Chronologie - François Mario Bachand, 1944-1971

24 mars 1944: Naissance de François Mario Bachand à Montréal.

1962: Bachand milite au sein des Jeunesses communistes et de l'Action socialiste pour l'indépendance du Québec.

Février 1963: Fondation du Front de libération du Québec (FLQ). Bachand est recruté par Raymond Villeneuve, l'un des trois membres fondateurs.

3 mai 1963: À l'initiative de Bachand, une bombe est déposée au siège social de la compagnie minière Solbec, propriété de la famille Beauchemin. Il s'agit de la première cible canadienne-française du FLQ.

1er juin 1963: Arrestation de 23 militants du FLQ, dont Mario Bachand. Remis en liberté sous caution, il s'enfuit en Nouvelle-Écosse en train avant de gagner les îles Saint-Pierre et Miquelon en avion puis Portland, dans le Maine.

10 octobre 1963: Bachand est arrêté près de Boston par le FBI alors qu'il tentait de se rendre à Cuba en passant par New York et le Mexique. Il demande l'asile politique, ce qui lui est refusé par le gouvernement américain. Extradé au Canada, il est condamné à quatre ans de prison.

Automne 1965: Libération conditionnelle de Bachand après 22 mois d'emprisonnement.

24 juin 1968: «Lundi de la matraque». Bachand participe à l'organisation de la manifestation dénonçant la présence de Pierre Trudeau à la Saint-Jean-Baptiste de Montréal.

21 mars 1969: Bachand est impliqué dans un incident avec des policiers lors d'une réunion d'organisation de l'opération McGill français. Il est arrêté le lendemain pour vol qualifié, méfait public et tentative d'extorsion.

28 mars 1969: Opération McGill français. 15 000 manifestants participent au plus important rassemblement populaire tenu au Québec depuis la Seconde Guerre mondiale.

8 avril 1969: Remis en liberté sous caution, Bachand quitte Montréal pour Paris avec l'appui financier de son père. Il ne veut surtout pas retourner en prison.

14 avril 1969: De Paris, Bachand se rend à Madrid, où il prend l'avion pour Cuba. Il y rejoint son ancien compagnon d'armes, Raymond Villeneuve, qui s'y trouve depuis l'automne précédent.

5 avril 1970: En compagnie de Villeneuve, Bachand quitte Cuba pour l'Europe sur un bateau de la marine marchande. Ils débarquent à Gênes, puis se rendent à Paris.

5 octobre 1970: Enlèvement de James Richard Cross à Montréal par la cellule Libération.

10 octobre 1970: Enlèvement de Pierre Laporte à Saint-Lambert par la cellule Chénier.

15 octobre 1970: Publication d'un communiqué de la Délégation du FLQ en Europe dont les auteurs seraient Mario Bachand et Raymond Villeneuve. Diffusé de Paris, ce texte annonce de nouvelles attaques contre des institutions fédérales canadiennes.

17 octobre 1970: «Exécution» de Pierre Laporte par la cellule Chénier.

Novembre 1970: Bachand se rend à Alger, où il tente d'obtenir la reconnaissance du FLQ par le gouvernement algérien. Il échoue et revient à Paris.

3 décembre 1970: Libération de James Richard Cross.

22 décembre 1970: Mario Bachand s'autoproclame secrétaire général du FLQ dans une entrevue accordée au Politique-Hebdo. Il y annonce de nouveaux attentats — contre les écluses de la voie maritime du Saint-Laurent notamment —, tout en prônant un appui au Parti québécois.

25 décembre 1970: Raymond Villeneuve obtient la reconnaissance officielle du FLQ par le Front de libération nationale, au pouvoir en Algérie. Outre Villeneuve, la Délégation extérieure du FLQ à Alger comprend deux anciens membres du «Réseau Geoffroy». Ce groupe dénonce par l'entremise des médias l'appui de Bachand au parti «petit-bourgeois» de René Lévesque.

Janvier 1971: Mario Bachand quitte une dernière fois Paris pour Cuba.

Février 1971: De retour en France, Bachand s'installe dans la banlieue nord de Paris, au 46, rue Eugène-Lumeau, à Saint-Ouen.

Mars 1971: Bachand reçoit la visite de sa soeur Michèle, qui veut le convaincre de revenir au Québec. Se sentant suivi, il lui confie sa crainte d'être assassiné.

28 mars 1971: En soirée, un couple de Québécois se présente à l'appartement de Mario Bachand, qui est absent.

29 mars 1971: Le couple de Québécois revient voir Bachand, qui ne les connaît pas. Ils se rendent tous les trois dans un bistrot puis reviennent dîner au 46, rue Eugène-Lumeau en compagnie du colocataire de Bachand et de sa femme, qui quittent les lieux en milieu d'après-midi. À leur retour en début de soirée, ils trouvent Bachand, abattu de deux balles de calibre 22.

Août 1975: Fermeture du dossier Bachand par la justice française, qui attribue le meurtre à un règlement de comptes impliquant la Délégation extérieure du FLQ à Alger.

10 mars 1997: Une enquête de l'émission Enjeux de Radio-Canada détermine qu'il y eut complot visant à éliminer Mario Bachand. La Délégation extérieure du FLQ à Alger serait en cause.

27 octobre 1998: Publication du livre Last Stop, Paris: The Assassination of François Mario Bachand and the Death of the FLQ de Michael McLaughlin. Son auteur privilégie la thèse d'une intervention de la Gendarmerie royale du Canada, qui aurait supervisé le meurtre de Bachand en infiltrant la Délégation extérieure du FLQ à Alger.

Sources: Louis Fournier, FLQ: histoire d'un mouvement clandestin, Montréal, Lanctôt, 1998; François Mario Bachand. Trois textes. 1971; Pierre Schneider, Boum baby-boom: la véritable histoire de Bozo-les-culottes, Montréal, Québec/Amérique, 2002.