Les marchands d’armes font des affaires d’or

Le F-35 de Lockheed Martin, que le Canada veut acheter. En 2009, cette entreprise était au premier rang pour les ventes d'armes dans le monde.
Photo: La Presse canadienne (photo) Le F-35 de Lockheed Martin, que le Canada veut acheter. En 2009, cette entreprise était au premier rang pour les ventes d'armes dans le monde.

La récession n’a pas ralenti les marchands d’armes, qui continuent de faire des affaires d’or. Les 100 plus grandes entreprises militaires au monde viennent de franchir le cap des 400 milliards de dollars en revenus, selon un nouveau rapport du très respecté Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (SIPRI).

En 2009, les 100 plus grandes firmes ont atteint un chiffre d’affaires de 401 milliards de dollars US, en hausse de 14,8 milliards comparativement à 2008. Le tout malgré l’économie difficile dans plusieurs pays de la planète.

Selon le SIPRI, un centre de recherche indépendant, les ventes d’armes combinées des 100 plus importantes firmes d’armement ont progressé de 59 % depuis 2002.

Le gros de l’industrie repose sur les 10 plus grandes entreprises, qui affichent 228 milliards de dollars (56,9 % du total) en 2009. Huit des dix firmes sont américaines. «Les dépenses en biens et services militaires du gouvernement des États-Unis sont un facteur déterminant dans l’augmentation des ventes d’armes des entreprises américaines et d’Europe occidentale qui sont présentes sur le marché américain», explique Susan Jackson, spécialiste de l’industrie de l’armement au SIPRI.

Parmi les 100 grandes entreprises d’armement, 78 sont américaines et européennes. Leurs ventes d'armes ont atteint 368 milliards de dollars, soit 91,7% du total.

Une seule entreprise du top 100 provient du Canada. Il s’agit de la firme montréalaise CAE, qui produit des simulateurs de vol et fait de la formation aux pilotes. Elle vient au 87e rang, avec 710 millions de dollars US de revenus en 2009.

Par contre, l’entreprise américaine L-3 Communications, qui a une filiale au Québec, vient au 9e rang, avec 13 milliards de revenus en 2009.

Les ventes d'armes telles que définies par le SIPRI sont les ventes de biens et services militaires à une clientèle militaire, aussi bien celles effectuées sur le marché intérieur que celles destinées à l'exportation.

Le top 10 en 2009:
  • Lockheed Martin 33,4 milliards $US en revenus
  • BAE Systems 33,2 milliards $US
  • Boeing 32,3 milliards $US
  • Northrop Grumman 27 milliards $US
  • General Dynamics 25,6 milliards $US
  • Raytheon 23 milliards $US
  • EADS 15,9 milliards $US
  • Finmeccanica 13,2 milliards $US
  • L-3 Communications 13 milliards $US
  • United Technologies 11 milliards $US

Pour consulter toute l'étude (en anglais)

À voir en vidéo