L'entrevue - L'illusion du libéralisme

Le généticien et philosophe Axel Kahn
Photo: Jacques Grenier Le généticien et philosophe Axel Kahn

Homme de gauche, le généticien français Axel Kahn dénonce dans son dernier essai les dérives du libéralisme pur et dur, et souligne les méfaits qu'il engendre en ce tournant de siècle. Notamment, ce chamboulement des valeurs où tout est réduit à sa dimension marchande. Il affirme que l'homme, ce «roseau pensant» dont parle Blaise Pascal dans ses Pensées, doit intervenir pour prévenir les inégalités qui découlent du libéralisme débridé, car celles-ci risquent de conduire à de graves conflits.

Dans un entretien accordé au Devoir, Axel Kahn rappelle d'entrée de jeu que la pensée libérale définie par des auteurs comme Adam Smith repose sur la conviction que l'homme agit avant tout en fonction de ses intérêts. Et que «le libre cours des égoïsmes individuels est in fine garant du mieux-être collectif et du progrès». Selon cette logique, la meilleure garantie pour le consommateur de manger du bon pain par exemple n'est pas la bienveillance et l'altruisme des boulangers à l'égard des consommateurs, mais leur concurrence impitoyable, chacun d'entre eux tentant d'optimiser ses gains personnels.

Les pères du libéralisme préviennent que toute perturbation de ce mécanisme naturel du marché risque de nuire à l'efficacité du système et donc d'en amoindrir les bienfaits escomptés. «Laisser faire» est donc leur mot d'ordre. Ils ne manquent pas de souligner que la libre compétition, motrice du progrès économique, désigne inévitablement des vainqueurs et des vaincus, créant du coup des inégalités qui risquent d'entraîner des contestations susceptibles de devenir sources de désordres. Lesquels entraveront le «doux commerce».

C'est pourquoi Adam Smith et ses contemporains avaient prévu un libéralisme politique allant de pair avec le libéralisme économique, qui laissait le champ ouvert à la dénonciation des inégalités les plus choquantes afin de les maintenir à un niveau acceptable et ainsi éviter les révoltes populaires qui pourraient déstabiliser le système.

Cette dernière thèse a toutefois été battue en brèche dans les années 1960 sous l'impulsion de l'école économique de Chicago, qui fait de «la masse monétaire, imposée de manière exogène par des établissements bancaires autonomes, le régulateur de l'économie, et non son intermédiaire, soit l'outil privilégié du commerce, rappelle Axel Kahn. Produire pour s'enrichir devient un concept dépassé, le nouveau mot d'ordre étant de créer de la valeur, [...] à court terme si possible, et quels qu'en soient les moyens [...] pour satisfaire les actionnaires dont l'enthousiasme sera décuplé par la perspective de licenciements».

Une croyance ancrée dans la biologie

Pour les tenants de la doctrine libérale, «la poursuite de ses intérêts égoïstes constitue le déterminant principal des actions humaines». Les fondements du libéralisme seraient en fait inhérents à la nature humaine. Plus encore, ils seraient soumis aux mécanismes de la sélection naturelle darwinienne. Ainsi, les combats économiques et sociaux seraient comparables à la lutte pour la vie dans la nature sauvage. «Dans l'un comme dans l'autre cas, la victoire des plus aptes et l'élimination des inaptes sont censées constituer le moteur essentiel du progrès qu'il ne faut perturber à aucun prix», indique Axel Kahn. Pas question par conséquent de venir en aide aux entreprises menacées de disparition, ou de protéger par des dispositifs solidaires des segments de la population plus faibles, voués à la défaite. «Dans la logique commerciale, toute politique d'entraide est contreproductive.»

«La conviction que cette pensée libérale est fondée sur des processus naturels et l'ivresse engendrée par son efficacité et ses succès expliquent ses dérives messianiques, comme celles des néoconservateurs américains et de George Bush, pour lesquels le peuple américain a reçu la mission divine de convertir le monde entier aux prescriptions de la loi naturelle fondée sur la libre entreprise, la concurrence commerciale sans entraves et le respect scrupuleux des règles du marché.»

«Le libéralisme est une totale illusion, lance Axel Kahn. Il accroît le fonctionnement, voire l'efficacité de l'économie certes, mais si la société ne fixe pas d'objectifs, de mesures — sociales —, le pire arrivera certainement.»

«Il faut assigner à l'action humaine non seulement l'efficacité des moyens de développement — si c'est ce parti qui a été privilégié —, mais aussi leur mobilisation en faveur de tous, y compris des générations futures. Homo oeconomicus peut-être, mais aussi au service des autres, être moral se fixant des fins, délivré de l'illusion selon laquelle il peut s'en dispenser et se contenter de poursuivre son intérêt et de préoccuper seulement de son développement personnel, comme l'y incite l'air du temps», affirme-t-il pour dénoncer cette illusion selon laquelle toute politique d'entraide serait inutile.

Le socialisme ne doit toutefois pas s'exercer au détriment de la liberté humaine, prévient le scientifique-philosophe qui voit tout de même dans le libéralisme un moyen de redonner le pouvoir à l'humain.

