Alberta: explosion et incendie après le déraillement d'un train transportant du pétrole

Gainford, Alberta — Les pompiers qui luttaient contre un imposant incendie, samedi, après qu'un train de 13 wagons du CN transportant du pétrole et du gaz eut déraillé à l'ouest d'Edmonton, en Alberta, ont décidé de se retirer et d'attendre que les flammes s'éteignent d'elles-mêmes.

Une porte-parole du comté de Parkland, Jackie Ostashek, affirme que les équipes d'incendie attendent à l'extérieur de l'important périmètre de sécurité, à environ un kilomètre et demi du lieu du déraillement, près du village de Gainford.

Un des wagons-citernes transportant du pétrole liquéfié s'est enflammé alors que la pression à l'intérieur montait et s'échappait par une valve, mais les flammes s'affaiblissent à mesure que la pression était relâchée, a-t-elle détaillé. Les autorités ont confirmé que ce mécanisme de sécurité fonctionnait de manière conforme. 

Les informations semblent toutefois contradictoires: le porte-parole du CN, Louis-Antoine Paquin, a affirmé plus tôt aujourd'hui que des fuites avaient été repérées dans trois wagons de gaz en proie aux flammes.

Le convoi de 13 wagons, quatre remplis de pétrole brut et neuf de gaz de pétrole liquéfié, a quitté les rails vers 1 h 00, heure locale, dans le village situé à environ 80 kilomètres à l'ouest de la capitale provinciale. Le train se rendait à Edmonton en partance de Vancouver. Une centaine de personnes ont été évacuées.

Des témoins ont rapporté avoir entendu une explosion et vu une boule de feu lorsque le train a quitté les rails, et une autre source officielle du comté de Parkland a dit qu'il y avait eu une seconde explosion, plus petite, plus tard dans la matinée.

L'état d'urgence est maintenu dans la région. Des routes sont fermées à la circulation et les équipes de journalistes sont tenues loin à l'écart. Aucun blessé n'a été rapporté jusqu'ici.

Le chef des pompiers du comté de Parkland a affirmé que le wagon en flammes laissait échapper du gaz par des valves, tel que conçu, et qu'il était peu probable que d'autres explosions surviennent.

«Nous allons le laisser se brûler, a dit Jim Phelan. La meilleure chose à faire maintenant est de permettre au produit de se consumer.» Cela pourrait prendre 24 heures.

Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) a dépêché des enquêteurs sur les lieux afin de faire la lumière sur cet accident.


Agrandir le plan

Greenpeace interpelle le gouvernement

De tels désastres ferroviaires deviendront la «nouvelle norme», à moins qu'Ottawa ne resserre les normes de sécurité pour le transport des marchandises dangereuses par rail, a affirmé Greenpeace Canada, samedi.

Le déraillement à Gainford est le troisième en d'importance dans la province au cours des derniers mois, au moment où la sécurité ferroviaire fait l'objet d'une attention de plus en plus marquée dans tout le pays, surtout depuis la tragédie de Lac-Mégantic qui a coûté la vie à 47 personnes en juillet.

Au dire de l'organisme environnemental, en fonction des normes de sécurité dépassées de ce secteur, ce n'est qu'une question de temps avant qu'une autre catastrophe ne se produise.

Pour Keith Stewart, le coordonnateur de campagne sur le climat et l'énergie de l'organisation, le gouvernement fédéral a fait quelques gestes depuis le déraillement dévastateur de Lac-Mégantic, mais ceux-ci sont insuffisants pour réduire les risques.

Il désire qu'Ottawa mène un examen approfondi des normes de sécurité pour le transport du pétrole, que ce soit par train ou par un autre moyen de transport.

«Il y a trois ans, on ne transportait pratiquement pas de pétrole par rail. La croissance fut extrêmement rapide, et ce secteur devrait continuer de prendre de l'importance de cette façon; les normes sécuritaires canadiennes n'ont simplement pas gardé le rythme face aux nouvelles façons de transporter de nouveaux types de pétrole», dit-il.

