Les Québécois plus «solidaires» que «lucides»

À peine un citoyen sur trois serait favorable à une augmentation des frais de scolarité des étudiants universitaires.
Photo: Jacques Nadeau À peine un citoyen sur trois serait favorable à une augmentation des frais de scolarité des étudiants universitaires.

Non seulement les Québécois n'ont pas adhéré aux thèses avancées par le groupe des «lucides» au sujet du péril que représentent la dette et le choc démographique, mais la génération qui est aujourd'hui dans la vingtaine s'avère encore plus attachée que ses aînés au modèle social-démocrate qui prévaut ici. C'est ce qui ressort d'un sondage CROP dont les résultats ont été dévoilés hier. Le président de cette maison de sondage, Alain Giguère, a du même coup invité les lucides à redoubler d'efforts pour vendre leurs idées à la population.

Règle générale, les citoyens refusent qu'on sabre les services sociaux, jugeant plutôt «que le Québec se doit d'être le plus généreux possible dans ses programmes sociaux». En fait, seulement 36 % de la population est convaincue que le fameux modèle québécois est «trop généreux». Une majorité (57 %) est plutôt d'avis contraire, estimant que l'État a aussi un rôle prépondérant à jouer pour faciliter «l'accès aux services», pour «la répartition de la richesse et pour l'encadrement de l'économie», selon les conclusions de ce sondage.

En ce qui a trait aux solutions avancées par les «lucides» pour «permettre au Québec d'avoir les moyens financiers nécessaires pour se développer davantage», «payer ses dettes» et «laisser aux jeunes une société plus prospère», les Québécois diffèrent aussi d'avis. Ainsi, 83 % de la population est opposée à une hausse des tarifs d'électricité. Et à peine un citoyen sur trois serait favorable à une augmentation des frais de scolarité des étudiants universitaires.

L'imposition de frais lors d'une visite chez le médecin (le ticket modérateur) ne recueille pas non plus une majorité de voix puisque 53 % des Québécois y sont opposés. Ils sont cependant ouverts à l'idée de l'existence des cliniques privées dans une proportion de 66 %. Ils sont également d'accord pour «permettre l'existence d'assurances privées de santé afin de donner la possibilité aux citoyens qui le désirent de se payer des soins de santé en dehors du système public de santé». En fait, ce sont ces deux options «lucides» qui recueillent le plus l'assentiment des citoyens pour faire face aux défis du remboursement de la dette et du choc démographique.

Plusieurs sondages ont servi de base à l'étude de CROP, dont les échantillons comptaient plus de 1000 personnes et avaient une marge d'erreur de 3 %. Présentée hier devant le Cercle canadien de Montréal, cette étude tend en outre à démontrer que le Québec est la province canadienne où la plus forte proportion de la population (49 %) considère que la société se porterait mieux si les gouvernements jouaient un rôle plus important. Sans le Québec, la moyenne au pays se situe à 28 %.

Sans surprise, «plus le niveau socioéconomique des Québécois est élevé, plus ils ont tendance à considérer que nous sommes trop généreux et que certains services devraient être revus ou tarifés à la hausse, conclut aussi l'étude. Les revenus élevés ayant une incidence limitée au Québec, la majorité aura donc tendance à appuyer la générosité sociale». «Donc, sur le plan politique, ils ne voteront pas pour des gens qui vont se présenter et dire "on va mettre le pays sur ses rails"», a dit Alain Giguère.

«On veut voir le gouvernement très impliqué dans l'économie, dans la réglementation, dans le partage de la richesse. Les services rendus à la population, on aime ça, ils ont remplacé l'Église [...]», a d'ailleurs lancé M. Giguère hier, provoquant des rires dans l'assistance. Et, selon lui, «le travail des "lucides" n'est certainement pas terminé. Il y a encore beaucoup de millage à faire avant que cette conscientisation passe auprès du public». «Il y a quelqu'un qui va devoir expliquer ça aux Québécois parce qu'ils ne le savent pas», a-t-il ajouté.

Jeunes solidaires

Heureux constat pour le camp des solidaires, les jeunes Québécois de 15-24 ans, qui ont grandi avec la mondialisation économique en toile de fond, sont encore plus sociaux-démocrates que leurs aînés. «Contrairement à nos hypothèses de départ, les jeunes générations ne semblent pas particulièrement enclines à vouloir réduire les services de l'État pour réduire la dette qui leur reviendra», conclut d'ailleurs l'étude.

