Pétrole lourd sur le fleuve : la fondation Suzuki fustige Québec

La Fondation David Suzuki a déploré que le ministère de l’Environnement ait autorisé l’exportation « par voie maritime » de « pétrole lourd » issu des sables bitumineux albertains sur le fleuve Saint-Laurent.

 

« Cette nouvelle suscite de vives inquiétudes pour la Fondation puisqu’elle pourrait être le prélude à des exportations massives de pétrole lourd sur le fleuve Saint-Laurent, source d’eau potable pour 43 % des Québécois », déploré la fondation, dans un communiqué publié lundi.

 

Un reportage de Radio-Canada révélait lundi que c’est un pétrole lourd, non raffiné, issu des sables bitumineux de l’Alberta qu’achemine la compagnie Suncor par train depuis trois semaines à Sorel-Tracy. Ce pétrole est destiné à être exporté par bateaux.

 

« Il est déplorable que le ministère de l’Environnement ait autorisé l’exportation de pétrole lourd sur le fleuve sans que la population en soit informée et sans évaluation environnementale puisque ce projet comporte des risques pour l’environnement et la santé humaine », a indiqué la fondation Suzuki.

 

Kildair veut rassurer

 

La compagnie Kildair, qui stocke le pétrole reçu par train avant l’exportation, s’est voulue rassurante. Des gicleurs ont été installés le long des voies de chemin de fer. Un protocole de sécurité est en train d’être mis en place en collaboration avec les municipalités concernées en Montérégie. Le CN va aussi faire circuler les trains à basse vitesse, et les rails seront inspectés régulièrement. De plus, les wagons servant à transporter le pétrole ne sont pas les DOT-111, souvent pointés du doigt après la tragédie de Lac-Mégantic, mais des wagons-citernes plus robustes et plus modernes.

 

Suncor et Kildair n’ont pas eu besoin de passer par le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement, indique Radio-Canada.

 

Un premier navire chargé de pétrole albertain devrait quitter Sorel-Tracy vers le milieu du mois de septembre, puis emprunter le Saint-Laurent.

À voir en vidéo