​Des livres calcinés du Parlement du Canada-Uni retrouvés dans le Vieux-Montréal

Des restes calcinés de plusieurs bouquins qui se trouvaient sur les rayons des anciennes bibliothèques parlementaires du bâtiment.
Photo: Source Alain Vandal - Pointe-à-Callière Des restes calcinés de plusieurs bouquins qui se trouvaient sur les rayons des anciennes bibliothèques parlementaires du bâtiment.

Le site de l'ancien Parlement du Canada-Uni, qui avait pignon sur rue à Montréal entre 1844 et 1849, continue à livrer certains de ses secrets.

Des restes calcinés de plusieurs bouquins qui se trouvaient sur les rayons des anciennes bibliothèques parlementaires du bâtiment ont été retrouvés dans le cadre de la campagne de fouilles archéologiques du musée Pointe-à-Callière.

Sept ouvrages ont été extirpés vendredi et lundi des décombres calcinés de l'ancien édifice, lequel a été complètement rasé par un violent incendie à la suite d'une émeute le 15 avril 1849.

En entamant les fouilles sur la place d'Youville, en juillet, les chercheurs entretenaient un mince espoir de déterrer de tels trésors, mais ils ont malgré tout été surpris de tomber sur ces restes de papier consumés, relate Louise Pothier, responsable du chantier.

«C'est une découverte symbolique extraordinaire dans l'histoire du bâtiment qu'on n'osait même plus espérer parce que (le musée) Pointe-à-Callière fouille depuis 2010 sur le site», expose l'archéologue.

«On espérait tomber sur ce qui pourrait être les restants d'une bibliothèque, et ça commence à ressembler à ça, alors on est très heureux», poursuit-elle.

Les artéfacts seront rapidement envoyés au Centre de conservation du Québec, qui en fera l'analyse afin d'en évaluer les possibilités de restauration.

La tâche promet d'être ardue. On parle, après tout, de livres qui ont été lourdement endommagés par les flammes avant d'être possiblement emportés dans l'effondrement de l'édifice, puis imbibés d'eau lors des efforts visant à maîtriser l'incendie.

Les premières observations des archéologues ont permis de déterminer que l'un des livres retrouvés est écrit en français et traitait possiblement de la faune.

Selon le musée Pointe-à-Callière, plus de 24 000 documents publics, dont certains remontant à la Nouvelle-France, ont été réduits en cendres le soir du brasier.

«On sait qu'il y avait là une bibliothèque extrêmement précieuse dont les livres provenaient des débuts de la colonie, du régime français», expose Mme Pothier.

Des lois importantes sur la création du Canada ont été votées au Parlement du Canada-Uni à Montréal, dont celle établissant le «gouvernement responsable» de 1848.

À la suite de l'incendie, le Parlement a siégé en alternance à Toronto et Québec, avant de s'installer définitivement à Ottawa en 1857.

Par Mélanie Marquis

À voir en vidéo