Des centaines de cyclistes à l'assaut de l'hiver

Plus de 500 cyclistes ont bravé le froid dimanche pour participer au premier grand rassemblement «Vélo sous zéro.» Bien emmitouflés, ils ont fait un tour de 15 kilomètres à partir du parc La Fontaine à Montréal. Vélo Québec, qui organisait cette randonnée, en a profité pour annoncer que La Féria du vélo, qui a lieu au printemps, s’appellerait désormais le Festival Go vélo Montréal.
Photo: Michaël Monnier - Le Devoir Plus de 500 cyclistes ont bravé le froid dimanche pour participer au premier grand rassemblement «Vélo sous zéro.» Bien emmitouflés, ils ont fait un tour de 15 kilomètres à partir du parc La Fontaine à Montréal. Vélo Québec, qui organisait cette randonnée, en a profité pour annoncer que La Féria du vélo, qui a lieu au printemps, s’appellerait désormais le Festival Go vélo Montréal.
Pour la première fois, Vélo Québec a tenu dimanche, à Montréal, l'événement hivernal Vélo sous zéro. Plus de 500 cyclistes «courageux» ont emprunté un parcours de 15 km, dont la majeure partie se trouve sur le «réseau blanc» de la ville. Partis à 10h du parc LaFontaine, ils sont arrivés en après-midi en face de la Maison des cyclistes, rue Rachel.

Vélo Québec veut ainsi démystifier la pratique du vélo en hiver, et inciter les autorités à développer le réseau blanc pour les cyclistes.

La popularité du vélo quatre saisons serait en croissance, selon Vélo Québec. Entre décembre et mars, les pistes cyclables de la rue Rachel et du boulevard de Maisonneuve accueillent une moyenne de 600 cyclistes par jour, soit l’équivalent de 12 à 14 % de l’achalandage estival.

Vélo Québec a profité de l’événement de dimanche pour dévoiler la programmation de son festival 2014, qui culminera avec le 30e Tour de l’Île de Montréal, le 1er juin. La Féria du vélo change ainsi de nom pour devenir le Festival Go vélo Montréal.
1 commentaire
  • Martine Fortin - Inscrite 18 février 2014 09 h 31

    Bravo les cyclistes

    Ils sont en meilleures santés que les automobilistes et polluent moins. Tout le monde devrait les encourager, et non les materniser.