Le créationnisme, une affaire d'Américains... et d'Albertains

Évolution<br />
Photo: Agence France-Presse (photo) Évolution

Ottawa — Entre Dieu et Darwin, les Canadiens choisissent le scientifique lorsque vient le temps d'expliquer l'origine de la vie. Leurs voisins du Sud, eux, préfèrent la théorie de La Genèse.

C'est ce qui ressort d'un vaste sondage effectué par la maison Angus Reid au Canada, aux États-Unis et en Grande-Bretagne. Les répondants étaient invités à dire s'ils pensaient que l'humain était le résultat de l'évolution, au cours de millions d'années, de formes de vie moins avancées, ou si au contraire il était une créature de Dieu apparue dans sa forme actuelle au cours des 10 000 dernières années.

Ainsi, 61 % des Canadiens et 68 % des Britanniques ont penché pour l'évolution, contre 35 % chez les Américains. Aux États-Unis, 47 % des Américains ont choisi la version divine.

Au Canada, une personne sur quatre (24 %) a quand même dit croire au créationnisme. Le reste des répondants (15 %) a dit ne pas savoir. Par rapport à 2007, quand Angus Reid avait mené le même sondage, c'est une légère augmentation dans les deux camps: il y avait alors 58 % de pro-Darwin, contre 22 % de créationnistes.

C'est au Québec que la théorie de Darwin sur l'évolution des espèces est la plus populaire (66 %). Dans la province, seulement 17 % des gens ont dit croire à l'histoire de la Bible, soit le plus bas taux, et de loin, de tout le pays.

Paradoxalement, c'est en terre pétrolifère, là où la décomposition de matières végétales et de carcasses de dinosaures vieilles de millions d'années fait pleuvoir la richesse, que la croyance dans le créationnisme est la plus forte.

En Alberta, en Saskatchewan et au Manitoba, entre 50 et 51 % des gens ont dit adhérer à la thèse scientifique de l'origine de la vie. Ils sont 31 % en Alberta et 39 % en Saskatchewan et au Manitoba à croire à la création.

L'année dernière, à l'occasion du 200e anniversaire de naissance du naturaliste Charles Darwin, Le Devoir avait effectué un vox-pop non scientifique auprès des députés et ministres fédéraux à Ottawa. Cela avait permis de constater à quel point sa théorie scientifique, voulant que les humains et les singes aient en partage des ancêtres, n'est pas acceptée par tous.

Le président du Conseil du Trésor, Stockwell Day, est un ardent créationniste, prônant l'enseignement de ce concept religieux à l'école, tout comme l'est le ministre d'État aux Sciences et à la Technologie, Gary Goodyear. Les ministres Jim Flaherty (Finances), Rob Nicholson (Justice), Jason Kenney (Citoyenneté et Immigration) et Chuck Strahl (Affaires indiennes) estiment qu'il est possible de croire à la fois à la création et l'évolution. Dans le camp de Darwin, on retrouve Jim Prentice (Environnement), James Moore (Patrimoine), Bev Oda (Coopération internationale), Jean-Pierre Blackburn (Anciens Combattants) et Gordon O'Connor (whip). Plusieurs avaient souhaité un «joyeux anniversaire» ironique au fêté (Vic Toews, Sécurité publique). Gilles Duceppe, Michael Ignatieff et Thomas Mulcair s'étaient prononcés pour l'évolution.

Aux États-Unis, seulement 35 % de la population a dit privilégier la théorie de l'évolution, contre 47 % qui adhèrent au créationnisme. Dans aucune région la théorie de l'évolution n'est endossée par une majorité de gens. Il n'y a que dans le nord-est américain que plus de gens adhèrent à la théorie de l'évolution (43 %) qu'au créationnisme (38 %).

La Grande-Bretagne se pose en championne de l'évolution. Seulement 16 % ont dit croire au créationnisme. Fait à noter, c'est dans la capitale, Londres, que le taux d'adhésion à l'évolution est le plus bas (58 %) et au créationnisme, le plus élevé (25 %).

Le sondage a été effectué en ligne en juillet 2009. Au Canada, 1009 personnes ont été interrogées et aux États-Unis, 1002. La marge d'erreur est de 3,1 %, 19 fois sur 20. En Grande-Bretagne, 2011 personnes ont été questionnées, pour une marge d'erreur de 2,2 %, 19 fois sur 20. Les marges d'erreur sont plus importantes pour les résultats régionaux.
92 commentaires
  • Francis Robillard - Inscrit 16 juillet 2010 01 h 46

    cousinage et mimétisme social

    Il n'y a pas qu'au niveau des "croyances scientifiques" que les canadians et états-uniens se ressemble. Il y a la langue, la culture, la société, les origines et les finalités qui sont les même. Pour les québécois, je la conviction que l'on retrouve un écho de la mentalité anglo-américaine dans la partie de la population adepte du libéralisme anglais ou états-uniens, du multiculturalisme canadian et du mépris à l'égard des québécois et "Premières Nations".

