La Ronde lit des empreintes digitales dans l’illégalité

La Ronde a indiqué mardi avoir adopté cette technologie pour « offrir une alternative » à ses abonnés qui souhaiteraient entrer plus rapidement sur le site.
Photo: Pedro Ruiz - Le Devoir La Ronde a indiqué mardi avoir adopté cette technologie pour « offrir une alternative » à ses abonnés qui souhaiteraient entrer plus rapidement sur le site.

Le monstre n’est pas forcément là où on le pense à La Ronde. Le célèbre parc d’attractions de Montréal a rouvert ses portes au public la fin de semaine dernière, pour sa saison 2014, en totale infraction avec une loi du Québec visant à enrayer les dérives liberticides à l’ère du numérique et des contrôles de sécurité par biométrie.

 

Au coeur du problème : l’accès au site qui peut désormais être effectué par simple lecture de l’empreinte digitale des titulaires d’un abonnement de saison. Le passage par ces nouvelles bornes n’est pas obligatoire, même s’il accélère considérablement le temps d’attente à la porte. Toutefois, il aurait dû faire l’objet d’une déclaration de la base de données biométriques très personnelles ainsi constituée par La Ronde, propriété du géant américain du divertissement Six Flags. Ce qui n’a pas été fait, a découvert Le Devoir.

 

« La Commission d’accès à l’information [CAI] n’a pas reçu de divulgation de banque de mesures biométriques provenant de Six Flags », a confirmé en fin de journée mardi une porte-parole de l’institution chargée, entre autres, d’encadrer l’accumulation par des organismes publics et privés, dans le respect des lois provinciales, de données personnelles liées à des analyses morphologiques. Cette déclaration aurait dû pourtant être effectuée dans les semaines précédant l’entrée en vigueur de ce nouveau système d’accès au site par lecture d’empreintes digitales. Et ce, en vertu de l’article 45 de la Loi concernant le cadre juridique des technologies de l’information (LCCJTI).

 

Joint par Le Devoir, Jules Hébert, responsable des communications du parc, n’a pas été en mesure d’indiquer pourquoi la base de données biométriques n’a pas été dûment enregistrée auprès des autorités. Il a simplement précisé que des « avocats ont été consultés » avant l’adaptation de ce nouveau système d’accès au site par lecture biométrique de la clientèle majeure et mineure de La Ronde. « À la lumière des informations que nous avons, nous croyons que notre système est conforme aux lois en vigueur au Québec », a-t-il ajouté.

 

La fin de semaine dernière, La Ronde a déployé ce nouveau système d’accès au site qui utilise la technologie de l’entreprise Lumidigm, une firme américaine dont le siège social est à Albuquerque, au Nouveau-Mexique. La compagnie a vendu plusieurs de ses produits de contrôle et de sécurité biométrique à des parcs d’attractions en Asie, mais également à des services de police, des gouvernements et des banques à travers le monde. En 2009, Lumidigm a aidé les services de renseignement de l’armée américaine à acquérir des senseurs biométriques pour ses activités de surveillance.

 

La Ronde se veut toutefois rassurante et indique que les informations digitales personnelles ainsi collectées sur ses clients demeurent au Canada sur ses serveurs locaux et qu’aucune autre copie n’est disponible sur d’autres serveurs à l’étranger. L’identité d’un individu est établie par une analyse algorithmique de plusieurs points de son empreinte digitale, et non pas par une copie complète de cette empreinte. L’analyse permet toutefois de lier avec une très faible marge d’erreur cette partie du corps à une identité et aux informations personnelles que Six Flags détient sur elle (adresse, date de naissance, taille, numéro de téléphone, courriel…), ce qui en fait une donnée personnelle, fondée sur la morphologie, très sensible.

 

La Ronde a indiqué mardi avoir adopté cette technologie pour « offrir une alternative » à ses abonnés qui souhaiteraient entrer plus rapidement sur le site. « En moyenne, neuf secondes suffisent pour passer les portes lorsqu’on utilise ces lecteurs », dit M. Hébert, contre une dizaine de minutes et parfois plus au coeur de l’été, par la voie normale consistant à présenter un billet ou une carte avec photo. Les abonnés saisonniers ne sont pas obligés de se plier à ce nouveau mode d’entrée, précise La Ronde, qui indique qu’en cas de réticences à poser son doigt sur une borne métallique, l’accès, par les portes traditionnelles, est toujours possible.

 

Au Québec, la biométrie s’installe doucement aux portes de quelques lieux. Outre La Ronde, le Village Vacances Valcartier, mais également l’Université de Montréal offrent des points d’accès à certains de leurs équipements par lecture d’empreintes digitales ou reconnaissance de la main. Certains chantiers de construction, laboratoires médicaux et centres de recherche sont également portés vers cette technologie. La biométrie soulève bien des craintes en raison de l’intrusion dans l’intimité qui l’accompagne et des côtés obscurs qu’elle pourrait aussi dissimuler, particulièrement en matière de contrôle social et de discrimination.

À voir en vidéo