18 août 1942 - 'Citoyens de seconde zone'

M. Turcotte dénonce ceux qui nous traitent en inférieurs - Sur 204 administrateurs ou régisseurs, 7 seulement sont de langue française - Droit divin à la domination?

Lac Couchiching, 18 (C.P.) - M. Edmond Turcotte, rédacteur en chef du Canada, a traité de la situation inférieure faite au Canadien français au Canada par l'élément britannique, devant les délégués du congrès de l'Institut canadien de politique étrangère. Il a montré que l'effort de guerre ne peut être total et que l'unité véritable ne pourra exister tant que les Canadiens de langue anglaise arpenteront le pays avec l'assurance d'un peuple sincèrement convaincu de son droit divin à la domination, tant qu'ils accapareront tous les emplois et traiteront les Canadiens français comme des citoyens de seconde zone. Ainsi des 204 administrateurs et régisseurs de la Commission des prix, sept seulement sont de langue française. Dans l'armée, dit-il, le Canadien français n'a que des chances 'extrêmement faibles' d'avancement. Il est malheureux de constater que toute la structure économique, politique, financière et gouvernementale du pays est édifiée sur la croyance que le Canada est un pays où une seule race, une seule langue et une seule culture ont droit de cité. Il conclut en regrettant que le Canada français n'ait pas connu les 'bienfaits sociaux, moraux et intellectuels (?) de la Révolution française' et invite à faire fleurir nos héritages culturels.