  • gparadis - Inscrit 16 juillet 2010 02 h 02

    Il y a aussi le "Dessein Intelligent"

    La question du sondage est trop radicale il existe une troisième option qui est le "dessein intelligent" qui est une théorie qui allie les deux principales causes de l'évolution de l'homme: Dieu et l'évolution par rapport à l'environnement. La cellule primordiale en se canalisant pour devenir de plus en plus perfectionné étais, à coup sûr, sur le chemin de devenir un homo sapiens ! Mais qui a donné ce goût de devenir de plus en plus performant/perfectionné ? C'est la réponse que donne la théorie du dessein intelligent. C'est mon interprétation personnel de cette théorie.

  • Gabriel RACLE - Inscrit 16 juillet 2010 02 h 48

    Ah! Les croyances…

    Quand on étudie de près les textes de la Genèse, on se rend vite compte qu’ils comportent de nombreuses adaptations de récits mythologiques mésopotamiens. L’exemple le plus frappant en est l’histoire du déluge, qui dans la Genèse, est une reprise d’un récit qui se trouve déjà dans l’Épopée de Gilgamesh, bien antérieure à la Genèse, mais qui reproduit un récit encore plus ancien, celui de l’Épopée d'Atrahasis (Supersage). Et il en va de même pour les deux récits de création, le premier qui raconte une création faite par les Élohims, en sept jours, et le deuxième en une seule fois, pour ce qui est du monde. Mais on retrouve dans le fond de ces récits des éléments de textes mésopotamiens plus anciens, comme l’Enuma elish ou Épopée de la création. La création d’un homme avec de l’argile est une vieille histoire, qui figure aussi dans l’Épopée de Gilgamesh. Quant à la création de la femme à partir de la côte d’Adam, ce ne serait qu’une mauvaise traduction de l'Êve sumérienne Ninti en « dame de la côte » au lieu de « dame de la vie », Ti signifiant à la fois vie et côte. De nombreux mythes se construisent effectivement à partir de fausses étymologies.
    Mais si l’on croit à ces mythes de création plutôt qu’à la science, il n’y a pas grand chose que l’on peut y faire. Les croyances, et la religion fait partie des croyances, relèvent du système cérébral émotionnel, sur lequel les arguments logiques et rationnels du système cortical n’ont que peu d’effet. Expliquer la théorie de l’évolution à des créationnistes convaincus de leurs croyances ne modifiera en rien celles-ci. Car il ne faut pas parler de « la théorie de la Genèse », car il n’y a pas de théorie dans la Genèse, simplement des récits mythiques comme on en trouve dans les textes des civilisations anciennes.

  • Jacques Morissette - Abonné 16 juillet 2010 04 h 45

    L'idée qu'on se fait des choses vient souvent de l'éducation qu'on a reçu.

    Allez voir le genre d'éducation qu'ils ont reçue et vous avez de grosses chances d'y trouver l'explication de ce qu'ils pensent.

  • Alexandre L. - Inscrit 16 juillet 2010 05 h 21

    Mes prédictions

    Je prédis que les commentaires sur cet article iront tous dans le même sens, ou presque. Je prédis que nombre de lecteurs se réjouiront d'y voir "une différence de plus" et le sujet tombera inévitablement sur l'indépendance du Québec (et pourquoi pas quelques craques contre le PLQ, Charest, le PC et Harper).

    Plus sérieusement, l'article ne rapporte rien qui n'est pas déjà bien connu. Il est bien connu (et documenté) que les Américains sont en général très croyants et grandement portés vers le créationnisme. Il est aussi connu que la religion est plus présente dans l'ouest du Canada que dans l'est du Canada.

    À noter qu'il y a plusieurs variations du créationnisme. Très vaguement, il y a ceux qui croient à une Terre jeune ou non (traduction de Young-Earth creationism (YEC) et Old-Earth creationism (OEC)), puis ceux qui croient que l'évolution est réelle et planifiée par Dieu et ceux qui croient plutôt que toutes les créatures sont nées tel quel depuis le début des temps. L'article semble ne pas réellement tenir compte de toutes ces variantes et c'est pourtant celles-ci qui permettent d'établir le niveau de fabulation (voir le God delusion index d'Edward Current sur YouTube, très drôle).

    Et pour terminer, je crois qu'il est insensé de vouloir admettre le créationnisme comme théorie de la création dans les livres de sciences comme il se fait actuellement (ou est en voie de se faire) dans certains états américains. Il s'agit d'une tentative complètement tordue du mouvement religieux de brainwasher les jeunes enfants avec leur propagande religieuse.