Découverte d'hiéroglyphes mayas datant de 250 ans avant notre ère

Washington — Des inscriptions hiéroglyphiques mayas découvertes au Guatemala remontant à environ 250 ans avant notre ère indiquent que cette civilisation précolombienne a développé un système d'écriture des siècles plus tôt qu'on ne le pensait, selon une étude publiée hier aux États-Unis.

Cette découverte, sur un bloc de pierre recouvert enterré dans une pyramide baptisée «Las Pinturas», à San Bartolo, date l'émergence de l'écriture maya vers la même période que les plus anciennes inscriptions des autres cultures méso-américaines, a relevé l'anthropologue William Saturno, auteur de ces travaux parus dans la revue Science du 6 janvier.

Ce morceau de pierre, provenant d'un mur écroulé, sur lequel figurent dix hiéroglyphes, a été trouvé près de l'une des chambres de cette pyramide où ce même expert a mis au jour les plus anciennes peintures murales mayas exceptionnellement préservées datant d'au moins un siècle avant notre ère. Cette découverte avait été annoncée le 13 décembre dernier.

Ce texte ancien est très partiellement déchiffrable alors que la plupart de ces hiéroglyphes semblent très différents de ceux totalement lisibles de l'écriture maya remontant de 250 à 300 ans après le début de notre ère, a expliqué William Saturno, professeur à l'Université du New Hampshire et expert du Musée d'archéologie et d'ethnologie Peabody de Harvard.

Le seul des dix hiéroglyphes totalement reconnaissable est une version archaïque du signe qui se lit «AJAW», un titre dans les textes mayas signifiant «noble» ou «dirigeant», a-t-il précisé.

D'autres signes ont des caractéristiques vaguement picturales, comme celui faisant penser à une main tenant un pinceau. Mais dans leur ensemble, ces hiéroglyphes sont des formes abstraites, «probablement les ancêtres des signes de l'écriture maya», qui ont certaines ressemblances avec les inscriptions dites epi-olmèques utilisées par les civilisations avoisinantes. Les Olmèques sont par exemple la plus ancienne et la plus mystérieuse civilisation du Mexique.

La découverte de ces dix hiéroglyphes, probablement une partie d'une séquence beaucoup plus longue, soulève la question des relations entre l'écriture maya et les autres traditions scripturales méso-américaines, a observé William Saturno.

Le système d'écriture maya, qui comprend 800 signes, est considéré par les archéologues comme le plus perfectionné des systèmes méso-américains.

À ce jour, près de 85 % de ces hiéroglyphe ont été décryptés.

Ces inscriptions étaient soit gravées dans la pierre, dans le bois, sur des monuments, soit peintes sur du papier, des murs de plâtre ou des céramiques.

Des textes ont aussi été peints sur des codex dont la plupart ont été incendiés par les Espagnols au XVIe siècle, alors qu'ils tentaient de convertir les Mayas au christianisme.

Seuls quatre codex importants de la civilisation maya ont survécu, dont celui dit de Dresde réalisé au XVe siècle.