Sondage sur les jeunes Québécois - Des cyberdépendants souffrant de solitude

Être branché ne sort pas nécessairement de l’isolement.<br />
Photo: Agence Reuters Punit Paranjpe Être branché ne sort pas nécessairement de l’isolement.

Ouvert sur le monde, mais pas très «vert», grand consommateur et cyberdépendant, mais nostalgique et souffrant du mal de vivre. Voilà le portrait du jeune Québécois brossé à grands traits par un sondage Léger Marketing commandé par Hebdos Québec dévoilé aujourd'hui. Si certains résultats ne surprennent guère, d'autres viennent secouer des idées préconçues. «Ce qui m'a frappé c'est le côté vert des jeunes, qui n'est pas si présent, et leur grande solitude», a dit Gilber Paquette d'Hebdos Québec.

Il est vrai que l'image de grands sauveurs de la planète pourfendant «les baby-boomers pollueurs» colle davantage aux 18-29 ans. Mais, devant les résultats du sondage, force est d'admettre qu'ils ont du chemin à faire avant d'être exemplaires. Alors que 70 % des Québécois ont fait un geste en ce sens, seulement 59 % des jeunes de 18-29 ans l'ont fait. Les jeunes seraient également plus pessimistes que la moyenne des Québécois au sujet de l'amélioration de la qualité de l'environnement: 25 % d'entre eux croient que celle-ci va se détériorer au cours des cinq prochaines années dans leur coin de pays, alors que ce taux est de 17 % pour le Québec. «Certains avancent la théorie que les jeunes ont jeté l'éponge par rapport à l'environnement», a dit M. Paquette, bien qu'il admette que cela nécessitera une autre enquête pour en déterminer les raisons.

Toutefois, les jeunes semblent plus ouverts d'esprit, alors que seulement 39 % d'entre eux considèrent que l'arrivée au Québec d'immigrants d'origines ethniques différentes représente une menace pour la culture québécoise, alors que le taux est de 42 % pour l'ensemble du Québec.

Maladie mentale


De tous les Québécois, ce sont les jeunes (23 %) qui se sentent les plus seuls, révèle l'enquête. Et cette fois, les jeunes de la métropole s'en ressentent particulièrement. Les 18-29 ans ont également une plus grande peur de développer une maladie mentale ou une dépression (25 %) contre 18 % chez la moyenne des Québécois. Les jeunes seraient également nombreux à rêver de vivre à une autre époque (58 %). Et 62 % d'entre eux ont répondu qu'ils trouvaient difficile de ne pas se connecter à Internet pendant quelques jours, contre 54 % pour l'ensemble des Québécois.

«Il y a une corrélation entre ceux qui voudraient vivre à une autre époque et qui disent qu'Internet les isole de leur entourage. C'est comme si les 18-29 ans étaient devenus accros de quelque chose qui ne les comble pas», a analysé M. Paquette.

Autre fait intéressant, les diverses tendances ne suivent pas des logiques géographiques. «Je ne peux même pas dire que l'Est et l'Ouest pensent de la même façon. Le Québec est un gruyère. Il y a des façons de faire et de penser qui sont propres à un milieu. Mais à 50 kilomètres de là, les gens peuvent penser complètement différemment», a noté M. Paquette.

Intitulée Découvrez le vrai visage du Québec, cette enquête a été réalisée dans 149 localités auprès de 29 016 Québécois hommes ou femmes de 18 ans et plus. La marge d'erreur totale des résultats est de l'ordre de 0,58 %, et ce, 19 fois sur 20, tandis que celle d'un marché individuel est d'environ 6,93 % (basée sur un marché de 200 répondants), et ce, également 19 fois sur 20.
 
6 commentaires
  • Gaston Bourdages - Inscrit 17 octobre 2011 06 h 23

    Un autre interpellant «papier,», le vôtre Madame Gervais, qui...

