Un groupe juif ultra-nationaliste s’établira à Montréal

Des membres de la Ligue de défense juive ont pris part à une contre-manifestation samedi à Toronto.
Photo: Darren Calabrese La Presse canadienne Des membres de la Ligue de défense juive ont pris part à une contre-manifestation samedi à Toronto.

La Ligue de défense juive, un groupuscule ultra-nationaliste controversé et dont la section américaine a déjà eu recours à la violence aux États-Unis, va établir une succursale à Montréal, a appris Le Devoir.

 

La Ligue de défense juive (LDJ) a été créée par le rabbin extrémiste Meir Kahane, explique le consul général israélien à Montréal, Joël Lion. Après avoir mis en place la LDJ à New York, M. Kahane a créé son propre parti politique en Israël où il a été finalement élu député à une occasion en 1984. « Le rabbin Kahane en Israël, c’était l’extrême droite raciste, c’est pour ça que son parti avait été interdit », explique M. Lion en entrevue téléphonique avec Le Devoir.

 

Les parlementaires quittaient généralement l’enceinte de la Knesset lorsque le rabbin Kahane prenait la parole, afin de dénoncer ses idées, se souvient M. Lion. Son parti a finalement été interdit en Israël. Le rabbin a connu une fin tragique et brutale : il a été assassiné par un militant arabe à New York en 1990.

 

Ses partisans sont encore présents, en Israël, en France ou au Canada. La Ligue de défense juive du Canada a pignon sur rue à Toronto. La LDJ canadienne organise régulièrement des cours d’autodéfense destinés aux membres de la communauté juive. Le groupuscule appelle aussi ses membres à contre-manifester lors de manifestations propalestiniennes. À Toronto, samedi, plusieurs dizaines de membres de la LDJ canadienne ont fait face à des manifestants propalestiniens, sous l’oeil des policiers. Le rassemblement n’a donné lieu à aucun incident.

 

« Nous voulons donner à nos communautés plus de force pourfaire faceàces organisations et individus qui présentent une menace pour nos communautés », a expliqué le directeur de la LDJ canadienne, Meir Weinstein, en entrevue téléphonique avec Le Devoir, dimanche. Il indique qu’il viendra à Montréal « la semaine prochaine » pour y établir une toute nouvelle succursale de son organisation, précisant que le climat actuel justifie l’expansion de son groupe au Québec. « En fait, je reçois beaucoup d’appels de Montréal, m’indiquant qu’il y a une augmentation de l’antisémitisme », dit M. Weinstein. Le groupuscule avait déjà une présence au Québec, il y a plusieurs années. M. Weinstein souhaite désormais formaliser la présence de la LDJ canadienne. « C’est facile de trouver des gens qui veulent être dans l’organisation, mais c’est plus difficile de trouver du leadership, mais maintenant, on a des gens qui peuvent prendre en main la situation […] à Montréal, dit-il. Les gens doivent pouvoir se défendre eux-mêmes lors des rassemblements, où à n’importe quel autre endroit où les Juifs peuvent être agressés », ajoute-t-il.

  

Dans la mire du FBI

 

La LDJ américaine a été qualifiée d’organisation « terroriste », « violente » et « extrémiste » par le FBI en 2001, notamment après que deux de ses membres eurent comploté en vue de perpétrer un attentat contre une mosquée. Baruch Goldstein, l’extrémiste juif qui a tué 29 Palestiniens lors du massacre du tombeau des Patriarches en 1994 à Hébron, a été membre de la LDJ américaine et un disciple de M. Kahane.

 

Pour la LDJ canadienne, le message du rabbin d’extrême droite est mal compris par les principales organisations juives. « Les institutions juives ont regardé le rabbin Kahane comme une menace directe à leur autorité et ils ont prêché contre lui, disant que traditionnellement, les Juifs ne portent pas d’armes », lit-on sur le site de la LDJ canadienne. Le groupuscule demande toutefois à tous ses membres de respecter les lois en vigueur au Canada.

 

David Ouellette, le porte-parole du Centre consultatif des relations juives et israéliennes à Montréal, qualifie la LDJ de mouvement « ultranationaliste » et « marginal ». Il estime que les idées de la LDJ sont rejetées par la grande majorité des Juifs québécois. M. Ouellette explique toutefois que les activités du groupe respectent les lois canadiennes à sa connaissance.

 

M. Weinstein indique d’ailleurs que son groupe est en très bons termes avec les autorités canadiennes. Il affirme que la LDJ collabore étroitement avec la police pour dénoncer les actes antisémites. « Nous avons établi une ligne de communication sérieuse avec la police à tous les niveaux », dit-il.

 

Sur le plan politique, un des membres les plus actifs de l’organisation, Julius Suraski, faisait partie de la délégation de Stephen Harper lors de sa visite en Israël en début d’année. Le groupe comprenait notamment des hommes d’affaires, des rabbins et des personnalités juives canadiennes. D’ailleurs M. Weinstein ne tarit pas d’éloges au sujet de M. Harper. « Le premier ministre Stephen Harper est un individu extraordinairement juste », dit-il.

À voir en vidéo