En bref: Sherbrooke poursuivie

Sherbrooke — La famille de Julie Boisvenu, assassinée en 2002 après avoir été enlevée à la sortie d'un bar du centre-ville, a intenté jeudi dernier une poursuite de 235 000 $ contre la Ville de Sherbrooke.

La famille allègue que les agents du Service de police de Sherbrooke ont mal fait leur travail le soir de l'assassinat de la jeune femme, le 23 juin 2002. Ce soir-là, les policiers ont interrogé deux fois Hugo Bernier, l'assassin, avant qu'il ne commette son meurtre, sans toutefois l'arrêter. La voiture de l'homme avait été interceptée deux fois dans un stationnement du centre-ville. Interrogé à chaque fois sur son identité, Hugo Bernier avait menti en donnant le nom de son frère, mais les policiers l'avaient ensuite laissé partir. Selon la famille, il y a eu manquement professionnel grave de la part des policiers dans cette affaire. Au procès, des policiers ont pourtant révélé que l'individu avait un comportement suspect.