gabriel Nadeau-Dubois a été entendu. En moins de 24 heures, le site doublonslamise.org avait déjà permis d’amasser plus de 250 000 $, qui serviront à financer la résistance citoyenne au projet d’oléoduc Énergie Est de TransCanada.

L’auteur de Tenir tête — primé dans la catégorie Essai des Prix littéraires du Gouverneur général la semaine dernière — ne s’attendait pas à ce que son coup d’éclat lors de l’émission Tout le monde en parle suscite un tel engouement. La multitude de petits organismes environnementaux membres du collectif « Coule pas chez nous », bénéficiaire de la campagne Doublons la mise, non plus. Lundi, ces derniers étaient sous le choc.

« Quelle surprise ! En ce moment, il y a beaucoup de courriels qui s’échangent entre les différents groupes. Il est un peu tôt pour savoir comment les fonds seront partagés ou utilisés. On est habitués à fonctionner avec pratiquement pas d’argent », explique Jacques Tétreault, du Regroupement Vigilance hydrocarbures Québec, l’un des organismes qui pilote Coule pas chez nous. Le budget annuel du Regroupement Vigilance, actif dans diverses régions de la province, oscille entre 7000 $ et 10 000 $ annuellement.

« Chose certaine, on va s’assurer de respecter la volonté de M. Nadeau-Dubois. Nous avons l’intention d’établir un comité de gestion », a-t-il précisé.

Porte-parole de STOP Oléoduc Portneuf-Saint-Augustin et pour la région de Québec, Anne-Céline Guyon abondait dans ce sens. Toujours sonnée par l’ampleur du phénomène, elle insiste sur l’importance de consacrer les fonds amassés à la campagne Coule pas chez nous.

Les moyens d’agir

Relativement peu connue jusqu’à dimanche soir, cette campagne de sensibilisation a vu le jour en mai dernier. Elle a pour but de sensibiliser la population aux risques associés à l’oléoduc Énergie Est de TransCanada et d’autres projets semblables.

Un site Web, des dépliants et pancartes ainsi que des documents d’information destinés aux 70 municipalités touchées par ce projet existent déjà. Le groupe préparait déjà la seconde phase de son plan d’action lorsque M. Nadeau-Dubois est entré en communication avec lui pour proposer de faire don des 25 000 $ qui accompagnent le prix qu’il recevra mercredi des mains du gouverneur général.

« J’étais confiant d’atteindre 50 000 $. Mais là c’est sûr que ça change tout. C’est un signe que beaucoup de gens sont mal à l’aise avec ce projet-là, et qui sont prêts à mettre de l’énergie, du temps et de l’argent pour le contrer. On va pouvoir faire davantage », se réjouissait M. Nadeau-Dubois, joint à bord du train qui l’amenait vers Ottawa.

Coule pas chez nous dispose de tous les outils pour prendre les décisions qui s’imposent, a-t-il estimé, assurant ne pas avoir l’intention de s’immiscer dans les décisions du groupe sur l’utilisation des fonds amassés.

41 commentaires
  • simon villeneuve - Inscrit 25 novembre 2014 02 h 01

    Secousse secondaire du printemps erable ?

    Peut-etre le Quebec n'est pas si mort que ca, juste "ben ben ecoeurer".

    Les liberaux doivent se rappeller qu'au Quebec, on est majoritairement elu sans avoir la majorite des voix et qu'ils marchent sur des oeufs...

    Un non-sens accepter par les Quebecois que je ne comprendrai jamais.

    • Jocelyne Lapierre - Inscrite 25 novembre 2014 07 h 34

      Loin d'être une secousse secondaire, le printemps érable prend son essor véritable. Je consacrerais les fonds d'abord et avant tout à la sensibilisation de masse et l'information. Bonne continuité à tous!

    • Éric Cyr - Inscrit 26 novembre 2014 09 h 39

      Facile à comprendre pourquoi nous votons pour ceux qui nous détruisent. Ce sont les mêmes firmes de P-R qui offrent les élections clé-en-main en préparant le terrain des années à l'avance et en utilisant tous les médias. La grande masse des gens non-avertis, désinformés et/ou non informés se font prendre...

  • François Ricard - Inscrit 25 novembre 2014 05 h 36

    Mille fois bravo GND

    Articulé, intelligent et solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois est un jeune qui nous force, nous les plus vieux, à remettre en question plusieurs des idées ramassées au fil du temps, idées que l'on oubliait d'ajuster à de nouveaux paradigmes.
    Le printemps érable nous a permis de constater, ravivant l'espoir en l'avenir, que nous avions des jeunes audacieux et bien préparés qui oseront ébranler les colonnes du temple du capitalisme financier.

  • Francois Parent - Inscrit 25 novembre 2014 06 h 12

    Ne laissons pas les pétrolières détruire notre territoire

    Les pétrolières sont prêts à tout pour profiter de nous. Les emplois créé ne sont qu'une chimère sans compter que les oléoducs met l'industrie de la pêche qui représente des milliards de dollars en revenu en danger voir une perte total pour la chaîne alimenaire.

  • Patrick Boulanger - Abonné 25 novembre 2014 07 h 29

    Je trouve que les gestes parlent plus que les mots et à mon sens le don de M. Nadeau-Dubois à cette cause environnementale et la stratégie pour amasser davantage de fonds qui vient avec est tout à fait admirable. Et j'espère que les fonds ramassés vont - au moins! - atteindre le demi-million. Cela ne dépend que de nous : https://doublonslamise.com/

  • Claude Saint-Jarre - Abonné 25 novembre 2014 07 h 40

    Ristigouche

    Aider Ristigouche?

    • Louise Lefebvre - Inscrite 25 novembre 2014 14 h 52

      Voilà où on peut donner pour aider cette municipalité à la merci de Gastem qui les poursuit...parce qu'elle voulait protéger son eau potable...http://solidariteristigouche.ca/

    • Alexie Doucet - Inscrit 25 novembre 2014 17 h 34

      Excellente idée! Ils auront besoin de beaucoup d'argent pour se défendre en cour. Et si on laisse faire à Ristigouche, le problème fera tache d'huile!!

    • Marc Collin - Inscrit 25 novembre 2014 21 h 17

      J’abonde dans le même sens. La bataille juridique de Restigouche est primordiale parce que le droit des municipalités de légiférer pour protéger leur eau potable en dépend. La campagne de financement de Ristigouche, lancée en juillet dernier, peine à atteindre son objectif. Il me semble qu’il serait également bien de prévoir un fonds de solidarité pour les militants éventuellement arrêtés et poursuivis à la suite d’actions de désobéissance civile.