La Semaine québécoise des adultes en formation perd son financement

Le gouvernement Couillard a suspendu la subvention pour organiser la Semaine québécoise des adultes en formation. Le Conseil du trésor a informé l’Institut de coopération pour l’éducation des adultes (ICEA) que son financement d’environ 800 000 $ ne lui sera pas accordé l’an prochain. Depuis 12 ans, l’ICEA est responsable d’organiser cette semaine de sensibilisation alors qu’un Québécois sur cinq est susceptible de se retrouver dans une situation où il éprouvera de grandes difficultés à lire et à écrire.

 

« Sans ce financement, ce sont les deux tiers de notre budget qui sont amputés.Cela met même en péril la survie de notre organisme », indique Ronald Cameron, le directeur général de l’ICEA. En juin dernier, il a été informé de cette décision par la Direction de l’éducation des adultes au ministère de l’Éducation, puis par le ministre de l’Enseignement supérieur, Yves Bolduc. « On nous a dit que le financement était suspendu pour un an pour des raisons budgétaires. Mais cette suspension va faire en sorte qu’on va perdre nos partenariats et que tout sera à recommencer », explique M. Cameron.

 

Chaque année, la Semaine québécoise des adultes en formation permet de sensibiliser la population à divers problèmes de société, dont la francisation des immigrants, l’alphabétisation des adultes, la formation liée à l’emploi et le développement de diverses littératies. De nombreux organismes, tels que les syndicats, les entreprises, les groupes communautaires, les commissions scolaires, s’associent à cette activité pour rappeler l’importance de parfaire la formation des adultes. En 2014, plus de 600 organismes y ont été associés.

 

L’ICEA demande donc au gouvernement Couillard de revoir sa décision pour assurer le maintien de la Semaine québécoise des adultes en formation, qui se déroule habituellement fin mars-début avril. Dans une lettre envoyée au ministre Bolduc, le Regroupement économique et social du Sud-Ouest (RESO) de Montréal rappelle que cette Semaine est l’une des rares occasions où les adultes qui choisissent d’entreprendre une démarche de retour aux études peuvent être reconnus et encouragés publiquement. « Promouvoir une culture de formation et encourager les adultes à sortir de la pauvreté et de l’exclusion professionnelle n’est pas un luxe au Québec, c’est une nécessité », peut-on lire.

Sans ce financement, ce sont les deux tiers de notre budget qui sont amputés. Cela met même en péril la survie de notre organisme.

À voir en vidéo