En bref - Tempête dans un verre d'eau linguistique

Croire que la fréquentation obligatoire du cégep francophone pour les nouveaux arrivants règlera un problème linguistique propre au Québec a tout d'un «rêve en couleurs».

Voilà ce que croit le président de la Fédération des cégeps, Gaëtan Boucher, qui estime que cette proposition qui sera débattue en fin de semaine au congrès national du Parti québécois est «une mauvaise solution à un problème qui n'existe pas au collégial». Tandis que les statistiques démontrent plutôt qu'en une dizaine d'années, la fréquentation des allophones au collégial français au augmenté de 6 %, la clientèle allophone possiblement touchée par la proposition qui sera débattue ne dépasse pas les 6000 étudiants. «Penser qu'on va régler un problème linguistique au Québec parce que 6000 jeunes vont passer au secteur francophone, ma foi du bon Dieu, c'est sûrement rêver en couleurs!», a indiqué hier M. Boucher lors d'un bref entretien téléphonique.