Une victoire pour les vulnérables

Pierrette Thériault-Martel n’entend pas baisser les bras dans le conflit qui l’oppose à Eddy Savoie.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Pierrette Thériault-Martel n’entend pas baisser les bras dans le conflit qui l’oppose à Eddy Savoie.

La citoyenne à qui l’homme d’affaires Eddy Savoie a été condamné à verser près de 300 000 $ pour avoir intenté une « poursuite-bâillon » n’entend pas baisser les bras si le propriétaire de résidences pour aînés fait appel.

 

Pierrette Thériault-Martel se bat depuis trois ans devant les tribunaux, des années qui ont été difficiles. « Je défends les faibles. Je ne pouvais pas abandonner », a-t-elle expliqué en conférence de presse, lundi matin, quelques jours après que le juge Gary D. D. Morrison eut décrété que la poursuite intentée contre elle par M. Savoie en 2011, d’un montant de 400 000 $, était abusive et visait à faire taire cette leader d’un mouvement de dénonciation des conditions de vie des personnes hébergées au CHSLD en PPP Saint-Lambert-sur-le-Golf, où la mère de Mme Martel vivait.

 

« Je suis soulagée, dit Mme Martel à propos du jugement. Ma victoire, c’est de permettre aux familles d’intervenir quand c’est nécessaire et de ne pas être effrayées. » Son avocat, Me Jean-Pierre Ménard, espère en effet que ce jugement dissuadera d’autres propriétaires de résidences d’intimider des patients ou des familles ou d’intenter des poursuites. « Ce jugement déborde de beaucoup ce cas particulier, selon Me Ménard. Tous ceux qui défendent le bien commun, que ce soit en environnement, en santé, en défense des locataires, devraient aujourd’hui se sentir mieux protégés. »

 

Il observe que, même dans les établissements publics, le « matraquage judiciaire contre les usagers » est de plus en plus fréquent.

 

Intimidation

 

Une attitude que Louis Plamondon assimile à de l’intimidation. « Par des menaces d’éviction, des privations de services, l’intimidation est quotidienne » dans certains milieux d’hébergement, selon le porte-parole de l’Association québécoise de défense des droits des personnes retraitées et préretraitées. « Il y a une culture de l’impunité qui se développe, sachant que les personnes n’ont pas les moyens d’entamer des procédures ».

 

Dans cette bataille digne de David contre Goliath, Mme Martel est prête à résister à toute contre-attaque. « Je vais continuer s’il le faut. Je suis une femme de conviction », martèle-t-elle. Eddy Savoie a trente jours pour signifier ses intentions. Si la Cour d’appel devait accepter d’entendre la cause, Me Ménard promet d’exiger des dommages punitifs plus élevés.

 

Selon Me Ménard, les soins prodigués au CHLSD Saint-Lambert-sur-le-Golf souffrent toujours de lacunes. Cette condamnation devrait amener le gouvernement à « faire un examen de conscience » sur la pertinence de maintenir le lien contractuel qui le lie avec l’établissement.

 

L’Agence de la Santé et des Services sociaux de la Montérégie estime toutefois que ce jugement « n’a aucune incidence » sur le contrat qui la lie avec le Groupe Savoie pour le CHSLD en PPP, indique le responsable des communications François Simard.