Jacques Villeneuve a reçu des menaces, mais ne retire aucun de ses propos au sujet du conflit étudiant

Jacques Villeneuve à son arrivée au cocktail-bénéfice qui a donné jeudi le coup d’envoi aux festivités entourant le Grand Prix.
Photo: La Presse canadienne (photo) Graham Hughes Jacques Villeneuve à son arrivée au cocktail-bénéfice qui a donné jeudi le coup d’envoi aux festivités entourant le Grand Prix.

Jacques Villeneuve a reçu plusieurs courriels « injurieux, insultants et même dangereux » à la suite de ses commentaires sur le conflit étudiant faits jeudi soir. Mais l’ancien pilote de Formule 1 n’a renié aucun de ses propos, hier, lorsqu’on l’a croisé dans les paddocks du circuit Gilles-Villeneuve entre les deux premières séances d’essais libres du Grand Prix du Canada.

Tout en reconnaissant qu’il aurait préféré avoir une discussion d’une trentaine de minutes afin de pouvoir mieux étayer sa pensée, Villeneuve a confirmé qu’il avait été bien cité lors d’un entretien de cinq minutes accordé en marge d’un cocktail-bénéfice qui a donné le coup d’envoi aux quatre jours de festivités entourant le Grand Prix.


Il a alors notamment invité les étudiants à « retourner à l’école » et affirmé que ceux-ci « ont passé leur jeunesse à grandir sans que leurs parents leur disent non ». Ce qui a notamment suscité de vives discussions sur les réseaux sociaux… mais pas seulement.


« Depuis [jeudi], on a reçu un paquet de courriels injurieux, insultants et même certains dangereux. Donc pour des gens qui prônent la liberté d’expression, je trouve ça un peu ridicule qu’on n’ait pas le droit de dire ce qu’on pense », a lancé Villeneuve à deux jours de la 43e présentation du Grand Prix du Canada.


Invité à préciser ou à corriger ses commentaires de la veille, l’ancien champion du monde a affirmé que ce n’était pas nécessaire.


« J’ai dit ce que je pensais. Mes propos n’ont pas été changés, a-t-il déclaré. C’est sûr que ç’aurait été mieux si ç’avait été sur 30 minutes pour avoir le temps d’expliquer, parce que c’est parfois un peu trop généraliste quand c’est une seule phrase, et ça peut fâcher des gens. Et c’est toujours mieux par écrit, parce qu’on a le temps de réfléchir et de bien utiliser la langue de Molière. Et puis, quand on commence à s’énerver un petit peu, on commence à faire des anglicismes et des choses comme ça… Mais, non, mes propos n’ont pas été changés. »


Villeneuve s’est toutefois dit surpris qu’on s’étonne encore du fait qu’il ait des opinions tranchées. On sait qu’il en a fait sa marque de commerce pendant sa carrière de pilote.


« Oui, je suis surpris, parce que j’ai toujours dit ce que je pensais, a-t-il souligné. [Jeudi] au gala, des journalistes ont posé des questions et j’ai simplement répondu, à propos de choses qui sont importantes pour moi. »

 

La langue de bois


Villeneuve avait fait l’objet de certaines critiques publiques en début de carrière, quand on s’était aperçu qu’il détestait la langue de bois. Le pilote n’a toutefois jamais eu l’impression, à cette époque, qu’il y avait un prix à payer pour sa liberté d’expression.


« Je ne me suis jamais battu pour ça, j’ai juste dit ce que je pensais, a-t-il expliqué. Ç’a toujours été simple. Je n’ai jamais eu de revendications. Si on me pose une question, c’est soit un « pas de commentaire », soit je vais dire ce que je pense. Je ne vais pas commencer à dire quelque chose de faux juste pour apaiser les gens ou avoir des fans. »


« Ça m’a coûté des fans, mais ça m’en a apporté d’autres, a-t-il par ailleurs dit de sa franchise. Les gens ne pourront jamais dire que je n’ai pas été égal à moi-même ou que j’ai commencé à mentir. Parfois, on peut se tromper sur ce qu’on dit, sa pensée peut évoluer parce que tout évolue dans la vie, mais j’ai toujours dit ce que je pensais. »


Quand on lui a offert d’étayer sa pensée pendant 30 minutes, comme il l’avait évoqué plus tôt au cours de l’entrevue, Villeneuve a toutefois refusé, en répliquant d’un humour acerbe : « Si c’est pour avoir des menaces de mort, non… »


Un peu trop aléatoire


Villeneuve a également parlé de course automobile, hier. Il a notamment donné son avis sur le début de saison en F1, qui a vu six pilotes différents remporter les six épreuves disputées jusqu’ici.


« Pour un puriste qui aime vraiment la course automobile, c’est un petit peu trop aléatoire. Mais si c’est juste pour voir du spectacle, c’est plaisant. À chaque fois, c’est un gagnant différent, donc ça garde l’intérêt, a dit celui qui en sera à sa première expérience comme analyste à la télé, ce week-end, à l’antenne de Sky Sports. En tant que spectateur, moi aussi j’aime ça voir une course où on ne sait pas trop ce qui va se passer. Avant, on avait ça seulement dans certaines situations, comme lorsqu’il pleuvait. Maintenant, on a ça grâce à la réglementation. »


Invité à prédire l’allure de la course de demain, Villeneuve a noté que les Mercedes de Michael Schumacher et Nico Rosberg sont rapides sur le tracé montréalais.