Parmi les nombreuses objections qu'Axel Kahn formule à l'encontre d'Homo oeconomicus figure d'abord l'idée selon laquelle l'intérêt de l'humanité dans son ensemble, voire le bonheur de ses membres, impose la fuite en avant du «produire toujours plus».

«L'illusion selon laquelle les mécanismes autocorrecteurs de la société libérale et les effets du doux commerce seraient de nature à limiter l'accroissement des inégalités et à éviter des guerres et des conflits mérite d'être dénoncée», dit-il.

«Le progrès mû par l'égoïsme sacré, vanté par les pères de la pensée libérale, ne porte guère au souci des générations futures», poursuit-il. L'accroissement continu de la production s'est réalisé sans aucun souci de la préservation de l'environnement. Avec pour conséquences la destruction des espèces sur terre et en mer, la déforestation, l'effet de serre et les changements climatiques qui en découlent, l'accumulation de déchets toxiques d'origine chimique engendrés par l'activité industrielle et agricole.

La mondialisation des échanges commerciaux, qui était inévitable dans la logique économique libérale, favorise le développement de tensions, des violences sociales et du terrorisme, souligne Axel Kahn. Car «la pression est considérable dans tous les pays pour imposer aux travailleurs une augmentation de productivité sans progression salariale. Qui plus est, la délocalisation des activités de production vers des bassins d'emplois à faibles coûts salariaux et à protection sociale rudimentaire anéantissent toutes les revendications sociales. Il s'en suit une marée montante d'agressivité et de violence en réaction aux discriminations et aux inégalités engendrées».

Réduction des valeurs

La conception selon laquelle la poursuite par chacun de son intérêt économique constitue le seul moteur indiscutable de l'action humaine aboutit par ailleurs à une redoutable réduction des valeurs à leur dimension marchande, dénonce le Dr Kahn. La réduction des valeurs immatérielles d'ordre moral et esthétique à leurs dimensions économiques et techniques a conduit à des situations inacceptables pour ce généticien qui a été membre du Comité consultatif national d'éthique en France. «Les gènes sont des entités naturelles codant des propriétés biologiques des êtres vivants. Ils n'ont donc pas été inventés par les chercheurs qui en ont déterminé la composition. Pourtant, près d'un million de séquences génétiques d'origines diverses, humaines et non humaines, font l'objet de demandes de brevets, dont quelques milliers ont déjà été accordés. Et les biotechnologies modernes font espérer un marché qui pourrait atteindre les 400 à 500 milliards de dollars dans la décennie qui vient, précise-t-il. Dès lors, l'idée s'impose insidieusement qu'une telle stratégie, d'un intérêt économique tel qu'elle en acquiert une consistance de réalité, ne peut être franchement mauvaise...»

Et il en est de même pour tous les domaines — clonage humain, vente d'embryons testés — où une avancée scientifique et technique est valorisable et susceptible de déboucher sur un marché profitable, peu importe si le projet soulève des objections morales.

Dans le milieu culturel, les oeuvres d'art ne sont plus jugées à l'aune de leur valeur esthétique, mais sont réduites à leur cote sur le marché de l'art. Tel artiste sera porté aux nues par simple effet de mode.

Aussi, la dignité, une valeur qui n'a pas de prix, tend de plus en plus à adopter une dimension comptable. Il en résulte que «l'on traite de vieux cons les personnes âgées dont la capacité productive est nulle, qui coûtent et ne rapportent rien». Jadis, le grand âge était synonyme de sagesse, de lieu où était conservée la connaissance. Aujourd'hui, dans notre société dont «l'idéal est d'être beau, jeune, actif et productif, la vieillesse est une déchéance qu'il serait légitime d'éviter en reconnaissant à chacun le droit de mourir, en autorisant l'euthanasie librement consentie», fait remarquer le médecin.

«Le succès économique de la plus méprisable des entreprises, du projet le plus vulgaire, du personnage le plus grossier leur assure ipso facto une respectabilité qui, s'articulant avec leur richesse, en accroît le pouvoir et l'influence sur la société. Dans les milieux défavorisés, l'observation d'une déconnexion entre la réussite financière et l'école aboutit à une dévalorisation du savoir. Le phénomène a même des répercussions sur le choix des carrières par les jeunes plus favorisés. La réussite vantée et vécue se confond avec la position rémunératrice, alors que le prestige de la connaissance et de la science en elles-mêmes est en chute libre», écrit Axel Kahn.

En tout lieu et en toute chose, l'accumulation des richesses est devenue la finalité, alors qu'elle devait à l'origine n'être que le moyen, souligne M. Kahn.

L'imposition d'un modèle dominant a aussi pour effet d'uniformiser, de standardiser la culture. Or «l'histoire témoigne de la fécondité de l'hybridation culturelle, alors que l'homogénéisation nuit à la fécondité des échanges, puisque c'est de la confrontation que naît l'idée». L'évolution vers un schéma standard de pensée, vers une culture unique, favorise par ailleurs le communautarisme au sein de certaines sociétés (on pense à l'islamisme), fait remarquer l'auteur. Celles-ci se referment alors sur elles-mêmes derrière des barrières étanches qui empêchent l'échange et ce dialogue enrichissant, qui a été le grand moteur du progrès des civilisations. Et, là encore, la richesse des cultures est réduite à l'état de marchandise, elle devient exotisme distrayant pour touristes en mal de dépaysement.

