L'intégration au coin de la rue

«L’âge d’or» où les dépanneurs indépendants étaient des commerces lucratifs et convoités a pris fin au milieu des années 90.
Photo: Valérian Mazataud - Le Devoir «L’âge d’or» où les dépanneurs indépendants étaient des commerces lucratifs et convoités a pris fin au milieu des années 90.

La nouvelle porte d'entrée de la communauté chinoise n'est pas le chemin le plus facile. De longues heures de travail et un faible rendement sont au rendez-vous, mais le contact permanent avec les clients constitue une véritable «école d'intégration».

9h, le propriétaire du café du coin vient acheter les journaux du jour. 9h23, une fille tatouée des pieds à la tête a besoin de liquide vaisselle. 9h27, un jeune barbu aux oreilles percées achète deux pintes de lait. 9h38, un lecteur du Devoir à la toux rauque taquine la petite Jia. «C'est toujours plus calme le matin», avoue la propriétaire des lieux, Mme Xiang Lu, alors qu'un rayon de soleil caresse paresseusement le frigo à crème glacée.

En chinois, le dépanneur Ying Jia signifie «vainqueur» et associe les prénoms des deux filles du couple de propriétaires, une sorte de porte-bonheur pour persévérer. Durant les dernières années, plusieurs centaines de leurs compatriotes les ont imités. Aujourd'hui, Zude Le, conseiller auprès de l'Association chinoise des dépanneurs du Québec, estime que sur les 5800 dépanneurs de la province, près de 1000 seraient tenus par des immigrants d'origine chinoise. Cependant, en l'absence de statistiques officielles, difficile de viser juste.

À l'Association canadienne et québécoise des dépanneurs en alimentation (ACDA), on se contente de constater que le nombre de propriétaires asiatiques augmente «de manière lente et continue», et que de nombreux dépanneurs tenus par des Coréens ou des Vietnamiens sont rachetés par des Chinois. «Il y a cinq ans, nous comptions douze Chinois parmi nos membres, aujourd'hui ils sont 300!» se félicite Raymond Guillet, le directeur des affaires de l'Association des marchands dépanneurs et épiciers du Québec (AMDEQ).

Le phénomène n'est pas cantonné à Montréal. De Rivière-Beaudette à Saint-Agapit, en passant par Saint-Georges, on trouve des propriétaires chinois dans toutes les régions, «hormis peut-être en Abitibi», assure M. Guillet.

Aujourd'hui, les deux associations ont traduit une section de leur site Internet en chinois et chacune dispose d'un conseiller dédié aux propriétaires chinois, Zude Le pour l'ACDA et Tian Ke Huang, un diplômé de McGill, pour l'AMDEQ. Les conseillers assurent le lien entre l'association et la communauté chinoise, les aident à s'installer et à s'adapter aux nouvelles normes. «Dernièrement, nous avons ainsi pu organiser un cours en chinois pour la nouvelle formation obligatoire en hygiène et salubrité», explique M. Guillet.

En 2010, les représentants des dépanneurs chinois du Québec joignaient leur voix à celles de l'ACDA dans un communiqué de presse demandant au gouvernement d'enrayer la contrebande de tabac. «Les dépanneurs aident à l'intégration de la communauté chinoise. [...] En s'imaginant que le problème va se régler tout seul, le gouvernement coupe les vivres d'une communauté travaillante qui veut s'épanouir ici.»

Porte d'entrée

Le gérant de dépanneur chinois, ce n'est pas un mythe, même si l'épicier immigré c'est un peu un cliché à travers l'Occident, confirme Judith Lussier, auteure de l'ouvrage Sacré dépanneur!, qui reprend une citation du romancier Éric-Emmanuel Schmitt: «Il est paradoxal qu'un peu partout dans le monde, l'esprit d'un lieu soit incarné par quelqu'un qui vient d'ailleurs.»

Pour elle, «l'âge d'or» où les dépanneurs indépendants étaient des commerces lucratifs et convoités a pris fin au milieu des années 90, avec l'ouverture tardive des supermarchés et l'arrivée des chaînes de dépanneurs. «Pour un Québécois, reprendre un dépanneur aujourd'hui, c'est inconcevable, mais pour un nouvel arrivant prêt à travailler très fort, c'est une solution envisageable», estime Guy Leroux, porte-parole de l'ACDA. Pour Judith Lussier, «le petit commerce est devenu une porte d'entrée».

Pour un investissement allant de 50 000 $ à 150 000 $, il est possible d'acquérir un fonds de commerce plus ou moins rentable, auquel il faut ajouter le coût de location du local, de 700 $ jusqu'à plusieurs milliers de dollars mensuellement. Les acheteurs commencent souvent petit avant d'investir dans un meilleur commerce, et au bout de quelques années, ils peuvent obtenir un prêt pour commencer à racheter le bâtiment, explique Zude Le. «Avec un dépanneur, on peut accumuler des fonds avant de s'orienter vers d'autres commerces.»

Dans la communauté chinoise, les «success-story» de dépanneurs ayant fait fortune dans l'immobilier ne manquent pas et encouragent les nouveaux venus à se lancer dans l'aventure, entretenant au passage le mythe de la bosse du commerce des Chinois. «Au début, j'ai été impressionnée par les capacités de gestions des autres propriétaires chinois, mais je me suis rendu compte que 90 % d'entre eux détiennent au moins un baccalauréat. Ce sont des gens qui savent penser, tout simplement», assure Xiang Lu.

Le réseautage au sein de la communauté est très important, et permet de faire le lien entre les nouveaux arrivants et les commerces à reprendre. «Le contact se fait souvent par un parent ou un ami en Chine, qui connaît un dépanneur à Montréal», constate Raymond Guillet. En raison de la langue, la communauté reste soudée et conserve plus facilement sa culture d'origine, pense Xiang Lu, «mais si les gérants chinois étaient plus ouverts, ils réussiraient plus vite». Même si elle parle correctement le français, elle se sent plus à l'aise en anglais, mais a bien compris que «les Québécois sont gentils, sauf si on ne parle pas français!»

Bien qu'elle ait appris la langue de Molière à l'université, elle a suivi des cours de francisation à son arrivée ici, et a surtout beaucoup appris en conversant avec ses clients. «Dès que je ne sais pas quelque chose, je pose la question.» À ses débuts, elle prenait des photos des produits qu'elle ne connaissait pas pour aller les commander chez Costco.

«Avec la difficulté de la langue, on n'a pas beaucoup de choix», confirme Zude Le, pour qui le dépanneur constitue une véritable «école d'intégration, qui permet de vivre et de communiquer au sein de la population». C'est également l'opinion de Raymond Guillet, qui reconnaît que les nouveaux propriétaires sont souvent très chaleureux et aiment apprendre à connaître leurs clients. «Il y a cinq ans, il y avait peu de Chinois dans ce type de commerce, et les gens pouvaient être sceptiques, mais aujourd'hui, les choses ont bien changé.» Finalement, conclut Mme Lu, «c'est plus important de connaître les gens que la langue».

À voir en vidéo