Eska retire ses publicités controversées

La campagne Eska met en scène des guerriers de type autochtone protégeant des bouteilles d’eau.
Photo: - Le Devoir La campagne Eska met en scène des guerriers de type autochtone protégeant des bouteilles d’eau.

Eska ferme le robinet pour ne plus apporter de l'eau au moulin de la controverse. L'entreprise, basée à Toronto, a annoncé hier qu'elle retirait immédiatement des ondes et des panneaux d'affichage urbain sa campagne de publicité qui met en scène des guerriers de type autochtone protégeant des bouteilles d'eau.

Dans les derniers jours, des représentants des Premières Nations ont crié à l'insulte et aux préjugés en rappelant que ce produit était ironiquement capté sur un territoire traditionnel des Algonquins, dans le nord du Québec.

Dans un communiqué de presse, le président de la société Eaux Vives Water, propriétaire de la marque d'eau minérale Eska, offre «ses excuses à tous ceux et celles qui auraient pu interpréter la campagne et ses images comme irrespectueuses» et annonce qu'Eska met «immédiatement un terme à [cette] campagne publicitaire». Il ajoute: «L'ensemble des publicités télévisées, imprimées et autres représentations de la campagne publicitaire seront retirées du marché le plus rapidement possible.»

Des rencontres

Dans la foulée, Eaux Vives Water, dont l'actionnaire majoritaire est la banque d'affaires américaine Morgan Stanley Strategic Investments, assure également que des rencontres vont être organisées dans les prochains jours entre les «représentants de l'entreprise et les dirigeants locaux de la communauté» afin d'assurer que les prochaines campagnes publicitaires ne heurtent plus les susceptibilités locales.

«C'est la décision que nous attendions», a indiqué hier au Devoir Georges Lafontaine, porte-parole du Conseil tribal de la nation algonquine Anishinabeg, qui, à la fin du mois de juin, s'était insurgé publiquement contre la «caricature raciste et dégradante des peuples autochtones» alimentée par la série de publicités d'Eska. «Dans la tradition algonquine, l'eau est un élément très important et il est étonnant de voir une compagnie implantée au coeur du territoire algonquin avoir utilisé ces images pour faire la promotion de son produit. Nous espérons que toute cette histoire ne va pas laisser de traces et qu'elle va justement permettre d'établir des liens plus respectueux avec ces gens-là [les représentants d'Eska]».

Lancée à la fin de juin, la campagne d'Eska, une eau puisée à Saint-Mathieu-d'Harricana, en Abitibi-Témiscamingue, exploitait l'iconographie tribale afin d'appuyer son message, «Eska: la pureté bien protégée». Cette campagne a été orchestrée par KBS+P, une agence de publicité de Toronto qui a assuré le «lead créatif», a précisé il y a quelques jours Gilles Corriveau, porte-parole du pourvoyeur d'eau en bouteille. Au début de juillet, sous un feu nourri de critiques, Eska avait assuré avoir prêté une attention particulière à ces personnages de «guerriers eskans» pour éviter des rapprochements avec des nations existantes. Un exercice de filtration qui n'a toutefois pas empêché la formation d'une tempête dans une bouteille d'eau.

À voir en vidéo