Les députés britanniques approuvent le mariage gai par une large majorité

Londres — Les députés britanniques ont voté par une écrasante majorité, mardi, en faveur de la légalisation du mariage entre conjoints de même sexe, une mesure soutenue par le premier ministre David Cameron, mais qui a divisé les députés de son Parti conservateur.

Lors du premier vote sur le dossier à la Chambre des communes, les députés ont voté à 400 contre 175 en faveur du projet de loi. La majorité des députés travaillistes et libéraux-démocrates ont soutenu le projet, mais environ la moitié des députés conservateurs ont voté contre ou se sont abstenus.

Le projet de loi devra maintenant être soumis à des débats parlementaires plus détaillés avant d'être présenté à la Chambre des Lords, qui devrait l'approuver compte tenu de l'important appui que le texte a reçu mardi.

Civil ou religieux


Si la mesure prend force de loi, les couples gais pourront se marier dans le cadre de cérémonies civiles ou religieuses, dans le cas des institutions religieuses qui y consentiront.

Le projet de loi permettra aussi aux couples gais déjà unis civilement de convertir leur relation en mariage.

Plus tôt mardi, David Cameron, qui n'a pas participé au débat au Parlement avant le vote, avait déclaré que l'adoption du projet de loi était «un important pas en avant» pour le Royaume-Uni.

«Je suis un fier partisan du mariage. Il aide les gens à s'engager l'un envers l'autre et je crois qu'il est juste que les personnes gaies puissent avoir le droit de se marier aussi», a-t-il dit. "Oui, c'est une question d'égalité. Mais c'est aussi une façon de rendre notre société plus forte."

Le gouvernement a souligné que toutes les organisations religieuses seraient libres de décider si elles célébreront des mariages homosexuels. Mais le projet de loi interdit à l'Église d'Angleterre, qui représente la religion officielle au Royaume-Uni, de célébrer des mariages gais.

Cette mesure vise à assurer que l'Église d'Angleterre, qui est tenue de marier tous les couples du pays qui en font la demande mais qui s'oppose au mariage entre personnes de même sexe, soit protégée contre les éventuelles poursuites judiciaires.

Actuellement, les couples gais britanniques ne peuvent opter que pour l'union civile, qui offre les mêmes droits et protections que le mariage sur des dossiers comme l'héritage, les prestations de retraite et les pensions alimentaires pour les enfants.

Les partisans du projet de loi estiment que les couples homosexuels devraient être traités exactement de la même manière que les couples hétérosexuels, mais les opposants craignent que la légalisation du mariage gai ne change la signification traditionnelle du mariage. Certains conservateurs craignent aussi que le projet de loi leur fasse perdre un nombre considérable de voix aux prochaines élections.

S'il est adopté, le projet de loi entrera en vigueur en 2015. La mesure s'appliquerait seulement en Angleterre et au Pays de Galles. Il n'y a aucun projet de loi similaire en Irlande du Nord, mais l'Écosse envisage de présenter son propre projet sur le mariage gai.
2 commentaires
  • Michel Lebel - Abonné 5 février 2013 17 h 18

    L'évolution des mentalités...

    Chacun son opinion! Pour certains, un pas en avant(en avant de quoi?), d'autres diront un pas en arrière(vers quoi?). Un débat sans fin! Tout a été dit! Chacun garde son opinion! Amen!

  • Jérémie Poupart Montpetit - Abonné 5 février 2013 18 h 56

    les mots, encore les mots...

    Très fier des britanniques pour ce projet, mais encore et toujours déçu de la répartit dans opposants au mariage gai. Quelle est donc cette crainte du changement de la "signification traditionnelle" du mariage ? Et quelle est donc cette fameuse "signification traditionnelle" ? Serait-on frileux au point de ne vouloir changer une définition dans un dictionnaire alors que nous vivons à une époque ou nous acceptons des néologisme reliés à la technologie et aux réalités modernes ?

    Sans lancer un débat philosophique, il me semble qu'un mariage a pour but d'unir deux personnes dans un sentiment d'appartenance qui transcende les limites du physique et du vivant. Il n'y a pour l'instant aucune notion biologique de l'enfant à venir, outre la formation d'une unité familiale qui peut viser la procréation (d'une vision purement mécanique, ce qui briserait la notion même du mariage qui se base sur l'émotif).

    La question se pose donc d'elle même: Se marie-t-on uniquement pour faire des enfants ? Si la réponse est non (ce qui est le cas, car il y a plus que la procréation à l'acte du mariage), quelle est donc cette fixation sur le sexe des deux personnes personnes concernées ?

    Les pro-religieux contre le mariage gai stipulent que ce n'est pas "biologiquement viable" ni "naturel", mais l'homosexualité existe dans le royaume naturel chez plusieurs espèces !!! (bacc en biologie à l'appui). Qui plus est, je refuserais un tel argument provenant des groupes qui réfutent l'existence de l'évolution et renient une grande partie de la science physique et médicale au profit de surpercheries miraculeuses selon lesquelles prier un tel ou tel dieu guérirait le cancer.

    Si nous avons pu corriger la croyance selon laquelle la terre est ronde et non plate, je crois que nous pouvons faire de même sur la notion de mariage entre gens de même sexe...

    Jérémie Poupart Montpetit