Un tunnel sous les plaines d'Abraham - Passer sous la ville sans crier gare

Ceux qui rêvent de voir un jour le tunnel converti en piste cyclable peuvent toujours rêver: le tunnel a une vocation industrielle et rien ne laisse croire qu’il pourra un jour être utilisé autrement.<br />
<br />
Photo: Yan Doublet - Le Devoir Ceux qui rêvent de voir un jour le tunnel converti en piste cyclable peuvent toujours rêver: le tunnel a une vocation industrielle et rien ne laisse croire qu’il pourra un jour être utilisé autrement.

Québec — Peu de gens le savent, mais un vieux tunnel traverse la ville de Québec du nord au sud sous les plaines d'Abraham. Construit au début des années 1930, il sert toujours au transport des marchandises.

Fait intéressant, l'ouvrage de 1,6 km de long servait à l'origine au transport des passagers. La compagnie de chemins de fer Canadien Pacifique l'avait fait construire pour quérir les gens qui débarquaient des transatlantiques à l'Anse-au-Foulon et les transporter vers Montréal.

À l'époque, les paquebots s'arrêtaient à Québec plutôt que dans la métropole parce que leurs mâts étaient trop hauts pour passer sous le pont Jacques-Cartier.

Inauguré à l'été 1931 devant plus de 100 000 personnes, le tunnel a mobilisé pas moins de 600 travailleurs à l'époque. Dans le magazine Le Rail canadien, on raconte qu'ils «transportaient 20 wagons de boue à l'heure afin de garder les devants propres pour les foreurs». Cette boue a d'ailleurs été utilisée du côté sud «pour remplir les remblais le long du fleuve».

Il y a belle lurette que le tunnel ne sert plus au transport des passagers... Quant à ceux qui rêvent de voir un jour le tunnel converti en piste cyclable, ils peuvent toujours rêver: le tunnel a une vocation industrielle et rien ne laisse croire qu'il pourra un jour être utilisé autrement.

À la fin des années 1990, la ligne de train et le tunnel ont été rachetés par la compagnie de chemins de fer Québec-Gatineau (une filiale de l'américaine Genesee & Wyoming), qui s'en sert pour transporter du grain de l'Ouest canadien et du Midwest américain chez des clients basés au sud du tunnel, dans le port.

À part quelques maniaques de patrimoine industriel et certains graffiteurs téméraires, la plupart des gens ignorent jusqu'à l'existence du tunnel. Le patron de Québec-Gatineau, Mario Brault, préférerait d'ailleurs que ça reste ainsi. «J'ai toujours beaucoup de réticences à en parler parce que la plupart des gens ne savent pas qu'il existe et s'ils le savent, il va y avoir plein de monde», explique l'homme d'affaires qui dit se soucier avant tout de la sécurité des gens.

M. Brault rappelle par ailleurs que contrairement aux routes, les chemins de fers sont des propriétés privées et que les gens qui se promènent sur les rails et dans le tunnel s'exposent à des amendes. D'emblée, les trains sur ce parcours n'ont pas d'horaires fixes et circulent «au besoin, entre une et quelques fois par semaine».

À l'entrée nord, de nombreux graffitis témoignent du passage des visiteurs. L'endroit n'a pourtant rien d'hospitalier. Dans les années 1960, on s'en servait même pour «initier» les nouveaux employés de chemins de fer.

«On les amenait à une extrémité du tunnel avec leur lunch et une paire de pinces et on leur demandait de s'assurer que tous les boulons des joints de voies étaient adéquatement vissés d'un bout à l'autre du tunnel, raconte-t-on dans Le Rail canadien. Le nouvel employé passait la journée seul dans le tunnel avec les rats et les chauves-souris.»

En plus, les deux entrées étaient auparavant bloquées par de grandes portes qu'on avait installées pour empêcher la neige de pénétrer à l'intérieur l'hiver. Or un jour, les employés ont oublié de les rouvrir avant l'arrivée du train côté sud et la locomotive les a fracassées.
9 commentaires
  • Jean-Paul Tellier - Inscrit 18 août 2011 01 h 40

    Match nul Montréal-Québec

    Et il n'est pas tombé.L'ingénieur-chef est-il encore vivant ?

    Match nul Montréal-Québec.Tunnel du Mont-Royal et tunnel des plaines d'Abraham toujours fonctionnels après si longtemps.

    Un miracle de St-Joseph et de Ste-Anne.

  • Gaetan Turcot - Inscrit 18 août 2011 07 h 08

    «trop hauts pour passer sous le pont Jacques-Cartier»

    Ou sous le Pont de Québec?

    Je suis étonné d'apprendre que même ce tunnel a été privatisé. Comme le Pont de Québec. Comme l'aéroport.

  • Anthropos - Inscrit 18 août 2011 08 h 36

    Chronique intéressante

    Vous me faites découvrir plein de chose avec ces chroniques sur la ville de Québec.

    Continuez votre beau travail.

  • Sylvain Auclair - Abonné 18 août 2011 09 h 46

    Montréal n'est pas une ville portuaire

    Il était normal que les paquebots 'arrêtassent à Québec. (L'hiver, ils s'arrêtaient à Halifax ; Gaspé aurait aussi pu convenir, mais le fédéral a choisi.) Montréal n'est pas naturellement une ville portuaire. Il a fallu et il faut encore draguer le lac Saint-Pierre pour permettre aux navires autres que des barges de passer.

  • JF - Inscrit 18 août 2011 10 h 14

    Initiation

    Récit d'initiation

    "Je me suis déjà servi de ce tunnel pour initier un ami à notre groupe ;

    Nous lui avions bandé les yeux, nous l'avons amené au centre du tunnel. En son centre, il fait extrêment noir et tout ce que l'on peut voir ce sont deux petits orifices au loin (l'entrée et la sortie), mais qui semblent très petits.

    Nous l'avons étourdi en le faisant tourner sur lui même et nous nous sommes éclipsés dans l'obscurité.

    Ajoutez à cela un radio postée à l'entrée qui joue une trame sonore louche, qui résonne dans le tunnel...

    Le pauvre enlève son bandeau et qui ne voit rien ni personne; pour quelqu'un qui ne connaît pas l'existence d'un tel lieu c'était tellement désorientant... Une chance, il a choisi le bon côté pour nous rejoindre; une belle initiation. "