Mouvance Occupons Wall Street - Un «jalon historique» dans la remise en question du capitalisme

Des protestataires manifestant devant le Reichstag à Berlin
Photo: Agence France-Presse (photo) Hannibal Hanscke Des protestataires manifestant devant le Reichstag à Berlin

L'occupation de Wall Street et les multiples mouvements semblables marquent «un jalon historique» dans la remise en question du capitalisme et de la mondialisation.

Selon John Downing, spécialiste des médias alternatifs et des mouvements sociaux, l'action des indignés à travers le globe s'inscrit en droite ligne idéologique avec le mouvement zapatiste au Mexique, les protestations contre l'Accord multilatéral sur l'investissement (AMI), au milieu des années 90 au Canada, ou encore celles contre le sommet de l'OMC à Seattle, en 1999. En ce sens, les indignés forment clairement «un mouvement de justice sociale», estime M. Downing, professeur retraité de la Southern Illinois University. M. Downing a passé sa carrière à étudier la représentation des groupes marginaux et des mouvements dans les médias. Il est notamment l'auteur de l'Encyclopedia of Social Movement Media et le fondateur du Global Media Research Center.

Après un mois d'occupation permanente de Wall Street, le mouvement ne peut plus être qualifié d'éphémère, estime-t-il. C'est «un flambeau» pour tous ceux qui cherchent à remodeler l'économie mondiale. Wall Street n'est qu'un maillon de ce système, mais il est le plus susceptible de canaliser l'aigreur des millions de citoyens durement ébranlés par la crise financière. «Il n'y a aucun doute dans mon esprit sur le fait que le courage et la détermination des Grecs, des Iraniens, des Tunisiens, des Égyptiens, des Syriens, des Yéménites, des Bahreïnis et des Espagnols ont provoqué un sentiment de gêne de la part des peuples qui acceptaient passivement leur sort tandis que d'autres étaient prêts à risquer la mort, la torture, les mutilations et la prison», explique-t-il.

Il reste cependant prudent sur les chances de succès des indignés. «On peut penser que des réformes politiques et économiques vont émerger, comme le retour de la taxe Tobin. La planète est graduellement en voie de se réinventer, peut-être trop graduellement même. Ce sera un processus laborieux, difficile et douloureux qui ne pourra réussir sans des politiques bien définies», dit-il.

Le cycle révolutionnaire est long, même si l'émergence des médias sociaux et l'interconnectivité tendent à accélérer la marche de l'histoire. En mai, l'Allemagne a décidé d'abandonner la filière nucléaire, mais le mouvement d'opposition s'était mis en branle il y a une trentaine d'années. Suffragettes, anti-apartheid, émancipations des Noirs: ces mouvements ont tous mis des décennies à accoucher d'un changement social. La remise en question du capitalisme est encore dans la prime jeunesse, estime John Downing. «Les environnementalistes sont un peu plus en avance dans leur réflexion, mais les choses pourraient évoluer rapidement.»

À voir en vidéo