Québec impose des hausses de loyers de 8 % aux Inuits

La crise du logement est sérieuse au Nunavik. Sur la photo, la famille de Suzie Munick.
Photo: Caroline Montpetit La crise du logement est sérieuse au Nunavik. Sur la photo, la famille de Suzie Munick.
Depuis 2010, Québec impose par règlement des hausses de loyers de 8 % par année aux Inuits vivant dans les logements gérés par la Société d’habitation du Québec (SHQ) dans le Grand Nord, une situation qui contribue à aggraver la sérieuse crise du logement qui sévit au Nunavik.

Cette hausse salée, décrétée unilatéralement par l’organisme gouvernemental, équivaut à 10 fois l’augmentation maximale de loyer qui pourra être imposée cette année aux locataires de logis chauffés dans le reste du Québec, établie il y a quelques mois par la Régie du logement du Québec. L’augmentation annuelle, imposée à défaut d’entente négociée depuis 2010, signifie que les locataires inuits sous la coupe de la SHQ ont vu leurs loyers grimper à une vitesse folle.

Depuis quatre ans, l'Office municipal d'habitation Kativik, qui relève de la SHQ, a commencé à évincer certains locataires du Nunavik qui négligeaient de payer leurs loyers. Au moins une cinquantaine d’entre eux ont été «mis à la porte», dans ce coin de pays où la kyrielle de problèmes entraînés par la crise du logement ne semble pas trouver de répit.

Pour ajouter à l’injure, ces Inuits n’ont aucun recours possible devant la Régie du logement du Québec, puisqu'ils sont gérés par des ententes particulières. À l’inverse, le gouvernement, propriétaire des logements, a pleinement le droit de se tourner vers la Régie pour réclamer l’éviction des mauvais payeurs inuits.

Surpopulation, insalubrité, violence conjugale et familiale : la liste des dommages collatéraux créés par le manque criant d'habitations dans le Grand Nord québécois semble ne pas avoir de fin.
5 commentaires
  • F. Georges Gilbert - Inscrit 21 mars 2014 19 h 52

    ''Les Mals logés'' du Grand Nord..

    Il leur a fallu attendre 4 longues années, pour que pareille injustice soit dénoncée.Une Hausse scandaleuse imposée en 2010 et sans dicernement par le régime néolibéral. Que de souffrances nous aurions pu épargné aux plus démunis de notre société..Une unième aberration du ''règne Charest'' à corriger, qui dépasse l'entendement et la capacité d'un nouveau gouvernement à éteindre tous les feux en si peu de temps..Vraiment désolant.

    • Gaetane Derome - Abonnée 21 mars 2014 20 h 20

      Justement,M.Gilbert,pourquoi ne pas l'avoir denonce en 2010 et le faire maintenant..
      Je sympathise avec ces gens,on connait leur situation psycho-sociale difficile et aussi economique,mais justement comme vous dites si cela aurait ete denonce tout de suite,il me semble que ces dernieres annees auraient ete un peu plus faciles,peut-etre,pour eux.

  • Simon Chamberland - Inscrit 21 mars 2014 19 h 55

    Plus puissant que les petits propriétaires

    C'est tout de même désolant de voir un gouvernement tout ouïe devant les groupes de pression des locataires, un gouvernement qui fait tout pour limiter les hausses de loyer à des taux inférieurs à l'inflation, un gouvernement qui considère normal que des rénovations doivent se rembourser sur 35 ans (moins que la durée de vie de la rénovation) mais qui en même temps, se comporte comme le pire des propriétaires lorsque les caméras sont loins.

  • Michel Boisvert - Inscrit 22 mars 2014 09 h 15

    Invasion

    C'est un moyen subtil pour prendre possésion d'un territoire. Tout d'abord on offre aux habitants de les loger presque gratuitement. Lorsqu'ils sont bien installé on les oblige à payer un loyer de plus en plus élevé jusqu'à ce que finalement ils ne peuvent plus pater. Ces gens se retrouvent à loger chez des amis qui à leur tour ne peuvent plus payer et le nombre grossi jusqu'à ce que l'ensemble soit mis sur un bateau et shippé plus au nord. De chipement en chipement on fini par les sortir du territoire qui soudain est devenu intéressant au niveau de l,exploitation des mines qui justement ce trouvent exactement sous les habitations dans lesquelles les gens vivaient avant d'être expulsé justement par ceux qui vont exploiter les mines. C'est bizarre les coincidences de la vie.

    • Claude Mathieu - Abonné 23 mars 2014 11 h 14

      Bonjour monsieur Boisvert,
      Je me pose de sérieuses questions sur votre commentaire. Quelle est votre connaissance de ce territoire ?Vous écrivez qu'il s'agit de ``Prendre possésion (sic) d'un territoire ``Mais qui prend possession de ce territoire où l'on retrouve 14 villages répandus le long des baies d'Hudson et d'Ungava ? Ces villages, pour le plupart existent depuis des décennies,de plus ils sont administrés par des conseils de village (composés majoritairement d'Inuits).Le centre administratif du Nunavik est situé à Kuujjuaq et dirigé principalement par des Inuits .Je vous invite à lire divers articles sur des sites internets pour améliorer votre connaissance du territoire et de son histoire et éviter de voir un ``complot `` des compagnies minières.L'ensemble de votre article sur la question du logement ne correspond à aucune réalité actuelle.
      Claude Mathieu