18 janvier 1961 - Khrouchtchev: nous n'aurons la guerre que si l'Occident veut faire échec à 'l'inévitable' victoire du communisme

MOSCOU. - La victoire du communisme mondial n'est désormais plus éloignée et la guerre n'est pas nécessaire pour réaliser cette victoire, déclare M. Khrouchtchev. S'adressant à l'Assemblée générale des cadres du parti communiste, le chef du Kremlin a souligné que [...] la victoire du communisme est 'inévitable aux yeux des lois du développement historique'.

Discours de plus de 20,000 mots, le texte en est publié dans le périodique 'Kommunist'. Les observateurs y voient l'un des documents politiques les plus importants publiés à Moscou depuis la fin de la deuxième guerre mondiale.

'La classe ouvrière, qui gouverne aujourd'hui une vaste partie du monde et gouvernera éventuellement le monde entier, a dit M. Khrouchtchev, ne saurait tolérer que les forces condamnées (de l'impérialisme) n'entraînent dans leur perte des millions d'hommes.'

L'un des moyens de prévenir une nouvelle guerre, a-t-il poursuivi, est l'établissement de 'fronts de paix' à travers le monde, groupant des pacifistes de toutes tendances politiques. Un autre moyen est l'adoption d'une politique de coexistence pacifique.

La politique de la coexistence pacifique 'facilite l'action du parti communiste et d'autres mouvements progressistes de la classe ouvrière dans les pays capitalistes, favorise pour les peuples la lutte contre les partisans de la guerre d'agression et contre les bases militaires étrangères, contribue enfin au succès des mouvements de libération nationale'.

'Si l'on considère son contenu social, la politique de coexistence pacifique est donc une forme de lutte intense, sur les plans économique, politique et idéologique, entre le prolétariat et les forces agressives de l'impérialisme dans l'arène mondiale.'

M. Khrouchtchev a souligné avec insistance que 'les impérialistes n'ont pas réussi depuis quelque temps à attirer dans leur bloc militaire un seul des nouveaux Etats. Depuis quelques années, c'est l'Union soviétique ou les autres pays socialistes qui ont conservé l'initiative dans l'arène mondiale tandis que les pays impérialistes et leurs gouvernements ont dû rester sur la défensive.' [...]

Dans son discours, M. Khrouchtchev affirme que l'avantage même du communisme est d'éviter tout conflit thermonucléaire qui anéantirait le monde. Il a également exprimé sa ferme opposition aux 'guerres localisées' qui risquent de dégénérer en conflit généralisé. Mais il a répété que le communisme mondial accorde son appui total aux guerres de libération nationale, comme celle d'Algérie.

Parlant de la guerre d'Algérie, M. Khrouchtchev a déclaré que celle-ci 'est une guerre sacrée et que le communisme reconnaît l'utilité de ces guerres. Nous avons aidé et nous continuerons d'aider les peuples qui luttent pour leur indépendance'.

Enfin, il a exalté la révolution cubaine.