Et le phénomène étonne M. Giguère, qui croyait plutôt qu'il constaterait le contraire. «Ce qui surprend, c'est que sur plusieurs questions, ils [les jeunes] sont encore plus attachés à notre social-démocratie, à notre modèle de répartition de la richesse, que la population en général, a-t-il expliqué hier. Donc, demain matin, quand on va dire qu'il faudrait réduire les services ou encore augmenter les frais de scolarité à l'université parce que les universités n'ont plus les moyens, ce discours-là, il ne passera pas.»

En matière de dette, que les «lucides» perçoivent comme une véritable épée de Damoclès, les jeunes ne voient tout simplement pas le péril, selon le président de CROP. «Les jeunes ont tendance à minimiser le problème, croit M. Giguère. Quand on essaie de leur dire: "c'est vous qui allez payer la facture", on a beau essayer de leur expliquer ça, ils ne considèrent pas que le problème est si grave que ça.» On se dirige donc vers un «schisme de générations. Les jeunes ne voudront pas payer les factures des baby-boomers. Eh bien, quelqu'un va devoir leur expliquer ça, parce qu'ils n'ont pas compris».

De plus, «ceux qui nous disent qu'il faut améliorer les programmes sociaux, ce sont les jeunes. Donc, on a beau tout faire, il y a une limite à ce qu'on peut biaiser notre questionnaire pour dire "réveillez-vous"», a soutenu M. Giguère, ajoutant que les 15-24 ans sont plus portés à vouloir «augmenter les impôts».

Dans ce contexte, comment convaincre les jeunes de faire preuve de «lucidité»? «C'est la question que je pose, a lancé Alain Giguère après sa conférence. On vit en démocratie, donc il faut vendre ces réformes à la population, mais il n'y a pas d'acheteur.» Selon lui, «il y a certainement un blocage» chez les Québécois, à l'exception d'une «seule petite ouverture» en santé. «Fondamentalement, dans nos valeurs, notre social-démocratie est quelque chose d'extrêmement important. Ce qu'on appelle le modèle québécois, notre partage de la richesse, c'est très enraciné. Changer ça, ça va prendre beaucoup d'efforts politiques», juge-t-il.

«Il y a aussi le problème de la crédibilité. Malheureusement, les politiciens n'ont pas la crédibilité qu'ils pourraient avoir. Jean Charest a bien essayé de convaincre les Québécois qu'il fallait réduire notre train de vie, mais il paye cher les réformes qu'il a essayé de faire», estime le président de CROP. Pourtant, «la cause nécessite un sang nouveau».

André Pratte, cosignataire du manifeste Pour un Québec lucide et éditorialiste au journal La Presse, s'est pour sa part dit «déprimé» par les résultats de cette étude. «Au Québec, les francophones ont été libérés par l'État au cours de la Révolution tranquille et il n'y a rien de plus ardu que de se libérer de notre libérateur», croit-il. Ainsi, «s'en détacher, réduire son rôle, ça nous inquiète beaucoup». «On demande aux gens de faire des choix difficiles. Et ma grande crainte, c'est qu'un jour les choix qu'on a à faire nous soient imposés par d'autres, comme les marchés financiers ou les marchés étrangers», a-t-il prévenu.

Porte-parole de Québec solidaire, Françoise David s'est quant à elle dite heureuse des résultats du sondage, ajoutant que ceux-ci reflètent plutôt la lucidité des citoyens. «La population comprend très bien que l'augmentation des tarifs d'électricité ainsi que des frais de scolarité, en plus de la réduction des services, ça ne règle rien. Ça fait seulement en sorte qu'on se retrouve dans une société de plus en plus injuste», a-t-elle fait valoir.

La solidarité dont font preuve les jeunes ne l'étonne pas. Selon elle, ils considèrent que «la première étape vers une véritable équité intergénérationnelle est de léguer aux générations futures une planète habitable». Mme David juge également que les «lucides» accordent une «importance démesurée» à la question du choc démographique pour justifier leurs idées, sans tenir compte du «rôle de l'État» dans la répartition de la richesse et, en définitive, de la «justice sociale».
20 commentaires
  • Lapirog - Abonné 11 janvier 2007 06 h 47

    Les lucides et les solidaires :courants irréconciliables?

