La route fait plus de morts que l'an dernier

Québec — Le nombre de personnes ayant péri sur les routes du Québec fut plus élevé au cours des quatre premiers mois de la présente année que lors de la période correspondante de 2004.

Selon des statistiques rendues publiques hier matin par la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ), entre janvier et avril derniers, la route a fait 209 décès, comparativement à 141 entre janvier et avril 2004. De plus, le nombre de blessés graves a augmenté pendant la même période, passant de 1665 à 1820. Ces chiffres représentent une augmentation de 48,2 % des décès et de 9,3 % des blessés graves.

«L'expérience de l'ensemble des autres années montre que les grands problèmes sont: l'alcool, la vitesse, le non-port de la ceinture de sécurité, les dépassements dangereux et les gens qui suivent de trop près», a dit Alain Collerette, un porte-parole de la société d'État. «Dans 90 % des accidents, le comportement des individus est en cause. C'est là-dessus qu'on veut agir», a-t-il dit.

En 2004, 647 victimes de la route ont été recensées au Québec. Le meilleur bilan à vie déposé par la SAAQ remonte à 2001, avec 610 victimes.

«92 % des gens portent la ceinture. Dans les cas d'accidents avec décès, 30 % des gens qui décèdent ne portaient pas la ceinture au moment de l'accident», a dit M. Collerette, soulignant que ces gens sont souvent éjectés du véhicule et perdent la vie.

La SAAQ rappelle qu'au cours de l'été qui bat son plein, une période propice aux accidents, les services policiers effectueront une surveillance intensive sur les routes pour freiner cette détérioration du bilan.

Cette opération met à contribution la Sûreté du Québec et divers services de police municipaux.

En mai dernier, la SAAQ annonçait vouloir faire passer le nombre annuel de décès, d'ici 2010, sous la barre des 600. Depuis 1978, année de création de la SAAQ, le nombre de décès sur les routes a chuté de 63 %.