Le Québec s'embrase

Québec — L'été n'est même pas officiellement commencé que déjà le Québec s'embrase, particulièrement au nord, où on compte un nombre d'incendies de forêt exceptionnellement élevé.

La foudre a causé depuis le début de la saison pas moins de 345 incendies de forêt, qui ont rasé quelque 72 115 hectares de matière ligneuse.

«On est bien au-dessus de la moyenne des cinq dernières années», a déploré hier le ministre des Ressources naturelles, Pierre Corbeil, en faisant le point sur la situation, lors d'un point de presse.

À pareille date, la moyenne des cinq dernières années est beaucoup plus modeste, avec 230 incendies pour seulement 1806 hectares.

Dans la zone la plus touchée, au nord du réservoir Gouin, on compte 76 incendies actifs, dont 23 sont toujours hors contrôle, soit une superficie de 60 695 hectares de forêt.

Sur la Côte-Nord, un feu de forêt à proximité de Chibougamau a forcé les autorités à procéder à l'évacuation d'une cinquantaine de résidants. Les autorités craignaient en fin d'après-midi un changement de cap des vents, ce qui forcerait une évacuation plus importante.

Les forêts au nord de Baie-Comeau, sur la Côte-Nord, et au nord du Lac-Saint-Jean ne sont plus accessibles depuis hier. Toutes les activités forestières sont suspendues pour un temps indéterminé, sauf pour les régions au sud du Saint-Laurent.

Les 14 avions-citernes que possède le Québec ne suffisent plus à la tâche. La Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) a dû demander aux provinces voisines de nous en expédier six de plus, de même que 130 pompiers forestiers qualifiés.

À l'heure actuelle, 760 personnes, dont 350 pompiers forestiers, s'affairent à combattre l'élément destructeur. Au moins 45 hélicoptères sont mobilisés et plusieurs autres sont en demande.

Les compagnies forestières sont les premières victimes de ces incendies. Abitibi-Consolidated a dû mettre 1700 travailleurs forestiers en congé forcé sur la Côte-Nord et au Lac-Saint-Jean.

En outre, la scierie de Chibougamau qui a cessé ses activités pour la fin de semaine pourrait bien demeurer fermée en raison de l'incendie, a en outre indiqué le porte-parole de l'entreprise, Denis Leclerc.

Chez Kruger, qui exploite deux contrats d'aménagement et d'approvisionnement forestier près de Manic, une vingtaine de travailleurs forestiers qui se trouvaient dans une zone située au nord du principal incendie ont été évacués depuis jeudi.

Quelque 170 autres personnes n'ont pas pu se rendre en forêt comme prévu hier en raison de l'arrêt des travaux décrété par le ministre Corbeil, a expliqué le vice-président aux affaires publiques, Jean Majeau.

À partir de lundi, la scierie Manic, à Ragueneau, fonctionnera sur deux quarts de travail plutôt que trois en raison de la diminution du volume de bois à traiter. Cette mesure temporaire touche une quinzaine de personnes.