Règlement P-6 - Un itinéraire pour la vigile de vendredi

Plus de 200 personnes ont reçu une contravention d’au moins 637$ vendredi dernier pour avoir été partie prenante d’un événement contrevenant à P-6. Ce règlement contesté devant les tribunaux condamne aussi l’utilisation du masque, ce contre quoi proteste Anarchopanda, l’une des figures devenues publiques à la faveur du printemps étudiant.
Photo: Marie-Hélène Tremblay - Archives Le Devoir Plus de 200 personnes ont reçu une contravention d’au moins 637$ vendredi dernier pour avoir été partie prenante d’un événement contrevenant à P-6. Ce règlement contesté devant les tribunaux condamne aussi l’utilisation du masque, ce contre quoi proteste Anarchopanda, l’une des figures devenues publiques à la faveur du printemps étudiant.

Avec ou sans itinéraire? La «vigile silencieuse et pacifique à la chandelle contre la brutalité policière» qui aura lieu vendredi à la place des Festivals, à Montréal, a désormais son itinéraire, qui a été fourni mercredi au Service de police de la Ville de Montréal.

C’est Sébastien Lambert, un citoyen de Québec qui ne sera pas lui-même ni de la vigile silencieuse d’une heure ni non plus de la marche qui devrait avoir lieu ensuite dans les rues de Montréal, qui a pris l’initiative mercredi de pondre un trajet, de le publier sur la page Facebook créée autour de l’événement, de l’acheminer aux salles de rédaction de plusieurs médias, et aussi à la police par courriel.

«Je veux juste qu’un itinéraire soit fourni, et qu’il reste une trace de cela, puisqu’il semble bien que ce soit la principale critique qui revient toujours dans l’opinion publique, a expliqué le jeune homme en entrevue. Comme ça, il y a un itinéraire, si les gens veulent le suivre, ils le peuvent, et la police a cet itinéraire en mains. On fournit l’itinéraire, on va voir ce qui va se passer.»

Le controversé règlement municipal P-6 de la Ville de Montréal continue de soulever les passions depuis que sa mise en application systématique par le SPVM a donné lieu à nombre d’interpellations et à la fin abrupte d’attroupements jugés illégaux dès leur création. Vendredi dernier, la marche destinée à souligner le premier anniversaire de la manif du 22 mars 2012 a été stoppée moins de deux coins de rue après son départ, et jugée illégale en vertu de P-6. Ce règlement, reliquat qui condamne les attroupements non autorisés, exige qu’un itinéraire soit fourni avant la mise en branle des manifestants.

Plus de 200 contraventions

Plus de 200 participants à cet événement ont reçu une contravention d’au moins 637 $ vendredi dernier pour avoir été partie prenante d’un événement contrevenant à P-6. Ce règlement contesté devant les tribunaux condamne aussi l’utilisation du masque, ce contre quoi proteste Anarchopanda, l’une des figures devenues publiques à la faveur du printemps étudiant.

La vigile qui aura lieu ce vendredi doit réunir des manifestants brandissant la chandelle dans le silence une heure durant, entre 20 h et 21 h. L’itinéraire proposé prévoit ensuite une marche rues Saint-Laurent, Mont-Royal, Saint-Denis et Sainte-Catherine.
19 commentaires
  • Louis-Solem Pérot - Inscrit 27 mars 2013 18 h 55

    Au sujet de la manifestation

    Bonjour,
    Je me nomme Louis-Solem Pérot, je suis l'organisateur de la Vigile de vendredi. Bien que je sois heureux que l'évènement sois médiatisé, je n'approuve pas la décision qui a été prise de fournir un itinéraire. Cet évènement a pris forme grâce aux discutions des nombreux manifestant(e)s engagé(e)s qui ont donné(e)s leurs avis sur le déroulement de la manifestation. Nous nous étions mis d'accord que la Vigile d'une heure serait légale et stationnaire. Je me déchargeais de toutes responsabilités pour le reste de la soirée. Bien que j'ai encouragé les membres de l'évènement à manifester par la suite, je ne me suis pas prononcé sur l'itinéraire. Que Sébastien Lambert ai pris la liberté de nous imposer le trajet de cette marche va à l'encontre des principes fondamentaux de la démocratie en ce qui attrait aux manifestations. Une manifestation est un organisme auto-géré qui doit être en réaction avec les évènements qui se produisent en cours de route. Je croyais que ce sujet avait été largement débatu alors que plusieurs centaines de milliers de casseroles retentissaient dans les rues contre ces mesures anti-constitutionnelles. Vendredi soir, nous discuterons ensemble un peu avant la marche nos opinions sur ce trajet forcé membre qui ne sera pas des nôtres. J'invite Sébastien Lambert a discuter avec les membres du groupe la prochaine fois avant d'agir seul.

