Les nouvelles normes de sièges d’auto pour enfants entrent en vigueur

La réglementation canadienne sur les sièges d’auto pour enfants se classe parmi les plus sévères au monde. Un nouveau règlement entre en vigueur le 1er janvier.<br />
Photo: Annik MH de Carufel - Le Devoir La réglementation canadienne sur les sièges d’auto pour enfants se classe parmi les plus sévères au monde. Un nouveau règlement entre en vigueur le 1er janvier.
Les fabricants doivent désormais fournir des sièges pour bébés adaptés jusqu’à 10 kg (22 lb) plutôt que 9 kg et des sièges pour enfants suffisamment grands pour des enfants jusqu’à 30 kg (66 lb). De plus, les sièges doivent résister à des tests de sécurité encore plus rigoureux, rappelait aujourd’hui la ministre de la Santé au fédéral, Léona Aglukkaq, lors d’un point de presse.

Les sièges déjà en circulation n’ont pas à prendre le chemin des rebuts. Les parents peuvent les utiliser jusqu’à ce qu’ils atteignent leur date d’expiration. La durée de vie des sièges varie habituellement de 5 à 8 ans.

La nouvelle réglementation devait entrer en vigueur le 1er janvier 2011, mais les fabricants avaient demandé un délai au gouvernement fédéral, le temps d’écouler leurs stocks et de concevoir de nouveaux sièges.

La réglementation canadienne se classe parmi les plus sévères au monde.
L’éventail de modèles et de couleurs offert aux parents sera plus restreint à partir de janvier, observe Jean-Philippe Clément, des magasins pour enfants Clément. Les prix s’annoncent également légèrement à la hausse. Mais selon lui, la variété devrait revenir graduellement, à mesure que les fabricants font tester leurs nouveaux modèles. 

Roch Tremblay, conseiller en sécurité routière à la Société d’assurance automobile du Québec (SAAQ), rappelle que si la plupart des parents savent choisir le siège qui convient au poids et à la taille de leur enfant, c’est au moment de l’utiliser que ça se complique. Arrimage inadéquat à la banquette, enfant mal attaché: la moitié des sièges d’auto seraient en fait mal installés, ce qui diminue de 70 % leur efficacité en cas d’accident et ce, peu importe que le modèle soit estampé 2011 ou 2012... En cas de doute, peut faire vérifier son siège dans l’un des 360 points de service homologués, dont les adresses sont disponibles sur les sites Web de la SAAQ et du CAA Québec. 

Retarder le moment de changer de siège

Les parents ont tendance à passer prématurément au siège de l’étape suivante, ont observé des chercheurs de la Nouvelle-Écosse en étudiant 426 familles de cette province. Aussi, la moitié des enfants qui auraient dû être installés sur un siège d’appoint (booster) étaient assis directement sur la banquette. Aussi, près de 30 % des enfants quittent le siège d’auto pour le siège d’appoint trop tôt.

Une des recommandations les moins bien comprises par les parents est celle de placer les enfants dans un siège dos à la route le plus longtemps possible. Dès que la balance atteint les 9 kg, beaucoup de parents placent, à tort, leur enfant face vers l’avant, ont observé l’équipe de la Dre Nathalie Yanchar, professeure agrégée de chirurgie et d’urgentologie à l’université Dalhousie et directrice médicale du IWK Trauma Care de Halifax. En raison de l’immaturité de leur colonne vertébrale, les enfants courent davantage de risque face vers l’avant que vers l’arrière, écrit Mme Yanchar dans une étude récente, et la Société américaine de pédiatrie a recommandé en 2009 de conserver les sièges orientés vers l’arrière jusqu’à 2 à 4 ans. La SAAQ et Transport Canada recommandent d’utiliser le siège orienté vers l’arrière jusqu’à ce que l’enfant dépasse le poids et la taille maximale indiqués par le fabricant, parfois jusqu’à 20 kg (45 lb). 

***

Quel siège convient à votre enfant?

— Siège pour bébé (coquille) orienté vers l’arrière: Bébés de 22 lb et moins (10 kg)

— Siège pour enfant:
  • Face vers l’arrière: Enfant de plus de 22 lb, parfois moins selon les marques. Certains sièges peuvent rester orientés vers l’arrière jusqu’à 45 lb (20 kg). Le garder dans cette position aussi longtemps que possible. 
  • Face vers l’avant: Enfant de plus de 22 lb (10 kg) et marchant sans aide. Jusqu’à 30 kg (66 lb), parfois plus selon les marques. L’utiliser le plus longtemps possible avant de passer au siège d’appoint.
— Siège d’appoint (booster) : Enfant de plus de 40 lb (18 kg) et ce jusqu’à ce que son poids atteigne la limite indiquée par le fabricant et qu’il mesure 63 cm du sommet du crâne au siège.

***

Pour en savoir plus
3 commentaires
  • Kassiopee - Inscrite 29 décembre 2011 20 h 03

    La réalité...