    ...invite à une silencieuse réflexion. Mercis à vous et à celles et ceux «derrière» ce sondage. Que y dire? Nous rappeler du «Mal de vivre» de James Dean ou de «son» «À l'est d'Éden» ou encore à cet autre film, le nom m'échappe, où feu, le grand Regiani jouait le rôle d'un chef de gang de jeunes?
    Votre consoeur Madame Bombardier a écrit, il y a des lunes, sorte de prémonition? un bouquin que j'ai feuilleté alors que je «résidais», par besoins...non par goûts, au pénitencier. Mais encore ? «Le mal de l'âme» Ce même mal de l'âme dont j'ai reconnu la présence chez moi à cette fort triste et plus encore(pour nombre de gens et de moi-même) période de ma vie. Mal de l'âme caractérisé par un vide intérieur qualifié de vide existentiel. Ouf! Que ce vide, en certains cas, peut «donc» être plein...plein de ce qui ne nourrit pas tout à fait. J'entends :«...oui, mais ce n'est pas «ça» Qu'est-ce qui manque au juste? Pourquoi «nos» plus jeunes se sentent-ils ainsi? Comment en sont-ils venus «là»? Et nous, les cheveux plus gris ou autres, y avons-nous contribué? Si oui, pourquoi et comment?
    J'ai le privilège d'être invité à «retourner en prison» mais cette fois comme individu en «dehors» de mes propres prisons....celles qui m'ont justement conduit «en dedans» il y a de cela des lunes et des lunes. Mes humbles expériences y sont demandées. Votre papier m'aidera dans mon implication.
    Mercis du fond du coeur.
    À vous et à tous ces plus jeunes, Santé, Amour et le PLUS de ce qui vous et leur nourrit le MIEUX le coeur, l'esprit, le corps et l'âme!
    Mes respects,
    Gaston Bourdages
    Simple citoyen - écrivain publié «en devenir»
    Saint-Valérien de Rimouski
    www.unpublic.gastonbourdages.com

  • Erwan Basque - Inscrit 17 octobre 2011 07 h 51

    L'immensité du cyber espace.

    Bonjour,
    Comme il y a de cela des décennies avec l'arrivée de la télévision dans chaque domicile, certains visionnaires parlaient déjà du Mal du Siècle, soit la solitude. Bien sûr, les personnes plus âgées peuvent fort bien s'en accommoder en sachant ce qu'ils ne veulent surtout pas mais pour les jeunes, c'est tout à fait autre chose.

    Ayant quelque peu fréquenté à Montréal les différents cafés de toutes sortes qui poussent comme des champignons un peu partout dans la Cité, il est totalement assommant de découvrir les nouveaux concepts architecturaux qui proviennent d'une chaîne excessivement populaire qui fond d'une place un lieu de branchement au WI-FI. Dans la rénovation des lieux existants, les choix des architectes sont clairs, soit un branchement disponible pour chaque client.

    Ainsi, nous pouvons visualiser l'atomisation de la société actuelle, soit que d'un utilisateur à l'autre et même à la table voisine, les sites consultés démontrent maintenant que dans un même lieu, toute la clientèle sans exception vit dans sa bulle, la plupart du temps diamétralement opposée à celle du voisin immédiat. Depuis quelque temps et même un bon laps de temps, les voisins immédiats communiquent avec des supposés amis à l'autre bout du Monde et ce, sans être capable de communiquer avec le voisin immédiat avec qui, pourtant, la promiscuité est au coude à coude...... Merci beaucoup, Erwan Basque.

  • Assez merci - Inscrit 17 octobre 2011 08 h 40

    Secouez- vous un peu, ste boeuf!


    Ouvert sur le monde, mais pas très «vert», grand consommateur et cyberdépendant, mais nostalgique et souffrant du mal de vivre.

    Les jeunes ont la facilité de blâmer les Baby Boomers pour leurs propres malheurs.
    Nous, nous bougait, on se tenair debout, on s`occupait de notre avenir ( syndicalisation, révolution tranquille, manifestations, grèves quand il le fallait etc. ),

    Les jeunes individualistes ne voient pas ou nos gouvernements vont les amener .
    C`est terrible ce qui se passe, juste la privatisation de la santé avec les augmentations de maladies, cancers etc., moi j`aurais peur à leur place pour mon avenir.