    • Thomas Sallé Phelippes de La Marnierre - Inscrit 27 mars 2013 21 h 10

      Si la foule veut pas, elle le fera pas. C'est comme ça que ça marche, une manif : on ne peut pas vraiment imposer quoi que ce soit à quiconque.

    • Louka Paradis - Inscrit 27 mars 2013 21 h 37

      Voilà justement à quoi ressemble l'anarchie...
      Louka Paradis, Gatineau

    • Jean-Philippe Guilbault - Inscrit 28 mars 2013 07 h 08

      Il y a une différence, M. ou Mme Paradis entre l'anarchie et l'autogérence.

    • Gilles Goulet - Inscrit 28 mars 2013 07 h 17

      Si la foule ne suit pas l'itinéraire, la manif sera déclarée illégale avec les problèmes qui s'en suivront. Il semble bien que ce soit exactement ce que vous voulez, l'anarchie. Mais pour prouver quoi ? Que les policiers sont cruels parce qu'ils vous empêchent d'enfreindre la loi ?

    • Sylvain Auclair - Abonné 28 mars 2013 10 h 10

      Je me demande toujours et encore ce que les policiers pourquoi les policiers s'occupent de faire appliquer un règlement municipal. Vont-ils arrêter les gens qui sortent leurs vidanges en dehors des heures?

      J'aimerais qu'un juriste nous éclaire sur ce point.

    • Raymond Turgeon - Inscrit 28 mars 2013 12 h 33

      Je suis très curieux de connaître le prétexte qu'utilisera notre faiblesse constabulaire pour déclarer l'illégalité de cette manif. Quel autre contrainte Montréal va-t-elle imaginer afin de maintenir l'apathie, sous prétexte que son contraire dérange?

      Raymond Turgeon

    • J-F Garneau - Abonné 28 mars 2013 17 h 05

      "...nous imposer le trajet de cette marche va à l'encontre des principes fondamentaux de la démocratie en ce qui attrait aux manifestations."

      Non.

      1- personne ne vous "impose" de trajet. Tout au plus on vous demande de fournir votre trajet.
      2- et de quel principe "fondamental" de la démocratie parlez-vous?

      Sans verser dans un cours sur les fondements du droit, il importe de savoir qu'un droit n'est pas absolu.

      La liberté de chacun s'arrête où finit celle des autres.

      Un propriétaire immobilier ne peut faire subir à ses voisins des troubles qui résultent non plus de l'exercice de son droit de propriété paisible, mais outrepasse ce droit et en use avec l'intention de nuire. Ainsi en serait-il d'un propriétaire, certes libre de faire du feu dans son jardin, mais qui l'alimenterait de telle manière qu'il enfume et intoxique tout le voisinage. Ou d'écouter du Métallica à tue-tête à 4 h du matin.

      La liberté d'expression, l'une des plus importantes libertés publiques, mais peut très bien être balisée.
      En France, on est plutôt clairs : "La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi"
      On remarquera que l'on toère que la liberté d'expression puisse être soumise à certaines formalités, conditions, restrictions prévues par la loi pour diverses raisons et dans l'intérêt commun.

      La notion qu'une personne outrepasserait sa liberté d'expression et nuirait ainsi à des tiers est pourtant simple à comprendre.
      Il semble que dans une société comme la nôtre, fournir l'itinéraire d'une manifestation est une bien petite formalité. Une bien petite concession qui est le reflet des principes fondamentaux de la démocratie.

  • Marc Blanchard - Inscrit 27 mars 2013 21 h 42

    Sortez de votre bulle anarcho-dissidente

    En France, pays de la manif, on fournit des itinéraires.

    • Sylvie Carrière - Inscrit 28 mars 2013 11 h 38

      En France, pays de la manif, on fournit des itinéraires... Et pourtant, rien empêche les débordements.

