En bref - Demande d'enquête

L'Association canadienne de la police professionnelle a réclamé hier la tenue d'une enquête indépendante sur la condamnation erronée de Simon Marshall.

Le président de l'Association, Tony Cannavino, craint que la multiplication des enquêtes sectorielles à ce sujet ne permette pas de faire la lumière sur les dérapages ayant contraint Marshall à purger cinq ans de pénitencier pour des viols qu'il n'a pas commis. «On a l'impression que les policiers vont recevoir tout le blâme», a dit hier M. Cannavino. Le Commissaire à la déontologie policière mène un volet de l'enquête sur les policiers de Sainte-Foy, tandis que le syndic du Barreau examine le travail des avocats. La SQ a aussi scruté à la loupe le travail des enquêteurs, mais son rapport ne sera pas rendu public. À cela s'ajoute l'enquête sur la conduite des procureurs de la Couronne qu'a demandée le ministère de la Justice. La Fédération des policiers municipaux et la Fraternité des policiers de Québec ont déjà réclamé une enquête indépendante sur l'affaire Marshall, mais sans succès. Marshall, un jeune schizophrène, avait reconnu sa culpabilité à des accusations relatives à une douzaine d'agressions sexuelles commises en 1997. Des tests d'ADN l'ont disculpé cet été. La Cour d'appel devrait d'ailleurs rétablir son innocence aujourd'hui.