« Ça devrait leur convenir ici à Montréal, a-t-il dit. Mais encore là, ça va dépendre de la température de la piste. Parce que si la température change de deux ou trois degrés, l’utilisation des pneus peut favoriser une voiture une fois, puis une autre voiture une autre fois. C’est donc très difficile à prédire. »


Au sujet de la cérémonie de demain qui soulignera le 30e anniversaire de la mort de son père Gilles, Villeneuve a évidemment dit que ce sera un moment « très spécial ».


« Ça fait quand même plusieurs années. De voir qu’il a eu un impact aussi grand sur tout un peuple, c’est vraiment quelque chose de très spécial », a-t-il souligné.

8 commentaires
  • Denis Trudeau - Inscrit 9 juin 2012 03 h 56

    Ho les moteurs!

    Monsieur Jacques Villeneuve,

    Les fainéants ne se déplacent pas tous les soirs dans les rues, une pancarte à la main, beau temps mauvais temps, pour soutenir une cause qui leur semble juste. Les fainéants subissent leur sort avec passivité, avachis sur un La-Z-Boy, se laissant duper par la télévision.

    Les Québécois ne sont pas dupes au point de ne pas comprendre que votre frustration du mouvement de protestation ne relève que d’intérêts purement égoïstes. Sortez donc un peu de votre monoplace, monsieur Villeneuve!

    Vous dites aux manifestants de retourner à l’école! Pourquoi diable le feraient-ils à ce moment-ci, alors qu’il n’y a même pas eu d’entente avec le gouvernement? Allez donc dire ça à Nicolet aux grévistes de l’École nationale de police du Québec! Retournez donc à vos écuries, vous, au lieu de ruer dans la mêlée avec vos gros sabots!

    Vous vous offusquez que les parents des étudiants d’aujourd’hui n’aient jamais appris à dire non à leur progéniture. Puis, vous vous offusquez tout autant lorsque cette même progéniture en arrive à dire non à l’injustice. Mais où est donc la logique dans tout ça? Faites donc nettoyer vos bougies d’allumage, elles semblent passablement encrassées.

    En gros, ce que vous nous dites c’est que si nous ne sommes pas bien dociles, malgré les innombrables injustices que nous subissons, les riches vont sacrer le camp et nous laisser seuls entre nous, petites gens du peuple. Vous nous amenez en voiture, là! Vous ne semblez pas savoir que ce sont les riches qui sont redevables aux petites gens du peuple, car c’est bien à leurs dépens qu’ils se sont enrichis.

    Vous qui aimez les moteurs, sachez que le moteur principal de la croissance économique d’une société est l’instruction de sa population. Encore faut-il qu’elle soit accessible au plus grand nombre!

    Il semble que toutes vos années de Formule 1, monsieur Villeneuve, ne vous ont pas appris à formuler des propos qui tiennent la route.

    Denis Trudeau

    • Mark Kmicikiewicz - Inscrit 9 juin 2012 22 h 16

      "...sachez que le moteur principal de la croissance économique d’une société est l’instruction de sa population. Encore faut-il qu’elle soit accessible au plus grand nombre!"

      Très juste! Nos étudiants devraient être traités comme un investissement, et non pas comme une dépense… Au lieu de larguer la police sur les trousses des criminelles à cravate, on envoie la police pour taper sur les étudiants… Quelque chose qui ne fonctionne pas bien…

  • Lydia Anfossi - Inscrite 9 juin 2012 08 h 51

    Les frais de quoi déjà?

    Il y a des planètes dans ce monde où se battre pour l'Éducation n'est qu'une niaiserie! Champagne! Des mondes d'Adultes gâtés qui traitent les étudiants d'enfants gâtés!!!

  • Yves Corbeil - Inscrit 9 juin 2012 09 h 26

    Le petit Jacques

    Ce pseudo lui à toujours bien collé à la peau et meme avec les années il continue à lui faire honneur.

  • Bernard Gervais - Inscrit 9 juin 2012 09 h 40

    Les leçons de morale à Villeneuve

    Dans un reportage d'un autre journal portant sur ses propos controversés, Villeneuve a déclaré que les étudiants devront un jour eux aussi payer leur contribution à la société.

    C'est vrai, mais aller dire cela quand on sait que bien des pilotes et ex-pilotes de F1 vivent à Monaco ou en Suisse afin d'éviter de payer trop d'impôt...

  • Jean-Jacques Simard - Inscrit 9 juin 2012 13 h 17

    À Jacques Villeneuve, fils de Gilles Villeneuve

    Vous ne comprenez rien de ce qui se passe au Québec. Votre fibre québécoise s'est depuis longtemps effilochée. Vous vivez entouré de votre jet set. Vous n'êtes pas un homme du peuple, vous faites partie de l'élite sportive, supportée par les grands capitaux de la F1, adulée par les nostalgiques de ce qu'a accompli votre père. Comment pouvez-vous oser être si méprisant envers les étudiants, comment pouvez-vous avoir une vision juste des choses quand vous évoluez sous les feux de la rampe, déconnecté de ce qui se joue ici ? Malgré tout, j'aime beaucoup Jacques Villeneuve, votre oncle. Lui, c'est quelqu'un de vrai, qui nous ressemble. Allez, retournez vous amuser avec vos gros richards.