17 juillet 1944 - Le Frère Marie-Victorin meurt dans un accident de la route

Un accident de la route, survenu samedi soir près de Saint-Hyacinthe, a coûté la vie au Révérend Frère Marie-Victorin, savant botaniste et l'un des fils les plus brillants du Canada français.

Le Frère Marie-Victorin revenait d'une excursion de botanique au lac Noir, quand l'automobile qui le transportait vint donner contre une voiture qui roulait en sens inverse, à Sainte-Rosalie. Les neuf voyageurs des deux automobiles furent blessés et le directeur du Jardin botanique de Montréal mourut pendant qu'on le transportait d'urgence à l'hôpital de Saint-Hyacinthe.

* * *

Saint-Hyacinthe, 17 (D.N.C.) - Le Révérend Frère Marie-Victorin, des Frères des Ecoles chrétiennes, directeur de l'Institut botanique de l'Université de Montréal et du Jardin botanique de Montréal, a trouvé la mort samedi soir, vers 10 heures 30, au cours d'une collision d'automobiles survenue sur la voie Sir Wilfrid Laurier, entre Saint-Hyacinthe et Sainte-Rosalie (Bagot). Blessé à la tête, il succomba environ une heure après l'accident pendant qu'on le transportait à l'hôpital Saint-Charles de cette ville.

Neuf autres personnes furent blessées au cours du même accident, dont une très gravement, M. Emile Lévesque, 23 ans, de Toronto, dont la famille demeure à Shawinigan-les-Chutes. On s'attend à sa mort d'un moment à l'autre. M. Lévesque était dans la voiture qui entra en collision avec celle où voyageait le Frère Marie-Victorin. [...]

L'accident se produisit vers 10 heures 30 du soir, non loin de Sainte-Rosalie, à un endroit où la voie Sir-Wilfrid-Laurier se sépare en deux voies uniques. Il appert que l'un des chauffeurs se trompa de voie et s'engagea dans celle où venait en sens contraire une automobile qui le heurta de front.

Le Frère Marie-Victorin fut blessé au front et à la bouche, apparemment assez légèrement, mais on croit qu'il succomba à une syncope. Il souffrait du coeur depuis longtemps. Ses compagnons lui donnèrent tous les soins possibles, mais il expira dans le taxi qui le conduisait à l'hôpital. Le R. F. Marie-Victorin était un des botanistes les plus en vue de l'Amérique du Nord. Né Kirouack (Conrad), le 3 avril 1885, il était originaire de Kingsey Falls, non loin de Sherbrooke.

Il était titulaire de la chaire de botanique à l'Université de Montréal, docteur es sciences, membre de la Société Royale du Canada, deux fois lauréat du prix d'action intellectuelle, lauréat du prix David, lauréat du prix Grandoger (France), pour l'ensemble de son oeuvre, lauréat du prix Coincy de l'Académie des Sciences de Paris, membre de la Société botanique de France, de la Linuean Society de Londres, de l'Office provincial des recherches scientifiques, de l'American Association for the Advancement of Science, de l'Académie Colombienne des Sciences (Bogota). Il était l'auteur d'une quarantaine d'ouvrages, scientifiques et littéraires.

Son oeuvre principale est La Flore Laurentienne, monumental ouvrage sur la flore de la province de Québec, publié en 1935. On lui doit aussi deux volumes considérables et il en préparait un troisième sur la flore de l'île de Cuba. Le Frère Marie-Victorin fut le premier à étudier la flore du Québec sur une base critique. Il avait fait de nombreuses excursions botaniques dans la province, notamment sur l'île d'Anticosti, dans la Minganie et la Gaspésie, au Lac-Saint-Jean. Il avait également travaillé sur le terrain à Cuba, au Mexique, à Haïti. Il donna des cours à l'Université Notre-Dame d'Indiana et des conférences à l'Université Harvard, à Cambridge, Mass., à Londres et en Afrique-Sud. [...]

Les deux voitures ont subi des dommages considérables. Le R. F. Marie-Victorin reçut les premiers soins et les derniers sacrements avant d'être transporté à l'hôpital. Il ne perdit pas conscience et causa pendant une vingtaine de minutes avec les personnes qui l'entouraient avant d'expirer.

Le corps a été transporté au Mont-Saint-Louis, rue Sherbrooke est, à Montréal, où les funérailles auront lieu mercredi matin, à 8 h.