    Des attrocités du système privé en santé comme ils s`en passent au USA devraient leur ouvrir l`esprit, les faire bouger, mais NON.

    Et le Plan Nord pour les jeunes québécois va leur coûter très cher.

    La paresse s`est installé et ca fait l`affaire de nos bons gouvernements de droite.

    Les jeunes perdent la chance de voir un avenir plus heureux et brillant pour eux et leur famille.
    Ils vont vivre pour travailler et payer au lieu de travailler pour vivre!

    Si le sondage est bon et que les jeunes sont ouvert sur le monde bien ils devraient prendre note sur ce qui se passe dans ce monde ( us. Uk, Frèce etc )
    Car ils devront vivre avec, nous, nos os ne feront plus mal dans quelques années. On a agit pour notre génération, c`est à leur tour de se prendre en mains.

    Le dicton qui dit que: Il faut payer pour apprendre bien j`ai peur que ca leurs arrivent.
    Nous avons une belle jeunesse, ils ont tout pour eux mais ils ne saisisent pas l`opportunité de changer les choses pour eux.
    Ils vont le payer TRÈS cher malheureusement.

  • France Marcotte - Abonnée 17 octobre 2011 09 h 51

    Pauvres petits

    Et ce n'est pas de l'ironie.

    Ils ont appris à regarder le monde par une lucarne, plus que leurs aînés encore, ces enfants de la télé.
    Ils ont maintenant plongé dans la lucarne, comme Alice a traversé le miroir.
    Ils dénoncent, aiment et agissent dans le monde virtuel, mais pendant ce temps, dans notre dimension réelle, le sol de leur chambre à coucher du sous-sol se jonche de détritus de rogneures de pizza...car de devoir manger est à peu près tout ce qui les retient encore ici-bas.

    Je divague j'espère.

  • Pierre Sabourin - Inscrit 17 octobre 2011 14 h 02

    Non sequitur

    Désolé d'éclater votre bulle mais vous ne pouvez faire la relation comme ca. De un le fait que 25% des jeunes croient que l'environment ne s'améliorera pas ne devient pas les jeunes sont péssimiste ou non impliquer. La corélation de se soutien pas.
    De plus le fait de voir que l'environment ne s'améliorera pas n'a rien a voir avec le péssimiste mais bien plus probablement avec l'observation de fait.

    Encore plus, vous en arrivé vraiment trop vite au conclusion avec 25% ou 1/4 alors que le quebec est a 17% ce qui est bien trop proche pour arrivé a des conclusion péssimistique et quasi bordeline pessimistic disorder pour un analyste de sondage.

    Vous fait honte au jounalisme objectif avec des conclusions falacieuses de la sorte.

    Les jeunes seraient également plus pessimistes que la moyenne des Québécois au sujet de l'amélioration de la qualité de l'environnement: 25 % d'entre eux croient que celle-ci va se détériorer au cours des cinq prochaines années dans leur coin de pays, alors que ce taux est de 17 % pour le Québec. «Certains avancent la théorie que les jeunes ont jeté l'éponge par rapport à l'environnement», a dit M. Paquette, bien qu'il admette que cela nécessitera une autre enquête pour en déterminer les raisons.

    Ohm quoi tu arrive avec une théorie falacieuse qu'ils on jeter l'éponge et ensuite qu'il devront avoir une enquete la cause ...

    Ok je fait comme toi voir si t'aime ca:
    1 personne sur 10 souffre de maladie mental donc il est possible que dans une salle de sondage, que vous et votre équipe soit en pleine psychose et souffrez d'un mal de vivre lorsque vous avez fait cette analyse. Si vous fait parti de ce 10%, peut etre que vous avez oublier de prendre vos médicament. Peut etre nous devrion faire une enquete sur pourquoi vous avez omis de prendre vos médicament.

    C'est ce qu'on appelle du loaded language, 25% lol 75% sont positif, la conclusion devait etre les jeunes sont positif pour que l'environment s'améliore.