Hydro inaugure sa centrale de Toulnustouc

Hydro-Québec a officiellement inauguré, hier, sa centrale hydroélectrique de Toulnustouc, non loin du complexe Manicouagan, sur la Côte-Nord.

Le premier ministre Jean Charest et le ministre des Ressources naturelles, Pierre Corbeil, ont assisté à la cérémonie en compagnie du p.-d.g. d'Hydro, Thierry Vandal.

Le chef des Innus de Betsiamites, Raphaël Picard, a aussi pris part à l'événement. Tout le complexe Manicouagan est sur le territoire revendiqué par cette petite communauté qui affronte actuellement devant les tribunaux le gouvernement du Québec ainsi que la compagnie forestière Kruger.

D'une puissance de 526 mégawatts (MW), la centrale de Toulnustouc a été mise en service le 1er juillet dernier, plus de six mois avant la date prévue. Elle produira environ 2,7 térawattheures (tWh) par an soit près du quart de toute l'énergie produite sur la Côte-Nord.

D'après Hydro-Québec, 1 tWh correspond à la consommation d'électricité annuelle de 60 000 clients résidentiels moyens.

Selon M. Vandal, il en coûtera environ 0,04 $ pour 1 kWh d'électricité produite à Toulnustouc, ce qui en fait une réalisation «avantageuse» pour les Québécois.

Les frais seront en effet plus élevés dans les futures installations telles que Péribonka et La Romaine, dont les coûts dépasseraient 0,06 $/kWh selon les dernières estimations. «Les prochains projets vont être de plus en plus en plus coûteux», a confirmé le dirigeant, qui a supervisé le développement de ces centrales quand il était président d'Hydro-Québec Production.

Les travaux de construction à Toulnustouc ont démarré en novembre 2001. L'été dernier, 1340 personnes travaillaient sur le chantier dont le coût est évalué à 1 milliard $. D'après le ministre Corbeil, près de 65 % de la main-d'oeuvre ayant participé aux travaux provenait de la région. Un travailleur sur 10 était un Innu de Betsiamites.

«Je suis heureux de constater que la centrale de Toulnustouc a été réalisée dans le plus grand respect des personnes et des communautés de la Côte-Nord, y compris les communautés autochtones, et ce dans une perspective de développement durable», a indiqué dans un communiqué le premier ministre. En quatre ans, les ouvriers et ingénieurs ont notamment construit un barrage d'une hauteur de 77 mètres sur la rivière Toulnustouc et agrandit le réservoir existant.