Règlement sur les manifestations - Breton s’interroge sur le travail des policiers

Le député du Parti québécois, Daniel Breton, a fait une apparition-surprise à la vigile contre la brutalité policière.
Photo: François Pesant - Le Devoir Le député du Parti québécois, Daniel Breton, a fait une apparition-surprise à la vigile contre la brutalité policière.

Il a fait une apparition-surprise lors d’une vigile organisée pour dénoncer la brutalité policière, sur la place des Festivals, au centre-ville de Montréal. Le député a justifié sa visite par le fait que le rassemblement se trouvait sur le territoire de sa circonscription.


Pendant plus de vingt minutes, à la surprise de tous, M. Breton a parlé aux citoyens présents, et les a surtout écoutés. Plusieurs citoyens n’ont pas eu de mots tendres à son égard ni à l’égard du gouvernement péquiste. Face à des personnes qui affirmaient qu’il y avait eu des cas de brutalité policière et d’abus de pouvoir de la part du SPVM et de la Sûreté du Québec, il a tendu sa carte professionnelle, afin de pouvoir les contacter ultérieurement. « C’est pour ça que j’ai demandé au monde de m’envoyer de l’information, pour que je puisse regarder ça de près puis parler de ça au caucus », a-t-il expliqué, en entrevue au Devoir.


« Il y a des abus de tous les côtés, mais là, je veux voir qu’est-ce qui se passe, ça m’inquiète. Je vous le dis, là, je suis inquiet », a-t-il déclaré.


S’il n’a pas critiqué le travail du SPVM, il veut toutefois parler aux responsables policiers. « J’ai des questions à leur poser, par exemple, a-t-il dit, sans préciser le contenu de ces questions. Je vais m’arranger avec eux autres », a rajouté M. Breton.


Plusieurs personnes ont insisté pour que M. Breton leur donne son avis au sujet du règlement P-6 de la Ville de Montréal. Face à l’insistance de la foule d’une vingtaine de personnes réunies autour de lui, M. Breton a fini par répondre.


« Je découvre ce règlement-là qui semble poser vraiment problème », a-t-il répondu aux personnes agglutinées autour de lui afin de pouvoir l’écouter.

 

Marois au courant


M. Breton a assuré que la première ministre du Québec, Pauline Marois, était au courant de sa démarche, et qu’elle ne s’y est pas opposée, bien au contraire. Il a assuré aux manifestants qu’il ferait part de leurs remarques à Mme Marois dès mardi. M. Breton a par la suite observé la vigile et les nombreux policiers présents qui l’encadraient.


Quant au rassemblement contre la « brutalité policière », il a réuni environ 150 personnes. Le SPVM a assuré, au début de la manifestation, qu’un trajet avait été remis. Vers 21 h, quelques dizaines de personnes ont effectué un sit-in sur la rue Sainte-Catherine. Par la suite, la manifestation a été déclarée légale. Le SPVM n’a rapporté aucune arrestation.

***

Ce texte a été modifié après sa publication.

À voir en vidéo