BPR passe aux mains des Américains

La firme BPR, chef d'orchestre du controversé dossier des compteurs d'eau à Montréal, vient de vendre ses activités d'ingénierie à l'entreprise américaine Tetra Tech. Conclue en début de semaine, la transaction a été présentée par BPR comme une association d'affaires permettant à la firme québécoise d'accroître ses assises à l'échelle mondiale.

La vente survient alors que l'image de BPR a été mise à mal sur la place publique au cours des dernières années. Le nom de BPR a surgi plus d'une fois lors des débats à l'Assemblée nationale. Au printemps dernier, le parti Québec solidaire a pointé quatre firmes de génie-conseil, dont BPR, qui auraient utilisé des prête-noms pour financer la caisse du Parti libéral et celle du Parti québécois. Après analyse, le Directeur général des élections a conclu que les contributions des dirigeants de BPR avaient été faites en tout respect de la loi.

Le Commissaire au lobbyisme s'est également penché sur les activités de BPR. Il a conclu que la firme avait violé la Loi sur le lobbyisme en sollicitant, entre autres, des titulaires de charges publiques sans être dûment inscrite au registre des lobbyistes. BPR s'est rendue coupable de 84 infractions à la loi.

Le député libéral Jean D'Amour, ex-président du PLQ, ex-maire de Rivière-du-Loup et ex-employé de BPR, avait plaidé coupable à une de ces infractions à la loi. Il avait payé une amende de 500 $, coupant court à tout étalage de son dossier.

Mais c'est surtout le projet des compteurs d'eau que BPR a mené au nom de la Ville de Montréal qui a fait connaître la firme du grand public. Le contrat de BPR est toujours ouvert, mais le personnel de la firme a été démobilisé depuis plus d'un an.

Il n'y a toutefois pas qu'à Montréal que BPR brasse des affaires. La firme a développé des liens étroits avec le monde municipal. Plusieurs exemples ont été exposés, dont ceux de Saint-Irénée, dans Charlevoix, et de Verchères, en Montérégie.

Structure intacte

Malgré la vente de BPR, aucune modification dans la direction ou la structure de l'organisation ni aucune perte d'emplois n'est prévue. La firme compte 1600 employés à l'heure actuelle et entend même doubler ses effectifs d'ici trois ans.

«Si nous voulions poursuivre notre développement, nous devions réinventer le modèle d'affaires. Plusieurs options ont été analysées, plusieurs propositions ont été entendues. Notre association à Tetra Tech était la meilleure pour nous et conséquemment pour notre clientèle», a expliqué le président de BPR, Pierre Lavallée, par voie de communiqué.

Selon ce dernier, l'expertise de chacune des parties est complémentaire. Tetra Tech est une société établie en Californie comptant 12 000 employés. Elle est spécialisée dans la gestion de l'environnement, de l'eau et de l'énergie.