Une roue fissurée intrigue les enquêteurs

Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) possède déjà un indice important sur la cause possible du déraillement suivi de l’incendie, mardi, d’un convoi de marchandises du Canadien National près de Plaster Rock, dans le nord-ouest du Nouveau-Brunswick.

 

Les enquêteurs ont en effet constaté qu’une roue du 13e wagon, soit près de la tête du convoi de 122 wagons, présentait des fissures et s’était déplacée vers l’intérieur de l’essieu. « Cette roue a bougé de son essieu et s’est écartée de la voie, ce qui a entraîné le déraillement de cet essieu monté », a expliqué l’enquêteur Guy Laporte, en conférence de presse jeudi matin à Plaster Rock.

 

« La roue est venue vers l’intérieur […] et elle a roulé sur le ballast et les traverses, mais l’essieu ne s’est pas rompu », a-t-il ajouté plus tard.

 

L’enquêteur a par ailleurs précisé que son équipe avait trouvé un rail rompu.

 

M. Laporte a toutefois averti qu’il était encore impossible de confirmer qu’un de ces éléments aurait pu être la cause directe du déraillement de 19 wagons et d’une locomotive télécommandée.

 

D’autres éléments ne sont d’ailleurs pas écartés, a indiqué l’expert. « La température froide peut créer un problème. On ne dit pas que c’est ça, mais ça pourrait être un facteur contributif. Ce n’est toutefois pas confirmé du tout. »

 

Wagons DOT-111

 

Le déraillement du convoi, qui transportait notamment du pétrole brut et du gaz liquéfié, a provoqué un incendie majeur qui a forcé l’évacuation de quelque 150 personnes.

 

Le pétrole brut était transporté dans des wagons de type DOT-111, ceux-là mêmes qui ont explosé dans le centre-ville de Lac-Mégantic le 6 juillet dernier et dont la sécurité pour le transport de matières inflammables ou explosives a été remise en question à la suite de la catastrophe ferroviaire qui a fait 47 morts. Dans le cas de Plaster Rock, heureusement, le déraillement n’a fait aucun blessé.

 

Jeudi, des informations ont circulé voulant que le secrétaire américain des Transports, Anthony Foxx, prendrait une décision sur l’avenir de ces wagons dans les prochaines semaines.

 

Le convoi s’étendait sur 8045 pieds (2452 mètres) et pesait 9938 tonnes. Il comptait 65 wagons chargés, 25 wagons vides, 32 wagons contenant des résidus, trois locomotives de tête et une locomotive télécommandée.


L’opposition dénonce

 

Le député néodémocrate d’Acadie-Bathurst, Yvon Godin, a vertement dénoncé le mutisme du gouvernement Harper. « Nous sommes deux jours après l’incident et le gouvernement n’a toujours pas parlé aux médias. Il est complètement muet. Il est où, le leadership du gouvernement, lui qui est responsable de la sécurité publique ? », s’est-il interrogé.

 

Par courriel, l’attachée de presse de la ministre fédérale des Transports, Lisa Raitt, a spécifié que les inspections ferroviaires avaient augmenté de 40 % depuis 2006. « Notre gouvernement est engagé envers la sécurité des Canadiens. Nous examinons également si nous avons besoin de nouvelles mesures pour renforcer la sécurité ferroviaire et le transport des matières dangereuses », a écrit Ashley Kelahear.

 

Pour l’opposition officielle, si le gouvernement veut assurer la protection du public, il doit se réapproprier les inspections des chemins de fer et des véhicules plutôt que de les laisser aux compagnies ferroviaires. « Il faut arrêter de se fier strictement aux entreprises : on a vu les résultats. Elles vont toujours couper les coins ronds, c’est systématique. C’est normal : elles vont toujours essayer de faire ça au plus “cheap” », a tranché le chef néodémocrate Thomas Mulcair.


Par Pierre Saint-Arnaud et Fannie Olivier

1 commentaire
  • Louis Gérard Guillotte - Abonné 11 janvier 2014 19 h 58

    Télécommandée!!

    Que signifie télécommandé?Personne à bord de cette locomotive?Télécommandée à
    partir d'où?Cette télécommande permet-elle de décrocher les locomotives du convoi
    des wagons?Au Lac-Mégantic a-t-on décroché les locomotives du convoi pour les sau-
    ver tout juste avant de croiser la rue Frontenac et la courbe ferroviaire entrant dans
    la cour de triage?Cette capacité de télécommande permettait-elle de connaître le po-
    sitionnement et le suivi en temps réel du convoi meurtrier à partir de Farnam ou
    d'ailleurs?L'enquête ne nous aura fourni aucune précision quant à cette possible télécommande.