Des Montréalais adeptes de baignade urbaine

Des dizaines de Montréalais se sont réappropriés à leur façon le fleuve Saint-Laurent mercredi dans le Vieux-Port.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Des dizaines de Montréalais se sont réappropriés à leur façon le fleuve Saint-Laurent mercredi dans le Vieux-Port.

Des dizaines de Montréalais ont envahi les eaux du Vieux-Port, mercredi matin, afin de contribuer, à leur façon, à la réappropriation du fleuve Saint-Laurent par ses résidants.

 

Le Comité citoyen Montréal Baignade, qui organise chaque année depuis 10 ans le Grand Splash, revendique auprès des élus la mise en place de mesures visant à permettre la pratique de la baignade aux pourtours de l’île.

 

Selon la Ville de Montréal, l’île comprend 75 km de rive, dont 50 % sont de propriété publique ou institutionnelle. Malgré tout, la baignade n’y est pas couramment pratiquée, bien que la qualité de l’eau le permet généralement.

 

Si ces adeptes de la baignade urbaine ont pu se rafraîchir mercredi en prévision d’une nouvelle journée de canicule, le temps chaud et écrasant des derniers jours devrait être un peu moins affligeant ce jeudi.

 

Le temps caniculaire qui perdurait depuis plusieurs jours s’est en effet traduit en soirée mercredi par de violents orages. Résultat ? Plus de 62 000 clients d’Hydro-Québec étaient privés de courant, mercredi soir, en raison des fortes pluies et des puissants vents qui se sont abattus sur de nombreuses régions.

 

Sur son site Web, la société d’État indiquait que les régions de la Montérégie, des Laurentides et de Lanaudière étaient les plus touchées. En Montérégie, 22 305 abonnés n’avaient pas d’électricité, peu après 20 h. Sur son compte Twitter, Hydro-Québec affirmait que des équipes étaient à l’oeuvre sur le terrain afin d’intervenir.

 

Environnement Canada avait publié des avertissements d’orages violents pour les régions qui étaient les plus touchées par les pannes. Selon l’organisme fédéral, les averses devraient cesser tard mercredi soir. Des rafales pouvant atteindre jusqu’à 40 km/h dans certains cas pourraient accompagner les fortes précipitations.

 

 

Avec La Presse canadienne

3 commentaires
  • Léonce Naud - Abonné 18 juillet 2013 07 h 52

    Montréal-Plage au bassin Jacques-Cartier ?

    Dès 2009, un réaménagement complet du bassin Jacques-Cartier dans le sens du monde a déjà été suggéré dans le cadre du concours d'idées «Rêvez Montréal» organisé par La Presse. Une simple esquisse de ce projet a gagné le concours.
    http://www.gensdebaignade.org/documents/Concours_R

  • France Marcotte - Abonnée 18 juillet 2013 09 h 03

    On pourrait au moins naviguer

    Avec 75 km de rive, dont 50 % sont de propriété publique ou institutionnelle, on pourrait au moins se développer un pied marin.

    Il y a des rampes de mise à l'eau bien sûr pour les quelques chanceux qui ont une embarcation et de quoi la mettre à l'eau et la ramener chez soi après la promenade, mais où sont les quais publics en dehors du vieux port, où sont les chaloupes, les canots, les cayaks à louer pour qu'on reprenne contact avec les voies navigables, ces chemins par où on est tous autrefois venus ici.

  • France Marcotte - Abonnée 18 juillet 2013 09 h 39

    Avoir accès à l'eau

    C'est un besoin si impérieux pour bien des humains qu'on cherche à le combler par tous les moyens et pas seulement pour s'abreuver.
    On fait des kilomètres à terre ou dans les airs pour le plaisir de rêvasser au bord de l'eau. On en a besoin, l'eau apaise, rend meilleur.

    Au Québec il y a des milliers de lacs et des privilégiés se les approprient par les rives même si les lacs sont publics...en théorie.

    Montréal est une île et pourtant prive ses enfants de tout son territoire d'un accès facile à l'eau.

    Ce n'est pas parce que la plupart ne ressent plus cet affront que ce n'est pas scandaleux.