Le Canada aux casseroles

À 20 h piles, les casseroles ont encore résonné hier à Montréal, mais aussi dans plusieurs autres villes du Québec, du Canada et même des États-Unis.
Photo: Pedro Ruiz - Le Devoir À 20 h piles, les casseroles ont encore résonné hier à Montréal, mais aussi dans plusieurs autres villes du Québec, du Canada et même des États-Unis.

À 20 h, heure de Terre-Neuve-et-Labrador, des dizaines de personnes - dont une revêtant un chandail du Canadien - se sont rassemblées au coeur de St. John’s pour… taper sur des casseroles. Au total, quelques milliers de sympathisants du mouvement étudiant québécois ont fait résonner casseroles et cuillers from coast to coast, alors que s’amorçait le premier match de la finale de la LNH. C’était Casseroles Night in Canada.

Dénonçant la hausse des droits de scolarité décrétée par le gouvernement du Québec, mais également la loi 78, adoptée il y a deux semaines par l’Assemblée nationale, ils ont bruyamment manifesté dans une soixantaine d’agglomérations à travers le Canada - et à certains endroits aux États-Unis et en Europe - leur « solidarité » avec les mécontents québécois à l’aide d’« armes de libération », c’est-à-dire leurs ustensiles de cuisine.


« Le projet de loi 78 est la plus grave menace pour nos libertés civiles depuis la Loi sur les mesures de guerre », a souligné l’instigateur de l’événement, Ethan Cox. « Les gouvernements ne peuvent pas être autorisés à résoudre leurs problèmes en légiférant afin de supprimer le droit à la dissidence », a ajouté l’auteur, appelant à ce que cette « loi draconienne » soit abrogée.


À Toronto, près de 300 personnes - pour la plupart des étudiants membres du chapitre ontarien de la Fédération canadienne des étudiantes et étudiants - ont tapé sur leur casserole dans le parc Dufferin Grove sous l’oeil enchanté de l’ancien dirigeant de la Coalition de l’Association pour une solidarité syndicale étudiante élargie CASSÉE Xavier Lafrance.


« Ça montre la solidarité avec ce qui se passe au Québec, la cause étudiante, mais également la répression à laquelle cette cause-là fait face, mais aussi parce qu’on veut essayer d’apporter l’esprit démocratique combatif de ce mouvement-là ici, en Ontario », a affirmé sur les ondes de RDI l’étudiant à l’Université York qui s’était fait connaître lors de la grève étudiante de 2005.


Les casseroles du Québec ont trouvé un écho également à Halifax, à Kingston, à Brampton, à Winnipeg, à Kamloops et à Vancouver, alors que des centaines de personnes ont manifesté dans plusieurs villes québécoises, dont Québec et Montréal, où s’est élancée à 20 h 45 la 37e manifestation nocturne consécutive.

12 commentaires
  • François Dugal - Inscrit 31 mai 2012 07 h 37

    Je rêve

    Les casseroles «from coast to coast»; le Québec aurait-il réveillé le Canada?

    • Filip Matzen - Inscrit 31 mai 2012 10 h 09

      C'est si beau à voir, dans mon quartier à Limoilu il ya vraiment une belle ambiance chaque soir avec les casseroles.
      Filip Delarocka
      Quebec

    • Gilles Emard - Inscrit 31 mai 2012 11 h 19

      Les Canadiens ne sont pas endormis au contraire.continuez votre lecture du journal et lisez l'article de Norman Spector sur "la recette gagnante" et rappelez-vous la mobilisation des Canadiens de la cote ouest a Clayoquot sound,a la lutte des indiens Haida,ailleurs aussi les gens se levent pour resister.
      Les luttes pour avoir un meilleur systeme de sante que nous qu'il ont!!!Nous n'avons pas de lecon a donner a personne.

    • Maryse Veilleux - Abonnée 31 mai 2012 11 h 48

      .... par moment je me dis que l'ambiance deviendras ennuyeuse quand il n'y en aura plus...

  • Pierre Vincent - Inscrit 31 mai 2012 09 h 40

    Le temps des casseroles...

    Le mouvement des indignés prend une tournure inespérée avec la multiplication des casseroles et l'exportation progressive de ce concept très Québécois. Si on y combine la montée d'Anonymous sur les réseaux sociaux, ce mouvement anarchiste mais surtout anti-corruption politique et pouvoir de la haute-finance, il y a encore de l'espoir que l'actuelle crise politico-financière mondiale finisse par se régler au bénéfice de la majorité plutôt que de la minorité.

  • Michelle Robidoux - Abonné 31 mai 2012 09 h 50

    Toronto, plutôt 1500 ou 2000 personnes

    Comme vous pourrez le constater en regardant ce clip, il y avait beaucoup plus que 300 personnes dans la rue à Toronto hier soir http://youtu.be/b84448r0K7I - les gens ont défilé pendant des heures!

  • Françoise Breault - Abonnée 31 mai 2012 09 h 59

    A quand les casseroles face à la loi C38

    A quand maintenant le grand tintamarre d'un océan à l'autre, contre la loi C38, loi perverse et anti-démocratique et qui va nuire à tant de personnes notamment à tant de travailleur-e-s?

  • Yves Corbeil - Inscrit 31 mai 2012 10 h 06

    Que c'était beau

    Le peuple se réveille tranquillement après des décennies de dictature Néolibéral.

    Imaginer un instant deux, trois décennies de cette recette avec des pays émergents comme la Chine, l'Inde et le Brésil pour ne nommé que ceux là. Il va vraiment falloir que ceux qui en auront les moyens déménage sur la Lune, Mars ou ailleurs.

    Toute cette économie batie sur la consommation, aujourd'hui la surconsommation ne fonctionne plus. Le train vient d'entré en gare et il faut défaire le tout puis refaire le monde avec comme priorité LE MONDE et son ENVIRONNEMENT, non l'économie des riches, l'argent, la production, les entreprises, les banques, les actions et les inactions, les moyens et les sans moyens.

    Est-ce normal qu'au Canada au dessus de 10% de nos enfants vivent dans la pauvreté et au Etats Unis c'est encore pire, nous sommes pourtant des pays riches. Quand on se compare on se désole.

    Il serait vraiment temps que les prioritées soient remises à la bonne place.

    c'est mon opinion.