    Ce sondage montre et démontre que les Québécois sont au contraire très lucides dans leur analyse de la situation politico-économique.Lucides dans le bon sens du terme c'est à dire capables de comprendre que l'État est leur propiété et quand diminuant son pouvoir on leur enlève aussi un certain rapport de force.Les sondeurs oublient ou omettent toujours la dimension fraudes fiscales,évasions fiscales, blanchiment d'argent et surtout paradis fiscaux qui permettent avec le laxisme du système fiscal ,le transfert de milliards de dollars à l'échelle pan-canadienne.Voilà où se trouvent les milliards manquants pour financer ou améliorer les services sociaux auxquels nous avons droit.

    J'ai même entendu la vérificatrice du gouvernement fédéral,Mme Fraser, affirmer devant les médias que les fonctionnaires-cadres de l'agence fédérale qui perçoit les impots sont récompensés selon leur rendement dans la perception des impots (bons dossiers) en d'autres termes, les gros dossiers délinquants sont tout simplement jetés à la poubelle pour ne pas priver les cadres de leurs bonis.Belle mentalité!

  • Monsieur B. - Inscrit 11 janvier 2007 07 h 03

    Analyse biaisée!

    Ce sondage énonce la volonté de solidarité de la population québécoise. Mais en rien il semble vouloir la comprendre. M. Giguère considère avec arrogance que le néolibéralisme dit lucide est la bonne façon de penser et croit qu'il faut enseigner aux jeunes la bonne parole des saintes écritures économiques. Pour lui, la démocratie provient des lucides, surtout ceux qui possèdent plus de sous, on doit propager ces idées au reste de la population jusqu'à ce qu'elle les avale.

    Mais la démocratie logiquement, n'est-ce pas d'écouter, et de tenter de comprendre, la population, plutôt que de lui parler sans cesse en gardant les oreilles fermées? Mais en politique, les intérêts ont souvent priorité sur la logique malheureusement...

  • Gilles Delisle - Abonné 11 janvier 2007 08 h 12

    Non seulement solidaires, mais bien plus lucides qu'on ne le croient ces jeunes!

    Les jeunes comprennent très bien que ce pays est immensément riche et que c'est encore une fois la distribution de cette richesse qui cause problème. Ils ont vu eux aussi les subventions au privé comme on l'a vu récemment chez Alcan ou Intrawest, comme la construction de deux mégas-hôpitaux, trop chers pour nos moyens, comme les PPP, comme la nouvelle loi de la santé pour favoriser le privé, comme toutes ces privatisasions à la mode libérale ou conservatrice. Ils savent très bien qu'avec nos gouvernements à la petite semaine, on veut favoriser le privé de mille et une façon différente et diminuer la participation publique dans toutes les sphères de notre société. Ce n'est pas quelques haut-parleurs des faux-pensants de notre société qui va les empêcher de réfléchir sur la manière de concevoir cette société pour favoriser le plus grand nombre.

  • Roland Berger - Inscrit 11 janvier 2007 09 h 06

    Ça va mal « à shop » !

    Les jeunes Québécois en sont rendus à croire que l'État doit assurer la justice sociale, c'est-à-dire une plus juste répartition des richesses. Ça va mal « à shop ». Les « lucides » pensaient pourtant les avoir convaincu du bien-fondé de l'ordre social actuel, lequel, comme par hasard, les favorisent en tout point. Meilleure chance la prochaine fois !

  • André Loiseau - Abonné 11 janvier 2007 09 h 08

    Le socialisme mènerait-il à la ruine?

    Les réactions de messieurs Blais, Lapointe, Boulerice et autres sont très pertinentes.

    Et notre bon maître Bouchard s'en frottera les yeux d'étonnement à l'écoute de ce sondage, lui qui passe plusieurs soirées au salon des Desmarais à vanter et à essayer de protéger les intérêts de ces lucides.

    Et puis ne nous inquiétons pas, notre comédien Boisclair est déjà à la cour de Versailles d'où il nous reviendra avec une ribambelle de géniales solutions pour venir à la rescousse de ses pairs.

    J'ai remarqué que la grande majorité des réponse québecoises aux sondages sont marquées au sceau du gros bon sens.

    Bouchard et compagnie s'imposeraient-ils en tant que néo-colonialisme au service du peuple?