Encore plus de 42 000 foyers québécois toujours sans électricité

La tempête de verglas qui a sévi dans le sud du Québec tôt dimanche matin a causé de nombreux bris d'équipement.
Photo: Michaël Monnier Le Devoir La tempête de verglas qui a sévi dans le sud du Québec tôt dimanche matin a causé de nombreux bris d'équipement.
Quelque 400 techniciens d'Hydro-Québec ont été rapatriés dans les régions de l'Estrie et de la Montérégie, lundi, pour raccorder les milliers d'abonnés qui sont toujours privés d'électricité.

À 20 h, 42 628 foyers étaient toujours sans courant, dans l'ensemble du Québec.

La grande majorité des interruptions de service se situaient en Estrie, où plus de 30 100 clients d'Hydro-Québec attendaient toujours d'être raccordés au réseau, dont plus de 12 000 dans la MRC de Memphrémagog. Comme c'était le cas dimanche, les citoyens du canton de Magog sont particulièrement affectés, avec quelque 3200 clients toujours dans le noir.

Sur le territoire de la ville de Sherbrooke, Hydro-Sherbrooke rapportait 80 pannes isolées.

En Montérégie, par ailleurs, environ 11 500 abonnés patientaient avant le retour de l'électricité.

Danielle Chabot, porte-parole d'Hydro-Québec, s'attendait à ce qu'une majorité de clients soient rebranchés au réseau d'ici la fin de la soirée lundi.

«Tous les efforts sont déployés mais on ne peut rien promettre car c'est difficile en certains endroits isolés», a précisé Mme Chabot.

Ces secteurs plus isolés devront vraisemblablement patienter jusqu'à la veille de Noël.

Les précipitations qui ont sévi dans le sud du Québec tôt dimanche matin ont causé de nombreux bris d'équipement.

«Il faut rappeler qu'au cours de l'événement, plus de 176 000 clients ont été privés d'électricité [...] et la météo n'était pas vraiment de notre côté puisque nous avons eu droit à des épisodes de verglas, de grésil et de neige, ce qui a rendu le travail de nos équipes difficile», a précisé la porte-parole de la société d'État.

Pire à Toronto

Des centaines de milliers de résidants de la région métropolitaine de Toronto étaient toujours sans électricité, lundi, après qu'une forte tempête de verglas eut endommagé des lignes électriques et fait chuter des branches d'arbres sur des rues transformées en patinoires.

La région semble avoir été la plus touchée par un front froid qui a amené un mélange de pluie verglaçante, de grésil et de basses températures, et qui s'est déplacé au-dessus du sud de l'Ontario en direction des Maritimes.

Les compagnies énergétiques de l'Ontario mettaient la population en garde contre la possibilité que les pannes aillent au-delà du jour de Noël, alors que les équipes de monteurs de lignes travaillent sans relâche.

«La chose prudente à faire, en ce moment, est de prévoir le pire et d'espérer le mieux», a déclaré le dirigeant de Toronto Hydro Anthony Haines, dont la société tentait encore de rebrancher quelque 195 000 clients, lundi après-midi, en baisse par rapport au sommet de plus de 300 000 foyers plongés dans le noir au plus fort de la panne.

Toujours au dire de M. Haines, certaines localités n'auraient pas encore été visitées par les monteurs de lignes. Il semblerait toutefois que Toronto soit en voie de se remettre d'aplomb.

D'ailleurs, le maire de Toronto, Rob Ford, a assuré que la plus grande ville du pays n'avait pas déclaré l'état d'urgence, et qu'il n'était donc pas nécessaire de réclamer de l'aide provinciale.

Le premier magistrat mentionne par ailleurs que les rues de la métropole sont praticables et que l'essentiel du réseau de transport en commun était de nouveau fonctionnel, avec une reprise totale du service du métro prévue plus tard lundi.