Nouvelle entente avec Hydro-Québec - Terre-Neuve vendra son électricité directement aux Américains

Québec — C'est en faisant cocorico que le premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador, Danny Williams, a annoncé, hier, que sa province, pour la première fois de son histoire, allait vendre de l'électricité directement aux Américains. Cette énergie passera par les lignes de transmission d'Hydro-Québec.

«C'est vraiment une occasion historique et unique pour le peuple de notre province», a déclaré, hier, Danny Williams. C'est un premier pas pour Terre-Neuve-et-Labrador, qui projette de vendre sans intermédiaire des quantités massives d'électricité sur les marchés nord-américains, a laissé savoir le premier ministre.

La société d'État terre-neuvienne, Nalcor Energy, a signé une entente de cinq ans avec Hydro-Québec TransÉnergie pour l'acheminement jusqu'à la frontière américaine de 130 KW en moyenne, et un maximum de 250 KW, en provenance de la centrale de Churchill Falls. L'entente s'élève à 19 millions par an.

Cette entente remplace un contrat qui liait Hydro-Québec et la société terre-neuvienne pour la même quantité d'énergie. Mais ce contrat, signé en 1998 et qui a été renouvelé jusqu'au 31 mars 2009, portait sur l'achat d'énergie par Hydro-Québec à un prix fixe assorti d'une clause ascenseur. Hydro-Québec revendait cette énergie sur le marché «spot» aux États-Unis. C'est ce que fera désormais Terre-Neuve par l'entremise du courtier Emera Energy. Selon la porte-parole de Nalcor, Dawn Dalley, Terre-Neuve empochera des revenus de 40 % supérieurs en vendant l'électricité de cette façon. Hydro-Québec a indiqué, de son côté, que les profits que générait l'entente antérieure étaient modestes.

L'entente dévoilée hier est «historique» aussi pour le Québec, estime le ministre des Ressources naturelles et de la Faune, Claude Béchard. «C'est gagnant-gagnant avec Terre-Neuve», a-t-il dit dans un point de presse. «C'est aussi une bonne nouvelle pour le Québec en ce sens qu'on sait que Terre-Neuve voulait que le fédéral subventionne une ligne, voulait avoir des conditions spéciales pour exporter de l'énergie aux États-Unis. Donc, ils viennent d'accepter, si on veut, les règles du marché.»

Depuis la déréglementation du marché continental de l'électricité dans les années 1990, Hydro-Québec doit offrir à tout producteur ou grossiste en électricité l'accès à ses lignes de transmission. C'est la Régie de l'énergie qui détermine les tarifs qu'exige Hydro-Québec TranÉnergie, la filiale de transport d'Hydro-Québec.

Que Terre-Neuve vende de l'électricité, Claude Béchard n'y voit pas une concurrence menaçante pour Hydro-Québec. «Si Terre-Neuve va dans ce sens-là et veut aussi aller aux États-Unis, c'est qu'il y a une demande aux États-Unis pour l'énergie verte. Ils ont donc compris le même message que nous en ce qui a trait aux politiques de M. Obama», a-t-il souligné. Selon le ministre, le Québec «est bien positionné pour devenir l'Alberta des prochaines décennies en matière d'énergie verte».

Fâchée depuis des lustres contre le Québec en raison du contrat de Churchill Falls signé en 1969, Terre-Neuve a cherché à convaincre le gouvernement fédéral de subventionner une ligne de transmission qui aurait traversé le territoire québécois afin d'acheminer l'électricité produite par de futures centrales, notamment celle de Gull Island (Bas-Churchill). Le complexe de Churchill Falls fournit 800 MW au Québec et 300 MW à Terre-Neuve en contrepartie d'un tarif ridicule, selon les perspectives actuelles. Terre-Neuve consomme 170 MW du total et dispose donc d'un surplus de 130 MW.

À plusieurs reprises, le Québec a tenté de négocier une entente avec Terre-Neuve pour la réalisation du projet de Gull Island. En raison du ressentiment des Terre-Neuviens, les négociations n'ont jamais abouti.
5 commentaires
  • Renaud Giraldeau - Inscrit 3 avril 2009 01 h 31

    Labrador

    À partir d'un territoire rétrocédé par le London Private Concil. Je me demande qui a le plus de ressentiment...

  • Gilles Théberge - Abonné 3 avril 2009 08 h 21

    Le bra d'or

    Ça a du se négocier pendant un dîner de con. Qui est le con? Béchard ?

  • Raymond Saint-Arnaud - Abonné 3 avril 2009 11 h 05

    Quelles redevances?

    Quelles redevances Hydro-Québec recevra-t-elle pour faire transiter l'énergie électrique du Labrador sur son réseau?

    Il faut dévoiler les termes de l'entente.

  • camelot - Inscrit 3 avril 2009 11 h 44

    À quel prix ?

    Les circonstances annonçant cette entente laissent croire le pire pour le Québec. Comment se fait-il qu'on n'a jamais entendu parler de ces négociations avant ? Encore une fois, Charest nous met devant le fait accompli. Qu'il ait bradé Hydro-Québec ne me surprendrais nullement, vu ses antécédents politiques.

    Les Terre-neuviens agissent comme des bébés gâtés. Faut-il leur rappeller qu'Hydro-Québec a été la seule organisation au monde à soumissionner pour Churchill Falls ? Sans elle rien de tout cela n'existerait. Depuis, ils ont cultivés une rancoeur irrationnelle envers le Québec.

    D'autre part, le Conseil privé de Londres a commis une erreur magistrale en scindant une partie du Labrador. Le Québec n'a jamais approuvé. Cette décision fait toujours partie du contentieux entre ces deux provinces et Ottawa. Il s'agissait à l'origine de leur permettre de sécher leur morues sur les berges, et non pas de leur concéder un territoire. Mais Londres, lassée depuis très longtemps des Terre-neuviens, nous a fait cette entourloupette pour se débarrasser d'eux, tout en nous embarassant.

    Jean-Marie Francoeur

  • Cécilien Pelchat - Inscrit 3 avril 2009 11 h 45

    Vous vous rappelez ?.... C.Pelchat cpelchat2009@hotmail.com

    les jeunes ne s'en souviennent peut-être pas,mais quand Duplessis était au pouvoir il avait accordé à une compagnie américaine l'octroi d,un immense territoire sur la côte-Nord
    pour exploiter du minerai de fer à UNE CENT la tonne. Les rouges du temps avaient fait deux-trois élections sur ce
    thème. Aujourd'hui,le même parti laisse Terre-Neuve se torcher les pieds sur notre territoire en passant de l'électricité vers les E.U. et nous faire concurrence avec ce que nous avons de plus importante richesse.Réponse du ministre Bachand:``Ottawa aurait subventionné sur le territoire du Québec des lignes électriques de haute tension.`` Et nous,bande de tapis ? N'avions-nous pas un combat à livrer pour faire savoir qui menait sur notre territoire ?
    Non,nos politiciens-tapis du Québec se sont encore
    écrasés devant la peur de livrer une bataille ! Quel déshonneur ! Attendez les effets concrets et nous en reparlerons .Peut-être en retard,incapables de réparer les pots cassés par une bande d'incapables.Honte à ce gouvernement de lavettes.
    C.Pelchat
    Lac-Mégantic