    1. C'est bien beau de vouloir laisser le plus longtemps possible les enfants face vers l'avant mais arrive un moment où ils ont les jambes trop longues. Les enfants sont de plus en plus grands, mais la distance entre le banc d'auto et le dossier de la banquette ne change pas. Le mien n'avait pas 22 livres quand on l'a mis face vers l'avant, mais il est grand, je ne voulais pas qu'il ait les jambes qui remontent, ça ne doit pas être confortable et sécuritaire. Me semble.

    2. Il est totalement FAUX de laisser entendre que l'on ne peux plus utiliser un siège après une certaine date. Il n'y a AUCUN règlement qui empêche d'utiliser un siège d'auto qui ''expire'' après 6 ans pendant 8 ans (sauf les infirmières à l'hôpital qui vous empêchent de partir si vous n'avez pas un siège de bébé dont la date de vie utile est dépassée). Les fabricants décident eux-même de la durée de vie utile de leur siège, ils ont tout intérêt à la mettre la plus courte possible, ce qui limite entre autre la revente. Et personnellement, quitte à passer pour une mère indigne, j'essaie encore de comprendre comment un siège d'auto pour enfant peut se dégrader au point de mettre en danger la vie de l'enfant en cas de collision...

    3. Je suis 100% pour que nos enfants (dont les miens) soient le plus possible en sécurité dans la voiture, mais il me semble que la réglementation actuelle est amplement suffisante. Évidemment on peut toujours sauver une vie de plus un jour quelque part, mais est-ce que le fait de passer d'un siège pour bébé de 9 kg à 10 kg va vraiment y changer quelque chose? Je me questionne.

  • Fiona Dionne - Inscrite 30 décembre 2011 23 h 31

    les jambes

    À vrai dire, la longueur des jambes n'a vraiment aucun incidence sur le moment où on devrait virer l'enfant pour qu'il fasse face par en avant. N'importe quel physiothérapeute qui vaut son argent vous dira que les jambes pliés ne cassent que TRÈS rarement. Les jeunes adorent souvent s'asseoir en "indien", les jambes croisés et sont parfaitement en sécurité ainsi. De plus, saviez-vous que plus que 25% des blessures des enfants qui sont assis face par en avant, dans une collision frontale, impliquent une jambe cassée? Ils ne retiennent pas leurs jambes durant la force de la collision et ainsi, les jambes sont projetés avec énormément de force dans le dossier du siège qui est en avant d'eux. Sérieusement, les risques sont PLUS élevés d'avoir des jambes cassés si un enfant fait face par en avant que s'il est encore dos à la route. Et en PLUS, les risques de décapitation interne (où la moëlle épinière se casse en 2) sont énormément élevés avant l'âge de minimum 3 ans.

    Un enfant qui n'a pas connu la position face par en avant, ne s'ennuyera pas de celui-ci...il en est ignorant.

    Ayant vu plusieurs cas de collisions TRÈS sévères où plusieurs personnes qui étaient assis face par en avant avait de blessures assez importantes, allant de brûlures causés par la ceinture jusqu'aux jambes cassés et bras cassés, tandis que les bambins dos à la route n'ont eu AUCUNE marque sur eux...je suis complètement convaincue qu'il faut garder les enfants dos à la route le plus longtemps possible. On serait TOUS plus en sécurité si on seriez dos à la route si seulement les autos pouvaient nous accomoder! :-/ En Suède, ça fait BIEN longtemps que les enfants sont gardés dos à la route jusqu'à 4-6 ans et on appelle leurs sièges les "faiseurs d'orphelins" car ces enfants-là réussissent à passer à côté de la mort dans des collisions où personne d'autre ne réussit à survivre. Idéalement, on veut rester en vie pour rester avec nos

  • Fiona Dionne - Inscrite 30 décembre 2011 23 h 43

    2) date d'expiration

    Il est vrai qu'un siège sera peut-être très sécuritaire un bout de temps après sa date d'expiration, du genre peut-être 1-2 ans. Le fait de donner une date d'expiration aux sièges est pour protéger un fabricant de siège et aura, comme toute autre produit manufacturié, une bonne marge de sécurité qui y sera incorporé. Par contre, toute plastique se dégrade à la longue. Avez-vous déjà eu la chance de donner un coup de pied dans un panneau d'auto en plastique qui a 15 ans? Souvent il casse très facilement.

    En plus, il faut dire qu'en 6 ans, beaucoup peut changer: 1) un fabricant quelconque peut arrêter de manufacturier ce type de siège, et donc il n'aura plus les morceaux pour remplacer en cas de bris. 2) La famille peut démémanger et ne pas recevoir la carte leur signalant un rappel sur le siège qu'ils avaient choisi soigneusement il y a 6 ans pour Junior. 3) Les normes s'améliorent. Et les sièges sont de meilleure qualité.

    Le plus important c'est de se rappeler que le FABRICANT lui-même ne garantit pas son produit après X temps (peut-être 6 ans pour un, 8 pour un autre) et s'il n'est plus garanti, ils s'en laveront les mains si votre enfant est blessé dans une collision. Voulez-vous VRAIMENT que votre enfant passe pour un "crash test dummy"? :-/