«Je crois que ce qui s'est produit est que nous transportons de plus en plus de pétrole sur des infrastructures vieillissantes, et qui n'ont pas vraiment été conçues pour cela à la base, et le tout fait augmenter les risques.»

Un porte-parole du CN, Mark Hallman, a souligné que les quatre wagons chargés de pétrole au sein du convoi de 13 voitures étaient intacts, et il a rejeté les inquiétudes de Greenpeace.

«Ils se concentrent sur la question du brut transporté par train mais la situation ici est que les wagons de pétrole sont intacts, et qu'il n'y a aucune indication de fuite», a-t-il déclaré.

Les wagons qui ont pris en feu contenaient du gaz de pétrole liquéfié, a-t-il précisé.

Le bureau de la ministre fédérale des Transports, Lisa Raitt, n'a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire par courriel.

Quelques mesures

À la suite de la tragédie de Lac-Mégantic, où 47 personnes ont perdu la vie, Transports Canada a lancé plusieurs ordres d'urgence, exigeant entre autres que tous les trains transportant des biens dangereux soient conduits par au moins deux employés.

La Fédération canadienne des municipalités a pour sa part formé un groupe de travail en sécurité ferroviaire après le déraillement de Lac-Mégantic, et demandé à Transports Canada d'obtenir plus d'informations sur le transport des biens dangereux.

Des responsables fédéraux ont toutefois affirmé que de telles informations pourraient représenter un risque en matière de sécurité si elles tombaient entre de mauvaises mains.
7 commentaires
  • Francois Parent - Inscrit 19 octobre 2013 09 h 31

    Rien ne change

    Malgré l'incident au Lac Mégantic rien de change en matière de sécurité.

  • Patrick Lépine - Inscrit 19 octobre 2013 11 h 02

    Trains électriques pour pétrole automobile...

    Mais qu'est-ce qui arrive donc à nos convois ferroviaires par les temps qui courent?!?

    Pendant des décennies, les trains roulent sans trop de problèmes, mais alors que le gouvernement tente avec la collaboration de l'industrie pétrolière de nous faire accepter un tronçon de pipeline ou d'oléoduc convertit pour le pétrole, les accidents se multiplient, et aux abords même des villes et localités...

    Est-ce une menace pétrolière?

    Vivement que les voitures tout comme les trains deviennent principalement électriques...

    Le moteur-roue y trouvera enfin son utilité.

  • Denise Lauzon - Inscrite 19 octobre 2013 15 h 18

    Quand va-t-on apprendre la leçon?

    Des trains contenant du pétrole qui déraillent, des fuites dans les oléoducs, des plate-formes pétrolières susceptibles de créer des catastrophes terribles à l'écosystème comme, entre autres, celle de BP dans le Golfe du Mexique. On peut aussi parler des dégâts causés à l'environnement par l'exploitation des sables bitumineux dans la région de Fort Mc Murray. C'est moins spectaculaire qu'une explosion telle que celle survenue à Lac Mégantic, mais il n'en reste pas moins que les dommages sont énormes et continue de se multiplier.

    Toutes les tentatives pour lancer, à grande échelle, la production de voitures électriques n'ont jamais été bien loin, les lobbyistes du pétrole ayant tout fait pour faire avorter ces projets.

  • Jean-Marc Simard - Abonné 19 octobre 2013 17 h 08

    Voies ferrées à refaire

    Les voies ferrées à la grandeur du Canada sont à refaire. Leur temps de vie est dépassé. En outre on transporte du pétrole liquide dans des wagons non adaptés à ce genre de transport. Harper veut créer de l'emploi, c'est le temps d'agir. Que les compagnies ferrovières refassent leur réseau avec l'argent des pétrolières...

  • Serge Lemire - Inscrit 19 octobre 2013 17 h 43

    De toute beauté!

    Les conspirationnistes pourraient avancer que ces deux désastres de Gainford et du Lac Mégantic préparent la voie à nous faire avaler de force le pipeline d'Alberta jusqu'à chez nous. Mais bon ce n'est que du hasard non?

    Le moteur-roue nous viendra probablement de Chine...pas d'ici!