      Exemple de celle du 24 mars dernier. http://www.youtube.com/watch?v=3KphxSwz-J4

    • J-F Garneau - Abonné 28 mars 2013 17 h 10

      @ Mme Carrière, eh non, ça n'empêche pas les débordements.
      Mais on s'entend que fournir l'itinéraire (à Paris et partout en France 3 JOURS à l'avance) et que les instructions claires des organisateurs sous forme d'appels réguliers au calme, via haut-parleur, avec les écrans géants qui jalonnaient le parcours qui relayaient également ce message : "N'essayez pas de déborder, c'est inutile, périlleux et illégal", contribuent à faciliter la manifestation et minimiser la casse.
      Ce qui ne rend pas les manifestations moins efficaces, ni les règlement français (plutôt bien suivis) inutiles.

  • Clément Doyer - Abonné 28 mars 2013 07 h 30

    Pourquoi pas tous en fournir un? Avec 250 itinéraires, il y en aura un qui sera correct et les flics seront pris avec leur propre piège.

    • Claude Smith - Abonné 28 mars 2013 09 h 17

      Ça M. Doyer, cela s'appelle de la mauvaise foi.

      Claude Smith

    • Alexandre Baril - Inscrit 28 mars 2013 21 h 23

      Je dirais plutôt de l'intelligence et une idée très bien pensée de surcroît!

  • Jacques Boulanger - Inscrit 28 mars 2013 10 h 35

    Et pourquoi, je vous prie

    Vous manifestez pourquoi ? Pour la couverture médiatique ? Pour sensibiliser l’ensemble de la population à la justesse de vos revendications et obtenir leur adhésion ? On a la navrante impression que vous manifestez pour simplement manifester. Peu importe l’objet. On manifeste. C’est devenu une forme d’happening que l’on maquille sous une couche d’énoncés idéologiques aussi vagues que creux.

    Bon, grand bien vous fasse. À défaut de pouvoir payer vos amendes, vous apporterez votre contribution dans les travaux communautaires. Et pour cela, nous vous en remercions.

    • Sylvie Carrière - Inscrit 28 mars 2013 11 h 52

      Malheureusement, vous avez sûrement reçu un certain conditionnement médiatique comme la grande majorité de la population.

      Les cassages de vitrines furent le centre de ces événements.

      Les étudiants se surendettent afin que plus tard ils puissent occuper des emplois décents.

      On saccage l'assurance-emploi et l'aide sociale.

      On construit des condos de luxe, alors qu'il y a un besoin criant en logements abordables.

      Des travailleurs n'arrivant plus à joindre les deux bouts.

      Les politiciens ne s'occupent plus des besoins de la population, mais bien de mettre la table afin d'enrichir davantage les mieux nantis.

      De plus, le 22 mars dernier, les manifestants ayant subi la pire des violences, pas avec les matraques, ni grenades assourdissantes, etc., mais l'interdiction du droit de parole citoyen. S'ajoutant des arrestations de masse.

      Selon vous, l'austérité imposée à la population par les décisions politiques, ainsi que la répression sur la liberté d'expression, ne sont pas des bonnes raisons pour manifester?

  • Serge Grenier - Inscrit 28 mars 2013 11 h 14

    Pourquoi manifester ?

    On manifeste pour que ça change, pas pour la couverture médiatique.

    Ceux qui veulent que ça continue, c'est eux qui ont un problème dans la tête.

    Les personnes qui ont besoin qu'on leur explique pourquoi les gens manifestent, ça veut dire qu'elles-mêmes ne se rendent pas compte que ça va TRÈS mal dans le monde entier. Et c'est d'ailleurs justement à cause de ces personnes égoïstes et irresponsables que ça va si mal dans le monde.

    Les personnes qui maintiennent au pouvoir des gens comme Harper, Marois et bientôt Couillard : ce sont elles qui sont aussi «vagues que creuses» !

    • Carole Dionne - Inscrite 28 mars 2013 15 h 35

      Bizarre votre raisonnement

      "On manifeste pour que ça change, pas pour la couverture médiatique.". Vraiment, "aussi vague que creux". Rien contre la manifestation et sourtout il; faut avoir une couverture médiatique. Mais c'est le comment.