Dans son livre, L'Homme, ce roseau pensant publié chez Nil éditions, Axel Kahn s'applique à définir le «propre de l'homme», qui malgré sa grande proximité sur le plan génétique avec le chimpanzé, voire la souris, se distingue par «la responsabilité de s'imposer un devoir et de s'y conformer». Aux yeux du scientifique, cette notion de responsabilité est centrale, car «elle constitue le moyen de refonder un humanisme non essentialiste [non réduit au déterminisme] dans une perspective agnostique».

«Les relations économiques ont joué, jouent et joueront un rôle essentiel dans la structuration, le fonctionnement et l'évolution des sociétés humaines, admet Axel Kahn. La poursuite par tout être de son intérêt est incontestable. En ce sens la mobilisation à cet effet des capacités marchandes de l'homme ne peut nous étonner. Il revient cependant aussi à chacun de faire des choix, de se fixer des buts qui ne pourront prétendre à une valeur universelle s'ils n'incluent pas le souci de l'autre.»
17 commentaires
  • Guy Lafond - Abonné 19 mars 2007 02 h 27

    Nous avons le devoir...

    Le généticien francais Axel Khan crie haut et fort que nous avons le devoir de réagir maintenant pour les générations futures.

    Avec les communications de masse, nous avons désormais les moyens d'agir et d'orienter nos choix en fonction du mieux être de tous et non d'une minorité. Nous pouvons renverser le cours des évenements et arrêter la disparition de nos espèces et la dégradation de notre environnement.

    Le président Chirac disait il n'y pas si longtemps qu'il nous faut maintenant entrevoir une révolution profonde de nos façons de faire.

    À mon avis, on ne peut pas croître et se multiplier indéfiniment sur ce magnifique vaisseau spatiale qu'est notre planète Terre sans faire face à des conséquences graves.

    Le commerce est là pour rester. Soit. Donnons-lui simplement une mission et une image plus concordantes avec l'homme, ce roseau pensant.

    Je rêve d'une ère pas si lointaine où la priorité de tous et chacun sera de cultiver les magnifiques espèces végétales qu'il a dans son jardin.

    Et tout commence par une utopie. Ne baissons pas les bras.

  • Françoise Labelle - Inscrite 19 mars 2007 07 h 38

    C'est la solution qui nous intéresse.

    Les lecteurs du Devoir sont convaincus, M.Kahn et Mme Gravel. Ce qui nous intéresse, ce sont les solutions, les démonstrations simplistes et téléspectaculaires qui permettront aux bienheureux-les-simples-d'esprit de comprendre que le balancier est allé beaucoup trop loin à droite.

  • André Couture - Abonné 19 mars 2007 10 h 15

    Confusions intellectuelles et diabolisation

    L'entrevue avec Axel Kahn nous fait voir ce qu'il y a de pire chez certains intellectuels français.Confusions intellectuelles entre le libéralisme politique et le capitalisme, entre l'égalité et la justice, entre intérêts et valeurs,réalité et représentation.Et, en plus ,il a trouvé le grand coupable universel de tous les malheurs.Ce modèle à une seule variable explicative ne traduit pas la complexité de la réalité mais l'impuissance de l'illibéralisme à comprendre le monde.Raymond Boudon y voit l'un des problèmes majeurs qui empêche la France de s'adapter à la modernité (Pourquoi les intellectuels français n'aiment pas le libéralisme?)

  • Pierre-Yves Pau - Inscrit 19 mars 2007 10 h 32

    Sophismes keynesiens

    Le premier problème des Kahn et cie, c'est qu'il prennent argument du fait que la logique commerciale ne peut pas tout régenter, pour justifier l'instauration, la préservation ou même la préemption de logiques ANTI-commerciale; il s'agit évidemment d'un abus de méthode. Le deuxième problème, c'est qu'ils prennent comme prémisse qu'il faut juger une politique à ses intentions, et non à ses résultats, ce qui est évidemment absurde. C'est le slogan éco-dépot: si le keynesianisme marchait, on le saurait.

  • Zach Gebello - Inscrit 19 mars 2007 10 h 35

    Le libéralisme du PQ

    Il a parfaitement raison ce penseur.

    C'est en voulant chatouiller ce même fond néo-libéral qui a menné le PQ a centrer son discours indépendantiste sur le déséquillibre fiscal et autres considérations purement économiques.

    C'est devenu leur talon d'Achille. Harper s'apprête à tirer sa flêche.

    L'excellent "Devoir de Philo" de Marianne Di Croce, dans le Devoir de samedi, était bien à propos.

    P.S. Un incontournable, ce Devoir de Philo.
    J'espère qu'on lui réserve une longue vie. J'attend toujours impatiemment le suivant.